chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Paradise Lost - Medusa

Chronique

Paradise Lost Medusa
Toi, petit scarabée, toi qui aime le doom, tu connais nos amis anglais mieux que personne. Tu les écoutes depuis les débuts du doom, tu les a vus évoluer du doom death classieux au gothic doom en passant par des trucs que tu as jugés bien peu catholiques. Et je ne t’en voudrais pas tellement j’ai pu, moi aussi, être déçu par leur manque d’inspiration passé, par cette volonté de dénaturer une base pour simplement prétendre que l’évolution, c’est la non-stagnation. L’évolution vers le néant, ça reste le néant. Alors quand mon petit doigt (toujours bien renseigné) m’a dit que nos amis british amorçaient un retour au source, j’ai frémi (d’horreur). Puis j’ai écouté. Et j’ai aimé. Beaucoup.

Medusa amorce en effet un vrai virage dans la discographie du groupe, plus accentué encore que sur The Plague Within. Car, de fait, c’est à une plongée dans le doom death des débuts, mâtiné d’une grosse louche élégante de gothic, que tu vas assister.

L’ouverture ne trompe pas. Ferless Sky nous embarque en terrain connu, trop tôt abandonné, avec ses rythmiques sombres, ses ambiances austères et son brouillard funèbre qui enveloppe le titre. La lourdeur est de retour, vraiment, comme ces nappes menaçantes qui donnent l’impression de progresser dans le maelström. Seule la voix trahit un brin d’évolution, moins profonde, moins death, moins… convaincante, sauf sur les passages clairs où la marque Holmes est reconnaissable entre mille. La lenteur insuffle ici un je ne sais quoi de suffocant, de rampant comme aux meilleurs heures d’Icon ou de Shades of God. D’autant que les petits soli, fondus dans la masse, apporte des traits de lumière ci et là, qui enrichissent considérablement la structure. Mackintosh se régale, ça s’entend et sa touche est également reconnaissable entre tous : délicate, mélancolique, presque aérienne (From the Gallows ; Medusa).

Le retour très marqué à des riffs massifs (vraiment, sur The Longest Winter !) et à une rythmique lourde est un vrai bonheur, qui se traduit dès les second et troisième titres, Gods of Ancients et From the Gallows. Le rythme lent, abandonné sur trop de productions antérieures médiocres, redevient la norme, sur des titres qui s’étirent sur plus de 8 minutes pour le premier nommé notamment. Les longs arpèges, entrecoupés de breaks mélancoliques, emprunts de nostalgie, replacent le morceau dans son époque Grand Siècle sans jamais lui faire perdre de sa dynamique. L’ambiance ténébreuse, humide et très londonienne du groupe transpire par tous les pores du morceau. Les Grands Ancients sortent du brouillard… A noter encore que la basse d’Edmondson est ici très audible.

Paradise Lost retrouve cette science de la rythmique écrasante, lente et incroyablement dynamique à la fois, sublimée par le chant clair impeccable de Holmes et les soli majestueux de Mackintosh (No passage for the Dead, Until the Grave). Ecoute The Longest Winter, morceau fabuleux, qui regroupe en quelques minutes tout ce qui fait l’alpha et l’omega du doome death à l’anglaise. Du doom death planétaire donc. Les structures sont denses, formidablement chargées en informations, traversées d’idées lumineuses (le beau piano en ouverture de Medusa, les accélérations plus punk sur Blood and Chaos) et jamais futiles.

Tu noteras pour finir que, dans la version digibook, deux titres bonus figurent (Shrines et Symbolic Virtues), dans la même veine mélancolique que tout l’album.

Paradise Lost sort ici un produit certes calibré, certes estampillé 90’, mais tout simplement un produit de toute beauté, qui doit réconcilier les amateurs de doom death avec l’essence même de ce style exigeant et surtout qui permet au groupe de renouer avec sa grandeur passée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Potters field citer
Potters field
02/12/2017 14:50
Je vois ce que tu veux dire. Mais non, celui-là m'a bcp plus emballé !
gulo gulo citer
gulo gulo
02/12/2017 14:15
Potters field a écrit : Ca faisait très longtemps que je n'avais pas acheté un paradise lost à sa sortie. Pour moi c'est du tout bon, mais effectivement très 90's. Ceci explique cela...

Le précédent, non, homie ? Je le trouve plus... malté.
Potters field citer
Potters field
02/12/2017 13:48
Ca faisait très longtemps que je n'avais pas acheté un paradise lost à sa sortie. Pour moi c'est du tout bon, mais effectivement très 90's. Ceci explique cela...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Paradise Lost
Doom death
2017 - Nuclear Blast
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (19)  7.83/10

plus d'infos sur
Paradise Lost
Paradise Lost
Doom death - 1988 - Royaume-Uni
  

vidéos
Blood & Chaos
Blood & Chaos
Paradise Lost

Extrait de "Medusa"
  

tracklist
01.   Fearless Sky
02.   Gods of Ancient
03.   From the Gallows
04.   The Longest Winter
05.   Medusa
06.   No Passage for the Dead
07.   Blood & Chaos
08.   Until the Grave

Durée : 42:41

line up
parution
1 Septembre 2017

voir aussi
Paradise Lost
Paradise Lost
One Second

1997 - Music For Nations
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Symbol Of Life

2002 - Gun Records
  
Paradise Lost
Paradise Lost
The Plague Within

2015 - Century Media
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Tragic Idol

2012 - Century Media
  
Paradise Lost
Paradise Lost
Draconian Times

1995 - Music For Nations
  

Essayez aussi
Mournful Congregation
Mournful Congregation
The June Frost

2009 - Weird Truth Productions
  
Anatomia
Anatomia
Decaying in Obscurity

2012 - Nuclear War Now! Productions
  
Ghost Brigade
Ghost Brigade
IV - One with the Storm

2014 - Season Of Mist
  
The Fall of Every Season
The Fall of Every Season
Amends

2013 - Grau Records
  
Hypocrisy
Hypocrisy
The Fourth Dimension

1994 - Nuclear Blast
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique