chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dawn Ray'd - The Unlawful Assembly

Chronique

Dawn Ray'd The Unlawful Assembly
Sans même avoir pris le temps d'écouter un seul titre – j'avoue n'avoir connu le groupe que par l'intermédiaire de cet album –, Dawn Ray'd a su piquer ma curiosité grâce au texte de présentation accompagnant le lien promotionnel de The Unlawful Assembly. Un fait qui n'a fait que s'accentuer à la lecture de leurs interviews ainsi que de la courte description inscrite sur leur page officielle d'un célèbre réseau social. Il faut dire que la formation ne cache pas ses idées politiques ni même ses intentions, la musique servant ici de vecteur (chacun jugera, ou pas, par soi-même). C'est donc sans attentes particulières, m'attendant à tomber sur du black/punk ou black/crust classique (préjugé quand tu nous tiens), que j'ai lancé la galette. Et, ô surprise ! La musique délivrée par le trio liverpuldien, comprenant deux ex-We Came Out Like Tigers (groupe de black metal/screamo désormais inactif), s'avère différente et davantage intéressante que pressentie.


Ce sentiment va d'ailleurs rapidement s'installer dès l'ouverture sur la première partie, The Wild Service, avec des premiers titres âpres, virulents – mis en relief par une production organique et les vocaux criards de Simon B. – mais des plus fédérateurs (« The Abyssal Plain » en tête). Pourtant pas de schéma classique – avec refrain – ou répétitif mais un bon sens de la mélodie (emprunté à la scène norvégienne), des durées ne dépassant pas les 4 minutes 30 mais également des éléments folk apportant du cachet et de l'accroche à l'ensemble. Si les bases avaient déjà été posées sur l'EP A Thorn, A Blight et que la paire Simon B./Fabian D. use des mêmes ficelles que dans leur ancienne formation, Dawn Ray'd s'émancipe nettement sur cet album. Les musiciens affinent leur style, se montrent moins hésitant, proposent des ambiances plus fouillées et n'hésitent pas à s'affranchir des barrières. Le beau morceau néofolk « A Litany To Cowards », clôturant la face A, en est le parfait exemple avec le chant clair de Simon B. – très mélancolique et sur le fil – déversant des paroles aussi acides que fatalistes sur une musique pure et sobre, sorte de mixe entre Rome et Sol Invictus.


En effet, les racines anglaises du groupe transpirent tout au long de ses dix compositions. De part ses accents, ses touches folkloriques ou encore ses thèmes engagés, le trio arrive à dépeindre tout un paysage allant des docks jusqu'au parc national de Yorkshire Dales. D'où les quelques liens qui peuvent se tisser avec leurs compatriotes de Winterfylleth. Les hymnes défilent et vous happent de diverses manières, faisant à la fois voyager ou frapper du poing avec passion. Cela est dû aux nombreuses variations, que ce soit par rapport aux différences de tons, tempos ou encore le dosage plus ou moins élevé de folk et de néofolk. Les notes de violon, qui accroissent l'impact des titres, frôlent bien souvent le spleen et/ou vous donnent la chair de poule – en particulier sur l'excellent « Strike Again The Hammer Sings » (morceau traitant de l'abolition des frontières) et l'outro de « Held In A Lunar Synthesis ». Un équilibre entre froideur et mélodies poignantes que la formation gère et mène parfaitement durant ces 43 minutes avec une seconde partie, The Wild Magic, plus aérienne. Les lignes de guitares semblent plus fluides et se chargent un peu plus en émotions brutes, laissant entrevoir l'influence de la scène américaine (de Panopticon à Falls of Rauros). La durée a tendance à se rallonger aussi en toute fin mais paraît bien moins maîtrisée, qu'il s'agisse des ralentissements sur « Island Of Cannibal Horses » ou bien le manque de relief sur « A Thought, Ablaze ».


Des petits points négatifs qui ne viennent néanmoins pas entacher l'écoute de The Unlawful Assembly. Les Liverpuldiens arrivent à se détacher de la masse avec un premier album convaincant, fédérateur et des plus personnels. Un bon vent de liberté qui annonce de belles choses pour la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
06/12/2017 06:41
note: 7.5/10
Je suis du même avis : c'est pas un album que je ponce, mais sympa tout de même, 7.5 me paraît une excellente note pour cibler cet aspect.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dawn Ray'd
Black Metal/(Néo)Folk
2017 - Prosthetic Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (2)  7.25/10

plus d'infos sur
Dawn Ray'd
Dawn Ray'd
Black Metal/(Néo)Folk - 2015 - Royaume-Uni
  

formats
  • Vinyl / 02/10/2017 - Halo of Flies Records, Feast Of Tentacles, Action Now!
  • Digital / 02/10/2017 - Autoproduction
  • CD, Digital / 24/11/2017 - Prosthetic Records

tracklist
The Wild Service

I. Fire Sermon 
II. The Abyssal Plain
III.0Future Perfect Conditional 
IV. Emptiness Beneath The Great Emptiness
V. A Litany To Cowards

The Wild Magic

VI. The Ceaseless Arbitrary Choice
VII. Held In A Lunar Synthesis
VIII. Strike Again The Hammer Sings
IX. Island Of Cannibal Horses
X. A Thought, Ablaze

Durée : 43 minutes

line up
parution
2 Octobre 2017

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique