chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
53 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sun Of The Sleepless - To the Elements

Chronique

Sun Of The Sleepless To the Elements
Markus Stock, alias Ulf Theodor Schwadorf, n’a décidemment rien à envier à un Hugh Glass dans The Revenant. Non content d’avoir déjà déterré Empyrium il y’a 4 ans, c’est maintenant Sun of the Sleepless, son aventure black metal, qu’il ramène à la vie. Après seulement 2 EP et un split sortis entre 1999 et 2004, ce n’est qu’après la mort du projet et presque vingt ans d’existence que vient ce premier album, To the Elements.

Si Schwadorf ne s’annonce pas en nom propre, c’est pourtant de son parcours en solo dont il s’agit ici. Au point que l’homme a enregistré absolument tous les instruments et les vocaux de cet album, dans la plus pure tradition du loup solitaire multi-instrumentiste du black metal en quelque sorte. Et le metal noir développé sur cet album est assurément le fruit d’une longue maturation : plus mélodique, plus folk et surtout porteur d’une identité plus cohérente que les précédentes sorties, Schwadorf marche ici dans les traces du Ulver de Bergtatt, influence dont il ne s’est jamais caché. Mais réduire To the Elements à cette simple comparaison serait terriblement réducteur, tant son géniteur parvient à y imposer sa patte du début à la fin. Le soin et la délicatesse qu’il a toujours su insuffler dans son travail sont omniprésents ici, de même que son amour inébranlable pour la nature et ses charmes.

Cela se traduit concrètement par un black metal accessible sans pour autant rogner sur une certaine profondeur. Les guitares harmonisées et les chœurs sont nombreux, à l’instar d’un morceau introductif déclamant un extrait de la pièce La Tempête de Shakespeare dans un registre quasiment grégorien, et qui plonge tout naturellement l’auditeur dans l’ambiance du disque. Pour le côté black, les riffs évoquant dans le son et les couleurs un Darkthrone mélancolique (on notera une pochette rappelant la fameuse « Unholy Trinity ») fonctionnent à merveille sur des morceaux comme « Motions » ou « In the Realm of the Bark ». On notera de légères influences heavy comme nouveauté au détour de quelques riffs bien sentis, l’ouverture de « Where in my Chilhood Live a Witch » en tête. Pour ce qui est du chant, Schwadorf réalise un sans-faute que ça soit du côté des voix claires, magnifiques, ou des cris black, très convaincants. S’il se réapproprie avec facilité tous les éléments de compositions évoqués plus haut, c’est sans surprises pendant les passages acoustiques qu’on le sent le plus en confiance et pertinent, lui qui est passé depuis longtemps maître dans l’art de faire résonner les cordes sèches dans l’air. A ce titre les premières minutes de « The Owl » auraient pu figurer sur le célèbre Weiland, et l’interlude sylvestre « Forest Crown », très rafraichissant, nous replonge avec délice dans l’atmosphère d’un The Mantle d’Agalloch, aidé en cela par une production aussi irréprochable que naturelle.

Avec ce premier véritable effort en solo que personne n’attendait plus, Schwadorf pose un album constant dans sa qualité au sacrifice d’une durée assez courte (41 minutes seulement), pas vraiment original dans le style abordé, mais portant à chaque instant la marque reconnaissable entre mille de son talentueux créateur, doublée d’un charme poétique indéniable. En parlant de poésie, il ne nous reste plus qu’à laisser la plume de J.R.R Tolkien conclure cette chronique, comme elle conclut le final ultra-épique de la superbe « Phoenix Rise », moment fort du disque, et qui prend tout son sens ici :

"From ashes a fire shall be woken
A light from the shadows shall spring
Renewed shall be the blade that was broken
The crownless again shall be king"

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sun Of The Sleepless
Black Metal
2017 - Lupus Lounge
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (6)  7.57/10

plus d'infos sur
Sun Of The Sleepless
Sun Of The Sleepless
Black Metal - 1999 - Allemagne
  

vidéos
The Owl
The Owl
Sun Of The Sleepless

Extrait de "To the Elements"
  

tracklist
01.   The Burden
02.   Motions
03.   The Owl
04.   Where in My Childhood Lived a Witch
05.   Forest Crown
06.   In the Realm of the Bark
07.   Phoenix Rise

Durée : 41:15 minutes

parution
21 Juillet 2017

voir aussi
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
I (Split-CD)

2004 - Lupus Lounge
  

Essayez aussi
Darkthrone
Darkthrone
Sardonic Wrath

2004 - Moonfog Productions
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
What Once Was... Liber II (EP)

2012 - Debemur Morti Productions
  
Ustalost
Ustalost
The Spoor of Vipers

2016 - Sibir Records
  
Behemoth
Behemoth
Pandemonic Incantations

1998 - Solistitium Records
  
Förgjord
Förgjord
Uhripuu

2017 - Werewolf Records
  

Surprise de l'année
MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast