chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Damnation Defaced - Invader From Beyond

Chronique

Damnation Defaced Invader From Beyond
Malgré une décennie d’existence, deux EP, autant d’albums et même une compilation, le quintet de Basse-Saxe n’a pas encore réussi à se faire une notoriété alors que la qualité de ses sorties était au rendez-vous. Désormais signé chez Apostasy Records et entouré d’un nouveau bassiste, il semble prêt à franchir une nouvelle étape dans sa carrière qui a du mal à décoller, pourtant son Death Mélodique aux relents Progressif à la fois moderne et légèrement électronique semble calibré pour plaire à un large public. Car avec à la fois une production clinique en béton armé (mixée par et masterisée par Dan Swanö) et une violence maîtrisée l’ensemble lorgne à la fois auprès du Deathcore actuel que du Melodeath venu de Suède, du coup il y’en a pour tous les goûts et nul doute qu’avec cet opus, qui est le plus abouti de leur carrière, les Allemands se sont donné les moyens de leurs ambitions.

D’ailleurs pour marquer son territoire quoi de mieux que de proposer d’entrée un morceau où l’on trouve à peu près toutes ses influences, c’est ce qu’on entend sur « Goddess Of Machines » où l’on trouve à la fois un riffing moderne sur une rythmique syncopée, conjuguée à du mid-tempo très massif qui prend la majeure partie de l’espace disponible mais qui n’oublie pas de varier de rythme. En effet même si l’ensemble reste majoritairement très lourd les mecs y incorporent quelques accélérations, tout en rajoutant quelques parties plus aériennes et mélodieuses mises en avant par des nappes de synthés futuristes. D’ailleurs ces dernières reviendront régulièrement tout au long des autres morceaux avec plus ou moins d’intérêt et d’attrait général, mais ici il n’y a rien à leur reprocher tant il se montre très bon. A l’instar du simple et efficace « Mark Of Cain », celui-ci reprend ce schéma entendu précédemment où les rythmiques lourdes prennent le pas sur la vitesse mais sans l’oublier pour autant, ni en perdant de l’intérêt ou de l’accroche, car là encore c’est suffisamment bien foutu pour ne pas tomber dans la redondance, vu qu’il y’a quelques variations bienvenues et un solo court qui n’en fait pas trop.

Cependant plus on va avancer et plus la suite de cette première moitié de disque va se montrer convaincante, en proposant plus de variations et en gagnant progressivement en brutalité, comme avec le morceau-titre qui démarre pied au plancher et montre que les gars savent aussi tabasser quand il le faut. Ici on est presque à égalité parfaite entre ces deux opposés, puisqu’après cette bonne dose de vitesse la suite va être plus douce et remuante, via un break où juste les notes de guitare se font entendre, avant une ultime explosion finale. Là-encore pas de problème global et tout s’écoute facilement car musicalement ça va à l’essentiel avec une durée générale qui ne s’allonge pas inutilement, et une technique qui est là mais qui ne se fait jamais démonstrative, ce qui est appréciable. « The Key To Your Voice » continue sur la même lancée en haussant son accroche et y insérant même quelques courts blasts bienvenus, qui se mêlent entre les différentes variations de vitesse, pour là-encore un résultat excellent qui est un des sommets de cet opus. L’autre grosse tuerie se nomme « Back From Apathy » qui mélange avec habileté tout ce que ses créateurs savent faire mais en accentuant encore plus ses différences, car ils y ajoutent un côté épique qui donne envie de headbanguer instantanément tout en y rajoutant de la mélancolie qui se mêle avec évidence à la férocité générale. Mais si cette pépite est le sommet de la seconde partie de cette galette, le reste ne sera pas tout à fait du même niveau, car si « Creator’s Fall » se montre encore très bon, « All Come To Its End » voit apparaître une facette plus technique et futuriste des teutons. Malheureusement les claviers ont tendance à être un peu trop proéminents et gâcher les autres instruments qui ont plus de mal à exister, d’autant plus que la qualité est moins au rendez-vous, pour une composition qui se révèle être plus banale que les autres et moins mémorable. « Embraced By Infinity » qui clôt les débats est un copier-coller de cette dernière, et s’oublie aussi vite que la précédente une fois l’écoute arrivée à son terme, tout en démontrant que dès que ses compositeurs abusent un peu trop des effets futuristes et électroniques cela est tout de suite moins bon.

Malgré ses petits défauts énumérés, et le manque de titres vraiment forts et marquants, ce disque reste quand même de bonne tenue et assez homogène dans sa construction comme dans sa qualité globale. Sans être un chef-d’œuvre ni un classique en devenir, on est présence de quelquechose d’agréable et réussi (mention spéciale à sa pochette magnifique signée Juanjo Castellano) qui s’écoute facilement et dont on aura plaisir à revenir dessus de temps en temps, même s’il manque à lui et à ses géniteurs le petit plus qui fait toute la différence et les feraient grimper dans la division supérieure.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
10/02/2018 10:03
Malgré quelques Bidibip dû au thème SF, je ne trouve pas du tout ce Death mélo "moderne". Je lui trouve au contraire une bonne vieille touche old school, lorgnant vers Dan Swanö (EoS) et les vieux Godgory. Des morceaux comme "Mark Of Cain" ou "The Key To Your Voice" devraient parler au cerveau reptilien du Mitchounet selon moi Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Damnation Defaced
Death Moderne Mélodique
2017 - Apostasy Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (9)  7.58/10

plus d'infos sur
Damnation Defaced
Damnation Defaced
Death Moderne Mélodique - 2007 - Allemagne
  

tracklist
01.   NIOM: 004D004F0049004E
02.   Goddess Of Machines
03.   Invader From Beyond
04.   Mark Of Cain
05.   The Observer
06.   The Key To Your Voice
07.   Rendezvous With Destiny
08.   All Comes To Its End
09.   Back From Apathy
10.   The Creator’s Fall
11.   Embraced By Infinity

Durée : 42 minutes

line up
parution
6 Octobre 2017

Essayez aussi
MyGrain
MyGrain
MyGrain

2011 - Spinefarm Records
  
Loudblast
Loudblast
Frozen Moments Between Life And Death

2011 - XIII Bis Records
  
Dystopy
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)

2018 - Autoproduction
  
MyGrain
MyGrain
Orbit Dance

2006 - Spinefarm Records
  
Mors Principium Est
Mors Principium Est
Liberation = Termination

2007 - Listenable Records
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique