chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rude - Remnants

Chronique

Rude Remnants
Alors que le label Hammerheart réédite actuellement les premiers albums de Pestilence, les Américains de Rude continuent de leur rendre hommage à travers un nouvel album qui, à l’image de Soul Recall sorti il y a déjà trois ans, reprend peu ou prou la formule développée en leurs temps pas les Hollandais. Un mimétisme particulièrement saisissant qui risque une fois encore de diviser puisque très clairement, le groupe n’a rien de bien nouveau à proposer et n’a finalement pour lui que la qualité et l’efficacité de ses compositions (ce qui, par les temps qui courent, est déjà pas mal).

Sorti en début d’année sur le label F.D.A. Records (anciennement connu sous le nom de F.D.A. Rekotz), ce deuxième album a pour titre Remnants... et se voit illustrer une fois encore par l’inimitable Dan Seagrave (qui, rappelons-le, a également bossé à trois reprises pour le groupe de Patrick Mameli). Et si toutes ses réalisations ne se valent pas forcément et que celle de l’album précédent était effectivement capable de vous attraper l’œil en une fraction de seconde, je trouve celle-ci néanmoins très réussie. Certes, il y a peu de nuances et encore moins de couleurs "catchy" mais il s’en dégage à mon sens une ambiance glaciale et oppressante qui n’est pas sans rappeler celle du film Alien.

Ce qui m’a donc tout d’abord séduit chez les Californiens, c’est qu’ils ont choisi de jouer sur un terrain relativement peu pratiqué ces dernières années. Il y a bien eu Horrendous à l’époque de son premier album mais le groupe a bien vite dévié de cette trajectoire pour tendre vers quelque chose de plus personnel. Un choix qui d’emblée me le rend sympathique à mes yeux. Mais devant si peu d’originalité (ce qui n’est pas spécialement un défaut en ce qui me concerne), la seule question qui mérite d’être posée est donc de savoir si les nouveaux morceaux proposés par les Américains sont au moins aussi convaincants que ceux de Soul Recall.

Et bien réjouissez-vous car la réponse est "oui". Pour commencer, je trouve la production un peu plus flatteuse qu’auparavant. Bien que celle de son prédécesseur ne m’ait jamais gêné et ait même contribué au cachet délicieusement rétro de l’ensemble, on sent que des efforts ont été fait afin d’y apporter davantage de puissance. Un choix pertinent puisqu’il vient renforcer l’impact de ces neuf nouvelles compositions tout en conservant ce grain et cette atmosphère hérités d’un autre temps. En réduisant également la voilure en termes de durée, les Américains tentent de corriger un léger défaut soulevé à l’époque par mon collègue Keyser qui jugeait alors l’album un poil trop long (près de trois quart d’heure) et redondant.
Passé désormais sous la barre des quarante minutes, Remnants... est à l’image de son aîné, un album tout ce qu’il y a de plus classique, aussi bien dans le fond que dans la forme. Il a néanmoins pour lui, outre une production plus agréable, une grande variété rythmique et des riffs plus percutants. Certes, les morceaux sont bien souvent calqués sur le même modèle mais je trouve qu’avec ce deuxième album, Rude franchi un cap. Plus abouti et mieux pensé, Remnants... use pourtant des mêmes ficelles. D’abord côté voix avec un Yusef Wallace toujours aussi parfait dans le rôle d’un Patrick Mameli tout droit débarqué des années 90. On pourra bien évidemment pleurnicher et crier au plagiat. C’est vrai... Pour ma part, j’ai toujours eu un peu de mal à ne pas m’enthousiasmer face à ce genre de growl si atypique, à la fois râpeux et complètement à l’agonie. Puis dans la construction des morceaux et ce feeling légèrement suranné qui s’en dégage. Technique sans l’être suffisamment pour être qualifié comme tel, le Death Metal de Rude enchaîne pourtant les séquences à des rythmes souvent bien différents. Il faut dire que le riffing acéré et bien souvent cadencé de Yusef Wallace et David Rodriguez donne une couleur un peu complexe et torturée à la musique des Américains. Ainsi de ces accélérations à perdre haleine (le début particulièrement soutenu de "Torrent To The Past", "House Of Dust" à 1:15, "Interpretations Of The Ultimate Finality" à 1:17...) à ces passages au groove certains ("Torrent To The Past" à 0:28, le début de "Blood Sucker"...) en passant par ces courtes introduction mélodico-effrayantes (le début de "Remnants", l’instrumental "ReBoot"), ces mid-tempos sinistres ("Interpretations Of The Ultimate Finality" à 0:40, "Sanctuary" à 0:53, "Children Of Atom" à 1:07) ou bien encore ces leads/soli un peu plus alambiqués ("Torrent To The Past" à 3:52, "House Of Dust" à 2:09, "Blood Sucker" à 1:20, celui hyper futuriste de "Children Of Atom" à 2:34), on retrouve chez Rude tout ce qui faisait déjà à l’époque le charme du Pestilence de Testimony Of The Ancients.

Sensiblement plus abouti que son prédécesseur, Remnants... est un très bon album de Death Metal old school. Toutefois, il vous faudra pour l’apprécier, être capable d’accepter le manque flagrant d’originalité dont font preuve les Américains depuis le début de leur courte carrière. Mais si chez vous la balance entre "personnalité" et "efficacité" tend systématiquement à pencher du côté du second, alors je ne me fais pas trop de souci et ne serait pas étonné de voir ce nouvel album figurer sur votre liste de cadeaux au Père Noël. Et puisque de toute façon il n’y aucune raison particulièrement pour que le nouvel album de Pestilence soit bon, pourquoi bouder son plaisir et s’interdire d’écouter un groupe de la trempe de Rude capable de recracher ce que les Hollandais ont fait de mieux ? Pour ma part, c’est déjà tout vu...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Høsty citer
Høsty
06/12/2017 21:27
Pareil que Jean-Clint. Album écouté, apprécié mais également rapidement rangé. Dans le même genre, Soulrot m'a laissé à peu près la même sensation cette année. Des albums très sympas mais sûr lesquels on se repenche finalement que rarement.
Il faudrait tout de même que je le ressorte (et que je m'écoute le premier dans la foulée) pour m'en faire un avis définitif.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
06/12/2017 16:21
note: 7.5/10
Meilleur que leur premier album que j'avais trouvé un peu "léger", même si je trouve qu'il leur manque encore quelquechose pour franchir un palier. Néanmoins c'est un disque agréable qui passe tout seul et qui fait du bien par où ça passe, ce qui est déjà pas mal !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rude
Death Metal
2017 - F.D.A.
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  7.75/10
Webzines : (4)  7.48/10

plus d'infos sur
Rude
Rude
Death Metal - 2008 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Torrent To The Past  (05:46)
02.   House Of Dust  (05:19)
03.   Blood Sucker  (03:25)
04.   Interpretations Of The Ultimate Finality  (05:08)
05.   Remnants...  (05:08)
06.   Fracturing The Gates Of Truth  (04:22)
07.   Sanctuary  (04:27)
08.   ReBoot  (01:33)
09.   Children Of Atom  (03:53)

Durée : 39:01

line up
parution
20 Janvier 2017

voir aussi
Rude
Rude
Soul Recall

2014 - F.D.A.
  

Essayez aussi
Hypocrisy
Hypocrisy
Catch 22 (Réenr.)
(V2.0.08)

2008 - Nuclear Blast
  
Repugnant
Repugnant
Hecatomb (EP)

1999 - To The Death
  
Chapel Of Disease
Chapel Of Disease
Summoning Black Gods

2012 - F.D.A.
  
Ekpyrosis
Ekpyrosis
Asphyxiating Devotion

2017 - Memento Mori
  
Volturyon
Volturyon
Blood Cure

2008 - Obscure Domain Productions
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique