chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
41 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Kanashimi - Inori

Chronique

Kanashimi Inori
C’est sans crier gare que KANASHIMI est revenu, 8 ans enfin après le premier album Romantik Suicide. 8 ans entre deux opus, mais pas d’inactivité. Les fans se seront procurés en 2010 In My Tears, un EP au CD lui aussi taille mini, puis les deux splits de 2012 et 2014. Le premier avec les autres Japonais de INFERNAL NECROMANCY, le second avec les Américains de HAPPY DAYS. Ces sorties avaient suffi pour nous repaître mais nous commencions véritablement à nous impatienter.

Mais personnellement, ce qui piquait encore plus ma curiosité, c’était de voir si l’unique membre, O. Misanthropy, allait négocier un virage ou garder à nouveau son approche ou se contenter de broder autour de l’univers qu’il s’était créé. Eh bien il y a un peu des deux. C’est à dire que le groupe de black metal dépressif garde ses fondements. Il y a toujours ce piano mélancolique qui mène les compositions, accompagné des grésillements d’une guitare électrique timide, et ces vocaux graves dégoulinants de souffrance. Sauf que voilà, notre homme a relevé d’un bon cran le côté éthéré des morceaux et sa musique s’en retrouve plus apaisée. Le suicide romantique a eu lieu, et il nous propose maintenant l’étape suivante. Il est désormais temps d’emprunter le chemin vers le paradis. La pochette va d’ailleurs dans ce sens. Succès de sa propre mise à mort, mais un repos trouvé. L’album s’appelle en plus Inori, « prière »...

Cette clarté plus appuyée en devient aveuglante. D’autant que par moments, des chœurs lumineux viennent ajouter encore de la crème de pathos. On se sent plongé dans le jardin d’Eden, tôt le matin, les pieds dans la rosée et le visage dans la lueur de l’aube. C’est beau et délicieusement triste à la fois. Ce qui en fera fuir certains au galop. Ils seront rebutés par la déferlente d’émotions de fragile.

Notons tout de même que l’album est une nouvelle fois bien trop court. Romantik Suicide faisait 29 minutes, celui-ci en fait 37, mais avec un instrumental de 2:35 et une piste déjà connue, bien que retravaillée : « In My Tears », raccourcie à 8 minutes au lieu de 10 précédemment.

Si vous trouviez que KANASHIMI avait un équilibre parfait, le changement pourrait être fatal. Même s’il n’est pas énorme, il est suffisamment important pour donner un côté trop propre, trop joli, trop doux. Si les beaux sentiments ne vous gênent pas, ce sera au contraire à nouveau l’occasion de sortir vos mouchoirs et de laisser vagabonder votre esprit.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Sombre alcoolo citer
Sombre alcoolo
20/11/2017 10:18
Bonne analyse de l'orientation de cet opus.
Le diffus sentiment que Joe Hisaishi s'est mis au DSBM.
Le contraste entre les deux est foutrement intéressant et offre un opus qui marque l'auditeur ou tout du moins ne peut laisser indifférent, que l'on apprécie ou pas

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Kanashimi
Black metal dépressif
2017 - Pest Productions
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Kanashimi
Kanashimi
Black metal dépressif - 2007 - Japon
  

écoutez
tracklist
01.   Scar of Heart
02.   Tomurai
03.   Lost Soul
04.   In My Tears
05.   Nostalgia
06.   Inori

Durée : 37:25

parution
27 Octobre 2017

voir aussi
Kanashimi / Happy Days
Kanashimi / Happy Days
The Great Depression II (Split-CD)

2014 - Zero Dimensional Records
  
Infernal Necromancy / Kanashimi
Infernal Necromancy / Kanashimi
Hikari to Yami (Split-CD)

2012 - Zero Dimensional Records
  

Essayez aussi
Total Negation
Total Negation
Zeitzeuge

2015 - Temple of Torturous
  
Ghost Bath
Ghost Bath
Moonlover

2015 - Northern Silence Productions
  
Vardan
Vardan
From the Pale Moonlight

2015 - Moribund Records
  
Nihill
Nihill
Krach

2007 - Monumentum Records
  
Soupir Astral
Soupir Astral
L'Eternelle Traversée

2017 - Talheim Records
  

Crypts Of Despair
The Stench Of The Earth
Lire la chronique
Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique