chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Almyrkvi - Umbra

Chronique

Almyrkvi Umbra
Sorti en fin d'année dernière sur Ván Records, Umbra est le premier album du duo islandais Almyrkvi. Celui-ci fait suite à Pupil Of The Searing Maelstrom, un EP paru en février 2016 qui laissait alors entrevoir une formation soucieuse de se démarquer du reste de la scène islandaise (Sinmara, Svartidauði, Misþyrming, Abominor, Naðra, Mannveira...) en allant explorer d'autres sonorités plus proches de ce que l'on peut retrouver chez des groupes comme Blut Aus Nord ou Darkspace. Des influences évidentes qui continueront aujourd’hui d'en chatouiller certains mais qui, quoi que l’on trouve à y redire, n'ont jamais empêché Garðar S. Jónsson et Bjarni Einarsson de composer des morceaux extrêmement solides ayant notamment la faculté de transporter l'auditeur dans des galaxies sombres et lointaines faites de ce que la nature à de plus grandioses et de plus insaisissables à la fois (trous noirs voraces, vents stellaires implacables, planètes inhospitalières, nuages de gaz hyper toxiques, mers d'azote, nébuleuses inconnues et effrayantes...).

Avec un artwork quasiment identique ou en tout cas très proche dans l'esprit de celui de Pupil Of The Searing Maelstrom, il semble évident qu'Almyrkvi n'entends pas changer son fusil d'épaule. Et effectivement, c'est en toute logique que le duo reprend ici le chemin de ce Metal Noir lent et hypnotique porté par ces mêmes atmosphères vaporeuses et stellaires.

Pour instaurer ce climat bien particulier, le groupe va procéder exactement de la même manière que sur son premier EP. D’abord grâce à une batterie légèrement en retrait dans le mix servi par un son particulièrement froid et synthétique. Une production à l’approche plutôt mécanique (même si nous ne sommes pas non plus ici dans une musique dite industrielle) qui paradoxalement va se retrouver contrebalancée par le jeu très organique de Bjarni Einarsson (Sinmara, Slidhr, Wormlust...). Car en dépit de ce rythme lent qui caractérise les compositions de Umbra, l’Islandais se plaît à donner du rythme, de la nervosité et de la variété aux compositions imaginées par son collègue. Cela se traduit ainsi par quelques accélérations sous forme de blasts tout ce qu’il a de plus classiques mais surtout par des séquences relativement explosives marquées par le jeu épileptique (mais tout en retenu) d’un Einarsson exerçant effectivement dans les limites du cadre imposé par Garðar S. Jónsson.
Mais cette batterie n’est bien évidement pas la seule responsable de ces atmosphères. Les guitares jouent elles aussi un rôle prépondérant dans leurs constructions. Tout d’abord, il y a ces riffs particulièrement monolithiques et répétitifs. Des accords simples et traînants que Garðar S. Jónsson va plaquer à la force d’une production puissante, moderne et rugueuse. Ce sont ces derniers, par leurs statures imposantes et leurs impénétrabilités, qui vont nourrir le Black Metal d’Almyrkvi de ces atmosphères menaçantes et anxiogènes. Mais afin d’apporter un peu de nuance à ces blocs de riffs lents et écrasants, on trouve aussi de nombreuses séquences plus mélodiques (mais pas forcément beaucoup moins anxiogènes) venues apporter un peu de lumière à une musique aussi sombre que les trous noirs dans lesquels elle nous balade de titre en titre ("Vaporous Flame" à 1:10 (avec renfort de chants clair ), "Forlorn Atral Ruins" à 0:27, 1:50 (avec renfort de chants clairs bis) et 4:08, "Severed Pillars Of Life" à 2:01 et 4:05, le début de "Stellar Wind Of The Dying Star" puis à 1:48 (avec renfort de chants clair ter), "Cimmerian Flame" à 3:53 puis "Fading Hearts Of Umbral Nebulas" à 1:06 et 4:09).
Plus discrètes, les nappes de synthétiseurs disséminées ici et là (sous forme de voix, de plages ambient et de bruitages étranges et peu rassurants) participent également à l’habillage sonore de l’ensemble. Un travail important que l’on ne perçoit pas nécessairement immédiatement, notamment lorsque ces éléments sont intégrés à même les compositions et non en guise de simple transition/conclusion comme c’est également le cas, mais qui pourtant permet de s’immerger encore davantage dans cet univers mêlant science-fiction, astronomie et Black Metal.

Promis à des choses intéressantes après un premier EP particulièrement concluant, Almyrkvi réitère aujourd’hui l’exercice avec le même degré de satisfaction. Son Black Metal atmosphérique nous amène donc avec lui dans les méandres de l’espace connu et inconnu. Un voyage moins éreintant que celui proposé par Darkspace (format, rythme…) mais qui n’en demeure pas moins une expérience saisissante et quasi-unique puisque finalement bien peu de groupes évoluent encore aujourd’hui dans un tel registre. A la croisée des chemins entre Blut Aus Nord (exception faite de la trilogie Memoria Vetusta) et la fameuse entité suisse, Almyrkvi devrait aisément pouvoir trouver grâce aux yeux et aux oreilles des amateurs de ces deux formations. Quoi qu’il en soit, sa recette est aujourd’hui bien rodée et une chose est sûre, les atmosphères délivrées sont parmi les plus saisissantes dans le genre.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/02/2018 09:03
Une nouvelle fois la scène islandaise confirme son incroyable niveau et sa diversité, alors certes je ne serai pas aussi enthousiaste que toi car je trouve que par moment ça traîne un peu en longueur et que ce côté synthétique peut rebuter également, néanmoins ça reste intéressant et c'est à découvrir tant sa froideur et sa qualité d'écriture est présente !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Almyrkvi
Black Metal
2017 - Ván Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.38/10

plus d'infos sur
Almyrkvi
Almyrkvi
Black Metal - 2013 - Islande
  

tracklist
01.   Vaporous Flame  (09:20)
02.   Forlorn Astral Ruins  (06:55)
03.   Severed Pillars Of Life  (06:17)
04.   Stellar Wind Of The Dying Star  (06:15)
05.   Cimmerian Flame  (06:15)
06.   Fading Hearts Of Umbral Nebulas  (07:03)

Durée : 42:05

line up
parution
24 Novembre 2017

voir aussi
Almyrkvi
Almyrkvi
Pupil Of The Searing Maelstrom (EP)

2016 - Ván Records
  

Essayez aussi
The Great Old Ones
The Great Old Ones
EOD: A Tale Of Dark Legacy

2017 - Season Of Mist
  
Seher
Seher
Nachzehrer

2016 - Totenmusik
  
Uškumgallu
Uškumgallu
Rotten Limbs in Dreams of Blood

2016 - Vrasubatlat
  
Flame Of War
Flame Of War
Long Live Death!

2012 - Lower Silesian Stronghold
  
Vreid
Vreid
Pitch Black Brigade

2006 - Tabu Recordings
  

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique