chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
39 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Ulsect - Ulsect

Chronique

Ulsect Ulsect
Que les choses soient dites : il est clair qu’aujourd’hui le death metal n’a plus grand-chose à envier à son petit frère black quand il s’agit de s’accoler le préfixe « post ». Depuis les premiers défrichages du père Gorguts à la fin des nineties et le moment où votre serviteur écrit ces lignes, bien des choses ont changé. Le death metal n’a pas manqué de prouver ses capacités de mutation hors-normes, démontrant une fois de plus que c’est bien l’extrême au sein du metal qui est le moteur du changement depuis plus de vingt ans. Dans la lignée de la bande de Luc Lemay nous venait l’année dernière Ulsect, formé autour de l’ex-bassiste de Textures et de deux membres du monstre Dodecahedron (qui aura signé la même année une sortie plus que costaude), respectivement aux fûts et à la guitare. Et soyons franc, ce premier essai frappe fort, pour peser nos mots.

Les Néerlandais arrivent avec un premier album éponyme armé d’une production très professionnelle, qui n’a absolument rien à envier aux ténors du genre. Ulsect présente une version du post-death plus sage, précise et cérébrale. On pense évidemment aux monstres du death moderne que sont Gorguts et Ulcerate, et Ulsect emprunte avec maitrise l’aspect technique du premier et les dissonances vicieuses du second (« The Endling »), mais est moins prompt à s’emporter avec virulence comme peuvent le faire ses cousins les plus radicaux. L’ensemble est d’ailleurs plus « post » que « death » en vérité, avec le chant hurlé et un recours aux blast beats assez parcimonieux, le groupe préférant se focaliser sur un groove menaçant et on retrouve nombre de riffs caractéristiques de la scène progressive post-Meshuggah. Si ce point commun avec feu Textures n’étonne pas, Ulsect va encore plus loin dans sa vision propre du genre avec plusieurs passages où les guitares dessinent une trame mélodique de fond assez lumineuse, réminiscence de… Textures encore.

Et c’est définitivement grâce à ce genre de point qu’Ulsect parvient facilement à sortir de la masse des groupes de la scène extrême misant sur leur mise en place et leur noirceur. L’album sort du lot après quelques écoutes car il cherche justement à donner juste ce qu’il faut de points d’accroche pour l’auditeur, sans pour autant renier une nature difficile et ombrageuse. Le disque hérite certes de l’aspect chaotique et apocalyptique de Dodecahedron, mais moins poussé à l’extrême. Il va ainsi imposer des moments marquant d’entrée de jeu, bien aidé par un son particulièrement impressionnant, notamment du côté de la basse (écoutez l’ouverture absolument gigantesque de « Our Trivial Toil »), qui fait des ravages pendant ces quarante-deux minutes. Cette même basse donne d’ailleurs très rapidement le ton sur un « Fall to Depravity » ouvrant la voie au cauchemar avant de surprenamment virer vers une plage mélodique du plus bel effet. Les Néerlandais font preuve d’une maitrise indéniable à de nombreuses reprises, comme sur l’excellent « Our Trivial Toil », qui ne laisse aucun doute planer sur les capacités de composition du quintet, tant ces huit minutes labyrinthiques passent sans forcer. Les plages plus atmosphériques sont particulièrement bien amenées : l’introduction de « Diminish » anesthésie lentement jusqu’à ce que même l’arrivée des blast beats ce fasse sans douleur, et l’intrumental « Moirae » illustre parfaitement les paysages que suggèrent la pochette, cette errance au sein d’une terre aride, monochrome et saturée par les vapeurs de soufre. Un seul regret : une deuxième partie d’album pas aussi mémorable et qui ne va pas beaucoup plus loin que la première, hormis une certaine hausse d’agressivité sur des titres comme « Unveil » et « The Endling », qui attaquent très fort dès les premières secondes.

Au final un premier jet très monolithique dans ses ambiances (les pistes se suivent même d’un seul tenant), et qui convainc très rapidement, sans forcer. L’exécution inspire le respect, surtout à l’écoute des parties de Jasper Barendregt qui nous font dire que clairement les Néerlandais ne plaisantent pas. Le groupe arrive à mélanger sa patte et ses influences pour restituer un contenu certes identifiable, mais sans négliger une personnalité bien existante. Ulsect n’aura pas eu le mérite d’arriver avant une scène qui le précède, mais celui d’un travail et d’une finition extrêmement appliquée. L’expérience de ces musiciens parle pour eux, et on espère les réentendre faire parler la poudre bientôt, tant le potentiel est grand s’ils arrivent à encore optimiser leur formule.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

FullSail citer
FullSail
10/04/2018 10:39
note: 8/10
Yes, il fallait qu'il soit chroniqué ici celui-là ! Bien d'accord avec toi sur le rôle immense de la basse qui fait un gros boulot tout au long du disque. On s'en lasse pas.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Ulsect
Post-Death Metal
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (11)  8.15/10

plus d'infos sur
Ulsect
Ulsect
Post-Death Metal - 2013 - Pays-Bas
  

tracklist
01.   Fall to Depravity
02.   Our Trivial Toil
03.   Diminish
04.   Moirae
05.   Unveil
06.   An Augury
07.   The Endling
08.   Maunder

Durée : 42:38 minutes

line up
parution
12 Mai 2017

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique