chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
59 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Spectrale - ▲

Chronique

Spectrale
De temps en temps il y’a des choses surprenantes qui apparaissent au sein de la pléthorique scène Metal, de l’expérimental, des mélanges de styles improbables, de l’inclassable ou encore de l’acoustique, c’est ce dernier point qui est mis à l’honneur au sein du projet solo du créatif Jeff Grimal de THE GREAT OLD ONES (également peintre et dessinateur de talent). Entouré de quelques compagnons de route (dont son fidèle batteur Léo Isnard) il a créé ce projet alternatif depuis 2014 qui a depuis sorti une démo et un Split, avant aujourd’hui de franchir l’étape du long format pour un résultat qui ne manquera pas de dérouter et de faire parler, de toute manière il ne laissera pas indifférent mais son géniteur n’en a cure et c’est tant mieux. Car pendant presque trois-quarts d’heure les guitares sèches vont être à l’honneur via des compos assez minimalistes mais pourtant vite envoûtantes tant les ambiances sont nombreuses et les surprises présentes, ce qui permettra à la musique proposée d’être particulièrement digeste et simple à assimiler.

« Andromède » qui ouvre les débats permet de s’imprégner de la mélodie présente dès les premières notes, tout en ajoutant en arrière-plan un léger violoncelle et un côté plaintif (dont l’ensemble fait penser à une bande originale de film) qui se conclût par un petit côté latino pas désagréable. D’ailleurs le cinéma va se retrouver encore mis à l’honneur un peu plus loin sur les dynamiques et réussis « Monocerotis Part 1 » et « Monocerotis Part 2 » où l’on retrouve une ambiance de duel propre au western (qui n’est pas sans rappeler le thème du très bon « Apaloosa » de et avec Ed Harris) avec ses cordes dépouillées qui montent progressivement en température, et le violoncelle qui amène encore une fois un côté angoissant comme pour signifier que l’heure du combat final est venue. Si le groupe excelle dans l’acoustique pur et dur il sait aussi se montrer inspiré pour les morceaux plus aériens et spatiaux, comme on peut s’en rendre compte sur le splendide « Attraction » qui se fait à la fois venteux et lourd au départ, avant ensuite d’offrir une série de chœurs et de chants presque chamaniques et ésotériques, qui continueront notamment à capella pour emmener l’auditeur quelque part dans un monde inconnu aux sensations nouvelles. A la fois mélancolique et triste « Landing » montre la variété d’influences de son créateur, dont au démarrage classique et paisible succède un piano angoissant agrémenté de divers effets proches du xylophone, comme pour signifier qu’un drame est arrivé et qu’il va falloir faire le deuil. Si le planant « Magellan » situé idéalement en plein milieu de cet opus montre une voie plus psychédélique et synthétique, il faudra attendre la fin de celui-ci pour qu’elles soient plus mises en valeur. En effet le morceau-titre va pousser plus loin l’expérience en y incorporant de la batterie lente et d’inspiration jazzy, tout y ajoutant l’instrument favori d’APOCALYPTICA, afin d’obtenir quelquechose d’atypique et qui n’a rien à voir avec ce qui a été entendu jusqu’à présent, mais qui conserve son dynamisme et son entrain, tout comme « Retour Sur Terre » qui porte très bien son nom et clôt le voyage de la plus belle des manières. Pendant plus de huit minutes on est embarqué vers un endroit indéfinissable où se mélange des sons indéchiffrables venus de l’espace, conjugués à des voix d’ailleurs, le tout avec des sons de cymbales pour amener une certaine tribalité proche des aborigènes d’Australie. Avec ce résultat qui aurait trouvé facilement sa place auprès de la bande à Jim Morrison, tant son psychédélisme est important, cette ultime plage pousse l’expérience à son paroxysme et prouve tout la diversité du travail de Jeff Grimal, et son talent inné pour ce genre pourtant difficile.

Totalement hypnotique et sans baisse de régime cet album aussi mystérieux que son titre se laisse écouter facilement, et mérite que l’on s’y attarde même si ça ne ressemble absolument pas aux autres projets de son productif géniteur (qui signe également une pochette magnifique aux accents art-nouveau à la Alfons Mucha), qui montre cependant sa largesse d’esprit et surtout un talent multiple quel que soit son domaine d’activité. Il ne faut donc pas se fier à la première impression que l’on pourra avoir sur cette galette, car celle-ci altèrera sans doute le jugement, et plutôt prendre le temps de découvrir toute sa richesse et la finesse de ses neuf compositions qui s’écoutent aussi bien de manière attentive qu’en fond sonore plus dissipé, mais dont l’effet addictif sera garanti à chaque fois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
29/11/2017 09:05
note: 8/10
Sulphur a écrit : J'ai vu Ladlo et un 8 en note, et je savais , avant même de scroller, qu'il s'agissait d'une chro de Jean-Client Clin d'oeil

Héhé je suis très fan de leurs sorties en effet Clin d'oeil

Sinon laisse faire le temps pour cet album, ça peut être déroutant au départ mais avec un peu d'insistance il finit par très bien passer
Sulphur citer
Sulphur
29/11/2017 08:53
J'ai vu Ladlo et un 8 en note, et je savais , avant même de scroller, qu'il s'agissait d'une chro de Jean-Client Clin d'oeil
En temps normal je suis assez friand de ce genre de gourmandises, douces et amers et qui fondent dans la bouche. Pourtant, j'ai du mal à entrer dans celui-ci pour l'instant.
Elzear citer
Elzear
28/11/2017 21:41
Excellente surprise de fin d'année. Un album acoustique et atmosphérique que l'on doit prendre le temps d'aprivoiser...
Les acteurs de l'ombre démontrent encore une fois qu'ils sont un label ouvert et exigeant laissant place à une grande liberté à leurs artistes. De Pensées nocturnes à Spectrale en passant par le sublime album de Pénitence Onirique, j'avoue ne jamais avoir été déçu par leurs découvertes.
Longue vie à vous !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Spectrale
Acoustique Instrumental
2017 - Les Acteurs de l'Ombre
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines : (4)  7.46/10

plus d'infos sur
Spectrale
Spectrale
Acoustique Instrumental - 2011 - France
  

tracklist
01.   Andromède
02.   Contact
03.   Attraction
04.   Landing
05.   Magellan
06.   Monocerotis Part 1
07.   Monocerotis Part 2
08.  
09.   Retour Sur Terre

Durée : 44 minutes

line up
parution
3 Novembre 2017

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique