chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Throane - Plus Une Main A Mordre

Chronique

Throane Plus Une Main A Mordre
Certaines rencontres, qu'elles soient fortuites ou forcées, peuvent vous émouvoir. Et, celle faite avec Throane en 2016, lors de la sortie de son premier album, m'avait quelque peu marquée. Car ce qui ne devait être qu'une brise passagère s'est finalement révélée une ondée persistante. Un flot glacé et continu qui sert de toile de fond à l'univers singulier du projet, noir, viscéral mais très esthétique. Derrière-Nous, La Lumière agissait tel un uppercut, laissant hagard et le souffle court. Mais à peine le temps de se remettre sur pied que Dehn Sora revient, un an plus tard, avec Plus Une Main A Mordre – second long format aux allures de chape de plomb.


L'étincelle vacillait, fragile, pour finalement s'éteindre sur le premier chapitre. C'est désormais dans les ténèbres que vous avancez seul et à tâtons. Des ténèbres familières tant Derrière-Nous, La Lumière en dessinait les contours. Toujours les mêmes atmosphères à la fois élégantes et torturées, glissant délicatement sur votre peau telles des lames affûtées. Throane continue d’extérioriser ses démons, expulsant sa rage avec tout ce qu'elle contient de tension et de douleur. Celle-ci va d'ailleurs vous exploser littéralement à la figure sans crier gare dès les premières minutes de « Aux Tirs Et Aux Traits ». Des explosions plus régulières, incisives et gagnant en impact qui vous figent sur place dans une moiteur froide comme sur le punitif « Mille Autres ». Le couperet tombe, implacable, la voix grondante – en retrait dans le mix – et limite inhumaine de Dehn Sora jaillissant dans l'obscurité. Vous suivez les échos, tendant les bras afin de pouvoir trouver un quelconque appui pouvant vous rassurer un tant soit peu dans ce néant.

"Le corps que nous traînons en enfer, c'est le nôtre, tout ce que nous avons été, le poids de cela, que nous tirons à reculons sans voir où nous allons, exactement comme de notre vivant. Sans orientation, aveugles, inutiles. Nos souffrances ne menant à rien, refusant de prendre un sens. Rien que cette traction."

Plus Une Main A Mordre se vit comme une histoire, de l'introduction accrocheuse aux titres plantant le sombre décor – chacun étant une marche à gravir. Une progression éreintante tantôt rythmée par une batterie clinique et massive (parfaitement tenue par Grégoire Quartier, membre de Cortez), tantôt portée par des ambiances outrenoir fleurant bon le soufre (cf. le sinueux « Aux Tirs Et Aux Traits »). La production – toujours peaufinée par Samuel Vaney (Cortez, Muhd) – vient une nouvelle fois embellir les compostions en accentuant leur côté tranchant et en mettant en relief les divers éléments et effets. Tout est savamment calculé, dosé, offrant un contraste avec certaines parties très instinctives ainsi que les émotions dégagées. Un fait – et gros point fort – déjà perçu sur le précédent album qui est davantage approfondi ici, pour le meilleur. Outre le fait de vous plonger dans un liquide glacé et dense, la musique de Throane vous questionne et vous trouble au fil des écoutes par ce jeu d'opposition. Car le rendu frappe par son homogénéité et sa fluidité avec un son moderne, métallique et indus, des passages dark ambient racés (comme sur le début de « À Trop Réclamer Les vers »), des lignes de guitares dissonantes – renvoyant à Blut Aus Nord –, des plaintes et vocaux aussi monstrueux que malsains (« Et Ceux En lesquels Ils Croyaient... »), des éclats de voix plus humains ou encore des mid/low tempos brumeux et cinématographiques (« Et Tout Finira Par Chuter », par exemple).


Effrayant mais extrêmement beau et captivant. Voilà comment pourrait être décrit, en quelques mots, ce long format. Des mots qui fusent lorsque la fin approche avec l'enchaînement magistral « Mille Autres »/ « Plus Une Main À Mordre ». Une montée crescendo dans la puissance et l'âpreté, dont le morceau titre constitue la plus belle pièce et réussite du disque – par la variation et le semblant de fragilité distillés par les invités de marque et notamment le chant de Colin H van Eeckhout. Une illumination fugace parmi d'autres dans cet abîme qui ne suffira pas à effacer le malaise et la noirceur ambiants instaurés par Throane, qui délivre ici une œuvre encore plus profonde, personnelle, noire et corrosive.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Dysthymie citer
Dysthymie
09/01/2018 10:48
note: 8/10
Ander a écrit : Dysthymie a écrit :
Par contre, je n'arrive pas à trouver ma gourde


Elle était pas bien loin pourtant:



Sortir


Ah ah ah ah ! Merci Ander !

Et, c'est noté et corrigé Clin d'oeil
Sinon "Outrenoir" est une référence à Soulage plus.
Ander citer
Ander
09/01/2018 10:43
Dysthymie a écrit :
Par contre, je n'arrive pas à trouver ma gourde


Elle était pas bien loin pourtant:



Sortir
Sulphur citer
Sulphur
09/01/2018 10:26
Gvlö Gvlö
gulo gulo citer
gulo gulo
09/01/2018 10:13
note: 5/10
Sulphur a écrit : Dysthymie a écrit : Par contre, je n'arrive pas à trouver ma bourde C'est quel mot précisément (je corrigerai de suite, merci).

"Voilà comment pourrez être décrit".


C'est pas plutôt "outrenoir", qui comme chacun sait s'écrit "ovtrenoir" ?
Sulphur citer
Sulphur
09/01/2018 10:06
Dysthymie a écrit : Par contre, je n'arrive pas à trouver ma bourde C'est quel mot précisément (je corrigerai de suite, merci).

"Voilà comment pourrez être décrit".

J'avais bien aimé le premier album, mais là je fatigue un peu. Au fond je préfère Treha Sektori je pense.
Dysthymie citer
Dysthymie
09/01/2018 10:02
note: 8/10
On est bien d'accord Stockwel !

@HhlyKosproïva : Merci bien Sourire

Par contre, je n'arrive pas à trouver ma bourde C'est quel mot précisément (je corrigerai de suite, merci).
HhlyKosproïva citer
HhlyKosproïva
08/01/2018 22:17
Excellente chronique, tu décris bien l'ambiance retranscrite, cet album c'est un peu un gouffre niveau ambiance, c'est terriblement prenant... Faut que je l'approfondisse encore mais en tout cas bonne découverte, avec l'album précédent notamment. Sourire

PS : Il y a juste une petite coquille à la deuxième ligne du dernier paragraphe, sinon super choix de chroniquer ce groupe. Gros sourire
Stockwel citer
Stockwel
08/01/2018 22:04
J'ai beaucoup aimé cet album, plus que le premier.
Le dernier morceau est énorme, vraiment une ambiance très réussie.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Throane
Post Black Metal/Post hardcore/Dark Industriel
2017 - Debemur Morti Productions
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7.67/10
Webzines : (4)  7.75/10

plus d'infos sur
Throane
Throane
Post Black Metal/Post hardcore/Dark Industriel - 2016 - France
  

formats
tracklist
01.   Aux Tirs Et Aux Traits
02.   Et Ceux En lesquels Ils Croyaient..
03.   À Trop Réclamer Les vers
04.   Et Tout Finira Par Chuter
05.   Mille Autres
06.   Plus Une Main À Mordre

Durée : 47 minutes

line up
parution
20 Octobre 2017

voir aussi
Throane
Throane
Derrière-Nous, La Lumière

2016 - Debemur Morti Productions
  

Essayez aussi
Sleeping Peonies
Sleeping Peonies
Opal (EP)

2014 - Autoproduction
  
Au-Dessus
Au-Dessus
End Of Chapter

2017 - Les Acteurs de l'Ombre
  
Oathbreaker
Oathbreaker
Rheia

2016 - Deathwish Inc.
  
Wolves In The Throne Room
Wolves In The Throne Room
Two Hunters

2006 - Southern Lord Recordings
  
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse
This Gift Is A Curse (EP)

2010 - Discouraged Records
  

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique