chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

River Black - River Black

Chronique

River Black River Black
Je ne suis pas certain qu’il y ait grand monde qui se souviennent ici de Mike Olender. D’abord chanteur pour Endeavor, celui-ci se fera surtout remarquer pour ses prestations rageuses au sein des excellents Burnt By The Sun. Une histoire qui durera un peu plus de dix ans puisque le groupe finira par mettre fin à son aventure deux ans après la sortie du très bon Heart Of Darkness. Mais depuis 2009 et la sortie de cet ultime album, Mike Olender s’était montré très discret allant même jusqu’à disparaître des radars. Un silence radio qui aura duré quelques années, sept pour être exact, avant de prendre fin l’année dernière.
Car début 2016, Olender annonçait à la surprise générale qu’il était de retour avec un nouveau groupe du nom de River Black. Et avec lui, quelques anciens membres de Burnt By The Sun tels que Dave Witte (batterie) et John Adubato (guitare). Pour compléter ce line-up particulièrement alléchant, on trouve le bassiste Brett Bamberger déjà vu et entendu chez Revocation, East Of The Wall, Publicist UK ou The Postman Syndrome. Un retour inattendu scellé par la sortie d’un premier album éponyme paru cet été non pas sur Relapse (comme ce fût le cas avant pour Burnt By The Sun) mais sur le label Season Of Mist.

Avec un tel line-up, pouvait-on imaginer que River Black puisse proposer autre chose qu’une suite logique aux albums de Burnt By The Sun ? Car c’est bien de cela dont il s’agit ici. Passé en effet la surprise du retour de Mike Olender et de ses acolytes, on se retrouve ici en terrain connu. Pour les non-initiés qui n’auraient jamais posés leurs oreilles sur un disque des Américains, River Black pratique lui aussi un Metal/Hardcore plutôt virulent et assez chaotique marqué par des rythmes chaloupés et épileptiques (Dave Witte toujours en très grande forme), des riffs nerveux et saccadés auréolés par quelques dissonances ainsi qu’un chant enragé particulièrement abrasif. Produit par Eric Rachel, un nom qui rappellera de vieux souvenirs aux amateurs de Metal/Hardcore des années 90 pour avoir travaillé avec des groupes tels qu’Every Time I Die, Ensign, Vision, Nora, Atreyu, Zao, Twelve Tribes et même Burnt By The Sun, ce premier album de River Black joui d’un son moderne et puissant tout à fait adapté à ce genre de musique aux nuances quasi inexistantes et à l’immédiateté évidente. Une production en béton-armé qui va ainsi mettre en lumière cette force de frappe dont fait preuve ici le groupe tout au long de cette grosse demi-heure.

Car loin de s’embêter avec le superflu, Olender et sa bande sont plutôt du genre à rentrer dans le lard sans se soucier des formules de politesse. A l’aide de morceaux relativement courts compris le plus souvent entre 2:30 et 3:30, River Black entend bien frapper fort et surtout mettre tout le monde à genou dès les premières écoutes. Il est vrai que si l’on est un tant soit peu sensible à ce genre de Metal/Hardcore moderne et chaotique, il me paraît bien difficile de ne pas succomber face à ce concentré d’efficacité. Et ce n’est pas tant aux riffs qu’on la doit cette efficacité mais plutôt à ce sens du rythme. En changeant de cadence fréquemment, en ponctuant ses titres par des breaks à devenir complètement maboul (comment ne pas avoir envie de tout défoncer sur ceux de "Honor", "Low" ou "#Victim" ?) et en hachurant ses riffs à la manière d’un épileptique en pleine crise, River Black nourrit une frénésie tout au long de ces trente-six minutes qui donne à ce premier essai des allures d’exutoire formidable.
Bien moins subtile qu’un album de Botch ou de Converge avec lesquels le sticker promotionnel tente de faire le lien, River Black tente à sa manière d’apporter tout de même un soupçon de mélodie et de relief à l’ensemble. D’abord de façon plutôt sympathique avec ce titre instrumental qui a donné son nom à l’album. Ce violon à la mélodie triste et hivernale offre un court moment de répit dans la progression de ce premier album. Il est suivi par un titre plutôt orienté mid-tempo qui va d’ailleurs reprendre cette même mélodie. L’espace de quelques minutes, les Américains se font moins pressants et ce n’est pas un mal. Par contre, là où ces derniers auraient probablement pu s’abstenir c’est sur le titre "Haunt" et notamment ce passage très étrange entonné par Brann Dailor de Mastodon qui semble tiré d’un album de Korn... On ne peut pas dire que ce soit particulièrement bienvenu.

Mais ce tout petit reproche ne doit pas vous faire oublier le reste de ce qui a été dit et suggéré, à savoir que River Black est un premier album particulièrement solide et efficace qui, s’il marche sans trop d’originalité dans les pas de ce qu’a pu faire Burnt By The Sun par le passé, n’en reste pas moins extrêmement bien ficelé. Voilà donc un disque sans prétention qui (re)donnera aux auditeurs un goût de ce que peut être le Metal/Hardcore lorsqu’il est bien fait.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
River Black
Metal / Hardcore
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (4)  6.5/10

plus d'infos sur
River Black
River Black
Metal / Hardcore - 2016 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Jaws  (01:58)
02.   Honor  (03:15)
03.   Low  (03:19)
04.   Shipwreck  (03:43)
05.   River Black  (00:46)
06.   South x South  (03:25)
07.   Boat  (02:32)
08.   Move  (02:41)
09.   #Victim  (03:22)
10.   Haunt  (03:09)
11.   Sink  (02:30)
12.   Everywhere  (04:51)

Durée : 35:31

line up
parution
7 Juillet 2017

Essayez aussi
Lokurah
Lokurah
The Time To Do Better

2012 - M&O Music
  
Born From Pain
Born From Pain
War

2006 - Metal Blade
  
Mindlag Project
Mindlag Project
Karybda

2002 - Autoproduction
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique