chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Beastmaker - Lusus Naturae

Chronique

Beastmaker Lusus Naturae
Rise Above, doom, Lee Dorian, tout ça, tout ça…doit te mettre sur la voie. Beastmaker ne t’est pas inconnu puisque, comme tous les gens de bon goût, tu nous lis. Tu as donc déjà pu apprécier la chronique du sieur Ikea et sa très bonne note offerte à Inside the Skull, leur dernière offrande. Quid alors de leur précédent effort, sorti en 2016 ? Et bien… c’est le même.

Comme la plupart des poulains de l’écurie Rise Above, Beastmaker développe une science experte dans sa faculté à mêler le doom trad’ dans ce qu’il a de plus pur (Pentagram inside) au rock un poil occulte, l’imagerie très films d’horreurs des années 60 venant soutenir agréablement l’ensemble du produit. Car produit, au sens un brin péjoratif, il y a quand même. Beastmaker, dès ce Lusus Naturae – qui constitue en réalité son premier effort longue durée – pose déjà les bases d’une musique que d’autres ont engendré bien avant lui. Black Sabbath, c’est évident, Pentagram encore mais aussi Pagan Altar dans l’esprit, Cathedral ou encore le Reverend. Bref, si Beastmaker ne produit pas une musique de qualité, il est condamné.

Mais de fait, les titres délivrés par ce Lusus Naturae font la part belle à la fraîcheur, d’autant qu’ils sont relativement ramassés, pour du doom, avec une moyenne de trois minutes. Clouds in the Sky et ses cloches bruyantes, comme le petit grain vinylique qui ressort du son, la chaleur de ce dernier, ultra organique, la basse ronde à souhait (Arachne, Skin Crawler, It) et la voix suave à l’extrême donnent à cette ouverture l’ADN suffisant pour être adoubé par tous les amateurs de doom de tradition. Comme chez la plupart de ses ainés, les solis ne font pas défaut, trempés dans le heavy rock et le groove jusqu’au cou (You must Sin, Mask of Satan) et jouant alternativement le rôle de pont préparant une accalmie (Clouds in the Sky, Skin Crawler, Lusus Naturae, The Strain), de passage vers des terres plus psychédéliques (Eyes are watching, Burnt Offering) ou, plus radicalement, de relance du titre (Arachne, Find the Stranger).

La lourdeur est un leitmotiv. Elle n’écrase cependant pas les titres comme chez d’autres anciens (Reverend en tête) mais reste relativement « aérienne » (Find the Stranger), la faute à des ponts nombreux qui brisent parfois une dynamique qui venait juste de s’installer, mais sans apporter de plus value véritable (Eyes are watching). Il est regrettable, à ce titre, que les solis n’aient pas été davantage développés car, pour le coup, eux apportent des changements de rythmes, voire d’ambiances plus radicaux, notamment lorsqu’ils teintent la structure de la couche de couleur occulte qui va bien à ce type de morceau lent et lourd (Skin Crawler et sa voix traînante, un brin hantée ; It). Et il est également dommage que le grain thrashy de certaines guitares n’ait pas davantage été poussé (Burnt Offering), qui confère à la rythmique une allure plus enlevée, qui contraste avec la lourdeur globale des morceaux. Enfin, certains titres remplissent l’album plus qu’ils ne l’enrichissent, en développant des thématiques vues et revues (Astral Corpse ou Lusus Naturae et ses relents pop par exemple).

Beastmaker a des idées. Il sait jouer et on ne peut lui enlever le fait que, dans son créneau, il remplit parfaitement le contrat. Je lui reprocherais seulement de la jouer trop facile, d’assurer là où il pourrait exploser, se révéler, se démarquer, par exemple en exploitant les idées ci-dessus développées : accentuer le côté thrashy de certaines compos, sans perdre en lourdeur, diversifier son propos musical, souvent bâti sur le même groove… Bref, en cherchant la faille, en démontrant une volonté de s’aventurer plus loin dans les terres du doom trad’, Beastmaker pourrait trouver le moyen de sortir du lot davantage qu’il ne le fait aujourd’hui.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
18/11/2017 15:13
note: 7.5/10
Comme Ikea, je préfère le suivant mais ça reste tout de même de très bonne facture.
Ikea citer
Ikea
18/11/2017 12:01
note: 7/10
Je préfère le suivant, qui développe pas mal de choses dont tu parles en conclusion, mais j'aime bien le côté plus "écroulé" de celui-ci, moins éclatant, plus dans la torpeur (les pochettes sont assez explicites, de ce côté : Lusus est noir et horrifique, ItS plus metal et coloré). Bref, chouette groupe.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Beastmaker
Doom trad'
2016 - Rise Above Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (4)  7.5/10
Webzines : (12)  7.71/10

plus d'infos sur
Beastmaker
Beastmaker
Doom Metal / Rock - 2014 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Clouds in the Sky  (04:21)
02.   Eyes Are Watching  (03:00)
03.   Arachne  (03:08)
04.   Skin Crawler  (03:33)
05.   Find the Stranger  (04:32)
06.   You Must Sin  (05:02)
07.   Burnt Offering  (02:55)
08.   Mask of Satan  (03:26)
09.   It  (05:06)
10.   Astral Corpse  (03:14)
11.   Lusus Naturae  (03:30)
12.   The Strain  (03:50)

Durée : 45:37

parution
25 Mars 2016

voir aussi
Beastmaker
Beastmaker
Inside the Skull

2017 - Rise Above Records
  

Essayez aussi
Cauchemar
Cauchemar
Chapelle ardente

2016 - Nuclear War Now! Productions
  
The Gates Of Slumber
The Gates Of Slumber
The Wretch

2011 - Rise Above Records
  
Pilgrim
Pilgrim
II: Void Worship

2014 - Metal Blade Records
  
Spiritus Mortis
Spiritus Mortis
The Year is One

2016 - Svart Records
  
Pilgrim
Pilgrim
Misery Wizard

2012 - Metal Blade Records
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report