chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Anatomia - Cranial Obsession

Chronique

Anatomia Cranial Obsession
Que Anatomia rappelle Autopsy, on le savait bien assez. Qu'il plonge dans le funèbre à la manière de Encoffination, ma foi, ça lui pendait au nez, lui qui embrassait la Mort comme on embrasse sa promise sur Decaying in Obscurity, sensuellement, avec délicatesse et envie.

Mais que Anatomia ne soit finalement qu'égal à lui-même, définition du death metal en même temps qu'intrus à l'identité unique, on le sentait certes déjà auparavant, mais jamais autant qu'ici. On a eu raison d'attendre fébrilement Cranial Obsession, les nombreux splits sortis écoutés en guise d'apéritifs pour ne pas crever de faim ! Anatomia, malgré une nouvelle révérence envers la bande de Chris Reifert (qui a même adoubé la formation de sa main en écrivant les paroles de ce nouvel album sur le livret), a sorti un disque qui est marqué de bout en bout d'une étrangeté qu'il ne doit qu'à lui-même. Un disque où le death metal, ce style fait de sang, de nerfs, de chair, se fait frigo, conservant les cadavres pour mieux les disséquer, ici à coup de scie experte (les viandards seront aux anges durant « Morbid Hallucination » ou encore « Fiend »), là armé d'un scalpel prenant plaisir à découper la peau à la façon dont on épluche les légumes.

Et cela, toujours sans intellectualisme, l'estomac en guise de cerveau. Il suffit d'entendre ces voix délicieuses d'appétit, aussi nécrosées qu'avides, pour voir que les Japonais n'ont aucunement perdu leur capacité à transporter dans une atmosphère macabre sans céder aux sirènes du romantisme facile. Son égérie, Anatomia la peint inévitable, morbide, belle et affreuse à la fois, cancer fatal né d'un trop plein de vie et gardé en morgue comme un cadeau, dont il ne finit pas de se repaître avec désir, jusqu'à des claviers – ne hurlez pas, ils sont aussi discrets qu'essentiels à cette musique – habillant l'ensemble de leur sonorité surannée, où le brouillard a les effets d'un formol mettant la décomposition au rang d'éternité. Que Anatomia soit ce monstre de concupiscence, ce transi dédié à la charogne, on avait bien pu s'en rendre compte dès Dissected Humanity. Mais qu'il puisse encore effectuer un pas supplémentaire dans cette passion revendiquée, qu'il aille encore plus loin dans ce death metal aussi jouissif qu'hypnotisant, qu'il nous emmène avec lui jusqu'au bout de son obsession... Ah !

Pourtant, il faut bien avouer que, les écoutes s'accumulant, une pointe de regret se fait sentir lors de cette heure en sa compagnie. Anatomia, sourd à autre chose que son loisir particulier, va à l'extrême jusqu'à une deuxième partie d'album où s’enchaînent les morceaux longs et lents, la catatonie en ligne de mire. Fasciné par son macchabée, il devient comme lui lors de « Abysmal Decay » et « Recurrence », compositions rappelant dans leur froideur les œuvres les plus gelées du label Cold Meat Industry. Merveilleuses en elles-mêmes, elles demandent un effort de ma part pour s'apprécier lors d'une écoute sans tricherie, là où Decaying in Obscurity, moins mortuaire mais plus sexuel, m’entraînait avec aisance dans ses actes de légiste du début à la fin.

Ce bémol mis de côté, il n'y a rien à jeter dans Cranial Obsession, ce tombeau ouvert où le gore typique du death metal prend des allures sacrées. Car que Anatomia soit le groupe où Eros et Thanatos forment le plus parfait des mariages, le groupe qui, quand il arrête de jouer, fasse se sentir repu et heureux à l'image de quelqu'un se levant de table et ne trouvant qu'à dire « merci », sans doute, ce ne sera pas une découverte pour les quelques fanatiques que la formation a sous sa coupe (mais qui sont encore trop peu nombreux, tant les Japonais sont sous-estimés au regard de leur talent). Mais je ne vois pas en quoi cela empêcherait de tomber une nouvelle fois sous le charme, décidément. Un album précieux, à vénérer comme il le mérite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Anatomia
Doom / Death Metal
2017 - Nuclear War Now! Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  8.63/10
Webzines : (5)  8.3/10

plus d'infos sur
Anatomia
Anatomia
Doom / Death Metal - 2002 - Japon
  

tracklist
01.   Necrotic Incision
02.   Fiend
03.   Vanishment
04.   Morbid Hallucination
05.   Excarnated
06.   Uncanny Descension
07.   Abysmal Decay
08.   Reccurence

Durée : 68 minutes 32 secondes

line up
parution
3 Novembre 2017

voir aussi
Anatomia
Anatomia
Dissected Humanity

2005 - Necroharmonic
  
Anatomia
Anatomia
Decaying in Obscurity

2012 - Nuclear War Now! Productions
  

Essayez aussi
Visceral Evisceration
Visceral Evisceration
Incessant Desire For Palatable Flesh

1994 - Napalm Records
  
Amorphis
Amorphis
Tales From The Thousand Lakes

1994 - Relapse Records
  
Black Sun Aeon
Black Sun Aeon
Routa

2010 - Cyclone Empire Records
  
Withered
Withered
Dualitas

2010 - Prosthetic Records
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Emerald Forest and the Blackbird

2012 - Spinefarm Records
  

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique