chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
63 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Satyricon - Deep Calleth upon Deep

Chronique

Satyricon Deep Calleth upon Deep
C’est quoi SATYRICON ? C’est plein de choses SATYRICON, mais depuis 10 ans et quelque, c’est ton daron qui t’appelle pour te faire un sermon dans la cuisine. Quand tu arrives face à lui en trainant les pieds, obligé de t’asseoir pour l’écouter, il est déjà un peu éméché. La bouteille qui trône devant lui a été entamée. Il te regarde gravement, et tu sais que tu vas passer un sale quart d’heure.

SATYRICON, et donc les inarrêtables Satyr et Frost, ce sont nos papas à tous. Déjà ils ont l’âge pour être réellement celui de certains d’entre nous, mais ils ont aussi la présence, l’autorité... la tête de mule aussi ! Et quand Deep Calleth Upon Deep commence c’est bien tout cela qui revient en mémoire. « Midnight Serpent » est très paternel. C’est « Tu poses ton cul et tu écoutes ce que j’ai à te dire ! ». Ah, c’est sûr que dans ces cas-là, on rigole moyen. On écoute sagement la leçon, pas très intéressante, et plus ou moins la même rengaine. Papa s’y croit alors qu’il n’a pas changé de disque. On voudrait bien se lever, mais on doit tenir. Le daron se ressert un verre. Il poursuit son discours. On est une merde, il sait ce qu’on devrait faire. « Blood Cracks Open the Ground » est ainsi la suite de la leçon. Rugueuse, sans écart, sans tolérance. La batterie ne tremble pas, elle assomme. Les riffs ne tremblent pas, ils lancent des pics gelés. La voix ne tremble pas, elle FAIT trembler.

On reste assis. On n’a pas le choix. Et là se produit le déclic qu’on attendait, auquel SATYRICON / Papa nous a habitué : l’alcool a fait son effet, et de lui-même papa casse sa carapace. C’est soudain, c’est sur « To Your Brethren in the Dark ». Le rythme du morceau est lent, lourd. Ça y est, il es devenu plus grace, plus sollennel et moins moralisateur spartiate. On voit le réel fond de son cœur. Il montre une facette plus fragile, plus sensible. Il essaie peut-être finalement de cacher son côté torturé !

Il essaie tout de même de garder la face. De ressortir ce bouclier de testostérone qui le définit. Mais il ne retrouve jamais le ton du début du sermon. Et tant mieux parce qu’on sent bien tous les démons qui l’habitent. Les chœurs qui accompagnent les percussions de « Deep Calleth Upon Deep » montrent un très grand daron, et l’on le voit d’un autre regard. Il a retrouvé l’auréole qu’il affirmait avoir dans sa jeunesse. Mieux encore, il trouve l’équilibre parfait sur « The Ghost of Rome ». Il en impose. Là encore il y a les chœurs qui viennent aider, mais les mélodies sont excellentes, la voix force le respect. Très bon titre. Papa n’est plus un sale mytho semblant regretter sa jeunesse ratée, il nous prouve réellement qui il était, et qui il peut encore être.

Il va poursuivre son discours sur encore trois pistes. Il s’y montre variable. Naviguant à nouveau entre les moments profonds ("Black Wings and Withering Gloom") et les passages où il reprend ses esprits et tente de se faire respecter par la force (la partie centrale de "Dissonant", une grosse partie de "Buril Rite"). Ce qui est certain, c’est qu’une fois le monologue de 43 minutes terminées, c’est la fierté qui reste en mémoire. Il sait nous faire chier, mais finalement il en a vraiment dans le caleçon notre daron, mais étrangement on le sent plus lorsqu’il devient fragile que lorsqu’il montre ses crocs...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
29/11/2017 11:28
Pour moi l'album ne commence véritablement qu'à partir de "Deep...", les morceaux précédents étant au mieux passables au pire pénibles.
Au final, 5 morceaux pas trop mauvais ça fait quand même léger...
ça fait tout de même mal au cœur de voir Satyricon s'enliser dans la médiocrité depuis 3 albums.
m.Kekchoz citer
m.Kekchoz
28/11/2017 11:07
Une surprise cet album, qui se révèle au fur et à mesure des écoutes ! Un bon cru !!
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2017 16:43
note: 7/10
Sakrifiss a écrit : Respecte ton daron !
Et un seul point d'écart d'opinion c'est pas énorme.
Je m'ennuie légèrement sur le premier. Trop sur le deuxième.
Et après chaque piste me plaît bien.


Ca n'est pas un mauvais album loin de là, surtout quand on compare avec le précédent, mais effectivement le démarrage est un peu mou du genou et assez moyen, et la suite remonte l'intérêt général de cet opus (heureusement!)
Sakrifiss citer
Sakrifiss
27/11/2017 16:34
note: 8/10
Respecte ton daron !
Et un seul point d'écart d'opinion c'est pas énorme.
Je m'ennuie légèrement sur le premier. Trop sur le deuxième.
Et après chaque piste me plaît bien.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/11/2017 16:18
note: 7/10
Je te trouve bien gentil car personnellement je me suis ennuyé, certes moins que l'éponyme, mais je trouve quand même que ça manque de gniak et surtout j'ai la désagréable impression que les gars ne font que recycler leurs idées dorénavant, là où avant ils étaient des précurseurs dans leur genre.

Ca joue bien, il y'a de bonnes idées, quelques bons moments mais relativement rares, dommage car quand la bande se lâche c'est toujours super efficace

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Satyricon
Black Metal de daron
2017 - Napalm Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (3)  7/10
Webzines : (14)  7.66/10

plus d'infos sur
Satyricon
Satyricon
Black Metal de daron - 1991 - Norvège
  

tracklist
01.   Midnight Serpent
02.   Blood Cracks Open the Ground
03.   To Your Brethren in the Dark
04.   Deep Calleth upon Deep
05.   The Ghost of Rome
06.   Dissonant
07.   Black Wings and Withering Gloom
08.   Burial Rite

Durée : 43:35

line up
  • Satyr / Chant, Basse, Guitare, Claviers
  • Frost / Batterie

parution
22 Septembre 2017

voir aussi
Satyricon
Satyricon
Live at the Opera (DVD)

2015 - Napalm Records
  
Satyricon
Satyricon
The Age Of Nero

2008 - Roadrunner Records
  
Satyricon
Satyricon
Now, Diabolical

2006 - Roadrunner Records
  
Satyricon
Satyricon
Satyricon

2013 - Roadrunner Records
  
Satyricon
Satyricon
Nemesis Divina

1996 - Moonfog Productions
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique