chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Body Count - Bloodlust

Chronique

Body Count Bloodlust
Body Count… Pour tout métalleux sur la quarantaine (ou presque) l’évocation de ce nom suffira à raviver quelques sympathiques souvenirs : la polémique « Cop Killer », deux (voire trois) premiers albums incontournables, un passage mémorable dans Nulle Part Ailleurs pour l’album « Violent Demise : The Last Days » et globalement l’image d’un groupe un peu à part dans l’univers metal du début des années 90. Mené depuis toujours par l’increvable Ice-T et après avoir traversé maintes épreuves (notamment les décès de Beatmaster V, Mooseman et D-Roc rien que ça !), BC – pour les intimes – vient tirer une nouvelle balle en cette année 2017. Gentiment intitulé « Bloodlust », preuve s’il en était besoin qu’Ice-T n’est toujours pas décidé à chanter la joie et l’allégresse de ce bon vieil american dream, ce sixième album dont je n’attendais pas forcément grand-chose a fini par s’imposer comme un indispensable pour tout fan du combo et peut-être bien leur meilleure sortie à ce jour.

N’ayant fait que survoler sans grande envie d’y revenir les deux sorties post-« Violent Demise : The Last Days » (que j’avais personnellement beaucoup apprécié), je n’avais pas d’attente particulière à l’égard de ce nouvel opus et c’est probablement en partie la raison pour laquelle il m’a tellement scotché, pris à revers par une virulence froide que je n’attendais pas. Si Ice-T n’a jamais vraiment fait dans la dentelle ni la love-song, on comprendra rapidement qu’il est ici plus remonté que jamais. Je ne sais pas s’il a bouffé trop d’épices ou un mauvais caviar dans son palace d’Hollywood mais toujours est-il est sacrément vénère le thé glacé, sur ses thèmes favoris (la violence de rue, les gangs, les flingues, les violences policières, l’esprit de revanche etc…). Même s’il n’arpente plus les rues mal famées de Los Angeles depuis belle lurette, le rappeur parvient encore à insuffler à ses albums une atmosphère urbaine à couper au couteau (toujours épaissie de samples divers et spoken words) qui fait de « Bloodlust » comme de ses prédécesseurs, la bande son parfaite pour une virée en pleine nuit à South Central et ce dès les premières notes de « Civil War » et son discours déclarant l’état de guerre civile sur fond de sirène. Perpétuellement à cheval entre la dénonciation des violences de rue et son apologie, reste que le verbe du sieur est toujours aussi virulent et aiguisé, ses paroles – aussi brut de décoffrage soient-elles – font encore souvent mouche et rentrent facilement en tête et ce que l’on parle des couplets ou des refrains (« The Ski Mask Way », « This Is Why We Ride », « No Lives Matter », « Black Hoodie »). Non vraiment ce n’est pas avec l’âge qu’Ice va se calmer, que ce soit clair, et ce ne sont pas les piètres featuring de Randy Blythe ou Max Cavalera (totalement inutile pour le coup) qui viendront me contredire tant ils font pâle figure à côté de Mr T.

Et si la tchatche du frontman se fait plus virulente que jamais c’est pour mieux coller à musique qui, elle aussi, a décidé de sortir les poings américains. Si le tempo est rarement très enlevé préférant généralement un bon gros mid-tempo des familles quand il ne donne pas carrément dans le rampant menaçant (« Here I Go Again »), les guitares suivent leur maître se faisant incisives comme jamais, flirtant allègrement avec le thrash pur et dur (« All Love Is Lost », la punitive « Walk With Me »), s’acoquinant parfois d’un feeling plus hardcore (« The Ski Mask Way ») et n’hésitant pas à accentuer la vitesse des coups, obligeant alors la section rythmique à délaisser le mid-tempo pour un bon vieux tchouka-tchouka (« Civil War » à 3’10, « The Ski Mask Way », « Walk With Me », « Bloodlust » à 1’46) et même du blast (« Walk With Me ») ! Oui, messieurs du blast chez Body Count, c’est vous dire s’ils sont remontés ! Dès lors « Bloodlust » s’imposera comme l’album le plus brutal du gang à tel point que le medley « Raining In Blood (sic) / Postmortem » ne fera absolument pas tache parmi le reste (on connait l’amour que Ice-T porte à Slayer). Pour autant, la patte mélodique typique d’Ernie C. s’insinuera continuellement dans cette avalanche d’énergie nourrie à la haine, arrondissant les angles de ce qui s’apparente sinon à un vrai châtiment en règle et l’on se délectera même du duel de leads en contrepoint sur un titre d’ouverture ayant l’appui de monsieur Dave Mustaine himself.

Avec de telles qualités affichées, se pourrait-il que « Bloodlust » vienne même rivaliser avec le capital sympathie et historique d’albums comme l’éponyme ou « Born Dead » ? C’est bien possible en effet tant il est difficile de pointer de réelles scories à un album mené le couteau entre les dents de bout en bout, hormis peut-être un interlude probablement dispensable (« God, Please Believe Me »). Soyez-en bien prévenus mes amis, Body Count est de retour au plus haut niveau et ce n’est pas pour faire joujou avec des battes de baseball en mousse.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

hammerbattalion citer
hammerbattalion
13/11/2017 19:15
note: 9/10
Complètement d'accord, une des sorties de l'année et ya pas photo, tout simplement le meilleur Body Count...
Funky Globe citer
Funky Globe
13/11/2017 10:05
Très grosse tuerie. Pas de temps mort et production énorme. Le titre avec Max possède un groove d'une brutalité jouissive.
Deathrash citer
Deathrash
12/11/2017 01:36
Une des meilleures sorties 2017 pour ma part.
Manslaughter était sympathique, quoique légèrement Mtv friendly. Mais la c'est plus du tout le même niveau.

J'imagine bien la rage de Ice-T qui s'accumule force de fréquenter des soirées mondaine et autre plateau télé à la con, ressurgir dans ce défouloir qu'est Body Count. Et surtout n'oublions pas Ernie C, toujours aussi excellent et plein de feeling.
Cet album me fait penser à un bon gros mix à la sauce BC de ce qu'a fait de meilleur Slayer, Terror et un peu de Biohazard.
Niktareum citer
Niktareum
11/11/2017 23:00
note: 9/10
coreandcoupdate a écrit : Ah, bah voilà Clin d'oeil
Juste pour le bilan de fin d'année ! Clin d'oeil Headbang
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
11/11/2017 22:32
Ah, bah voilà Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Body Count
Rap Metal Urbain
2017 - Century Media
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (21)  7.91/10

plus d'infos sur
Body Count
Body Count
Rap Metal Urbain - Etats-Unis
  

vidéos
 The Ski Mask Way
The Ski Mask Way
Body Count

Extrait de "Bloodlust"
  
 This Is Why We Ride
This Is Why We Ride
Body Count

Extrait de "Bloodlust"
  
 Raining Blood / Postmortem (Slayer Cover Medley)
Raining Blood / Postmortem (Slayer Cover Medley)
Body Count

Extrait de "Bloodlust"
  
 No Lives Matter
No Lives Matter
Body Count

Extrait de "Bloodlust"
  
 Black Hoodie
Black Hoodie
Body Count

Extrait de "Bloodlust"
  

tracklist
01.   Civil War (feat. Dave Mustaine)
02.   The Ski Mask Way
03.   This Is Why We Ride
04.   All Love Is Lost (feat. Max Cavalera)
05.   Raining Blood / Postmortem (Slayer Cover Medley)
06.   God, Please Believe Me
07.   Walk with Me (feat. Randy Blythe)
08.   Here I Go Again
09.   No Lives Matter
10.   Bloodlust
11.   Black Hoodie

Durée : 36'01

line up
parution
31 Mars 2017

voir aussi
Body Count
Body Count
Born Dead

1994 - Virgin Records
  
Body Count
Body Count
Body Count

1992 - WEA
  

Essayez aussi
Plebeian Grandstand
Plebeian Grandstand
False Highs, True Lows

2016 - Throatruiner Records / Basement Apes Industries
  
Ofdrykkja
Ofdrykkja
A Life Worth Losing

2014 - Avantgarde Music
  

Gods of Space
Gods of Space (EP)
Lire la chronique
Fall Of Seraphs pour l'EP "Destroyer Of Worlds"
Lire l'interview
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
King Bee
All Seing Eye (EP)
Lire la chronique
Presumption
Presumption
Lire la chronique
The Spirit
Sounds From The Vortex
Lire la chronique
River Black
River Black
Lire la chronique
Enslaved
E
Lire la chronique
Kanashimi
Inori
Lire la chronique
Beastmaker
Lusus Naturae
Lire la chronique
Perihelion
Örvény
Lire la chronique
Monarch!
Never Forever
Lire la chronique
Maze Of Sothoth
Soul Demise
Lire la chronique
Canker
Earthquake
Lire la chronique
Under The Church
Supernatural Punishment
Lire la chronique
Bloody Alchemy pour l'album "Kingdom Of Hatred"
Lire l'interview
Sacroscum
Drugs & Death
Lire la chronique
Iron Age
The Saga Demos (Démo)
Lire la chronique
Black Country Communion
BCCIV
Lire la chronique
The Wrong Tour To Fuck With Europe 2017
Beyond Creation + Disentomb...
Lire le live report
Damnation Defaced
Invader From Beyond
Lire la chronique
Mjölnir
Magnet Vektor
Lire la chronique
Fall of Summer 2017
Lire le dossier
Body Count
Bloodlust
Lire la chronique
Aetherian
The Untamed Wilderness
Lire la chronique
Forn Valdyrheim
Reminisce Eternity (Rééd.)
Lire la chronique
FennrLANE : Le pourquoi du one-man-band
Lire l'interview
No Return
The Curse Within
Lire la chronique
Cannibal Corpse
Red Before Black
Lire la chronique
Resurgency
No Worlds... Nor Gods Beyond
Lire la chronique