chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Impureza - La Caída de Tonatiuh

Chronique

Impureza La Caída de Tonatiuh
Quand on pense Espagne et Metal, on pense soit à Mago de Oz ou, moins kitsch, au Thrash revival. Mais ce qu'on oublie, c'est que l'Espagne n'est pas seulement un bastion de groupes seconds couteaux dans la sphère du Metal qui castagne, c'est également le bassin d'un genre musical dans lequel puise la musique extrême : le Flamenco.
Mêler le Metal avec cette musique traditionnelle aura pu sembler incongru il y a dix ou vingt ans, et pourtant des groupes comme FlaMetal, des musiciens tels que Rodrigo y Garbiella ou Marc Rizzo l'ont prouvé : ce sont deux genres qui se marient parfaitement bien ensemble.
Et pour cause : la rythmique Flamenco est bondissante, très marquée par des accélérations et breaks, et la guitare y est technique. Certaines montées et descentes prises telles quelles évoquent forcément le Thrash 80's, et des reprises de ces standards en Flamenco ne choquent pas l'oreille, au contraire. On a le sentiment que tout est en place, et que seule change la forme.

Cependant, ce mélange est resté une musique de niche, et on a eu assez peu de grands représentants du Flamenco Metal à se mettre sous la dent. Mais avec l'essor de formations ambitieuses qui n'hésitent pas à mélanger plusieurs genres au sein de leur Metal, comme SEPTICFLESH et ses mélanges symphoniques, ou le « Tsar » de ALMANAC et son travail poussé sur les guitares, le créneau est libre, et le public est prompt à recevoir toute sorte d'expériences.

IMPUREZA est ainsi clairement dans cette vague du Metal qui cherche, qui expérimente : né en 2004, il leur a fallu 6 ans et plusieurs démos avant d'enfin fournir un premier album que j'avais découvert au hasard et qui m'avait laissait sur ma fin. Un Death Metal assez mou, un Flamenco qui semble à côté et qui n'a pas l'air de prendre avec la musique ; autant dire que mon constat a été vite vu. Je n'ai pas retenu le nom du groupe.
Un EP et sept ans plus tard, les français sont de retour, et une chose est sûre : ils sont là pour s'imposer, et il s'en sont donné les moyens !

Car lorsqu'on parcourt l'album, on est surpris par plusieurs moments.

Surpris d'abord par la façon dont le Flamenco, alors présent par touches et qui ne semble pas s'allier au Death Metal dans les premiers titres, vient peu à peu se mêler à la musique extrême, jusqu'à imposer ses riffs. Et si un morceau comme « Sangre Para los Dioses » montre très vite les influences du groupe, notamment les touches arabisantes du « Sphynx » de MELECHESH ou un poutrage à la BEHEMOTH époque « Demigod » (décliné partout, tout le temps sur ce disque), on entend une basse feutrée qui rappelle BEYOND CREATION, le tout parsemé de coupures hispaniques. Autrement dit, rien de neuf niveau métal mort, mais c'est élégamment exécuté, même quand les gusses se décident à nous faire headbang comme jamais sur « Camino Hacia Mictlán » : ça fracasse, puis on arrive à une rythmique martiale efficace au possible, à tel point que j'en ai pété mon air drumset !
Heureusement, ce Flamenco parviendra peu à peu à donner la cadence : c'est une musique basée sur des élancées puis des ruptures, des breaks qui viennent sans crier gare. Ce manque de prévisibilité peut être dangereux, car ça peut décontenancer et déstabiliser, alors qu'un bon breakdown, on le prend et on s'en saisit à l'avance !
« Abre-Aguas » est le premier morceau de l'album à illustrer cette manière de bien jouer avec cette touche, par des montées amputées qui donnent un côté épique et grandiloquent vraiment appréciable. Ensuite, c'est le festival : « Leyenda Negra » situe le Flamenco à la première place, et le mix impeccable du disque permet de donner un son plein. On n'est ni submergé ni déçu, on entend tout ce qu'il faut entendre – et cette basse, je l'aime définitivement, autant que ces riffs égyptiens et ces voix arabisantes qui me font toujours fondre.
Le top du top du mélange des genres, et qui augure du bon pour la suite, est atteint avec l'instrumental « La Caída De Tonatiuh » : on a une mélodie qui sera reprise par mouvements, et tu finis sur des castagnettes – et comme tu ne les as pas entendues du tout, et que tu t'y attendais un peu, ça fait comme une récompense ! Mais cette idée pourrait aussi se montrer dangereuse : avec une si forte identité et des éléments aussi chargés, gare à l'indigestion. Ils ont mis sept ans entre ce disque et le premier, on sent qu'ils ont bien grandi. Prendre le temps pour leur prochain disque ne sera pas une mauvaise chose.

D'ailleurs, tout l'album a été peaufiné jusqu'aux moindres détails tant les articulations sont bien senties, ce qui est pour moi indispensable quand on joue sur une palette aussi vaste que celle du Prog/Sympho. Car, oui, quitte à puiser dans plusieurs styles, autant ratisser le plus large possible ! Un titre comme « Otumba, 1520 » met la misère avec cette batterie très riche, sa cymbale qui teinte solennellement. Puis vient le chant, varié lui aussi sur l'ensemble du disque, et alors ça s'emballe et ça martèle sans se presser, avec un travail de diversité sur les grattes. C'est progressif et ça prend son temps de manière équilibrée : ils savent jouer avec les effets. C'est grandiloquent et narratif, tout en étant bien fichu et naturel. Là, on n'a pas d'ajouts de pistes « pour faire sympho ». Même leur gimmick du « Flamenco » n'est finalement pas utilisé à outrance : il est d'abord présent par ce côté méditerranéen qui transpire dans les choeurs également, façon MELECHESH toujours, puis il contaminera les mélodies.
Et il y a ces sweeps métalliques portées par les voix en suspensions et les montées et descentes de la batterie, pour conduire à un solo sous une rythmique qui fout la claque : ce morceau est une réussite !

Et des moments de grâce, on en compte plusieurs : les choeurs et alternances du feu de dieu dans « Abre-Aguas », le sursaut dans « Ultimo Día Del Omeyocán » avec ces rythmiques changeantes, entre accélérations et ralentissements, le tout sous un mur de son agrémenté de sweeps métalliques et autres joyeusetés à la guitare qui dépassent l'entendement, ou bien l'ultime titre « La Llegada De Los Teules », simplement indécent dans sa manière de te faire ramasser tes dents.

Après, il faut se l'avouer, cet album n'est pas pour autant un sans-faute. De prime-abord, j'étais sur la réserve : le début a du mal à accélérer. Je trouve les parties blast beats aux couplets un poil en-dessous, comme si le chant et la batterie avaient du mal à s'entendre, notamment dans « Sangre Para Los Dioses » ou « Leyenda Negra ». Ce dernier, aussi, termine un peu sans grande explosion, alors que le reste du morceau aligne les idées judicieuses. Je m'attendais à du grandiose, puisque, pour le reste, les titres terminent au juste moment.
Ensuite, soyons sincères sur autre chose : si on a du mal avec les références dont j'ai parlé, ou si on est du genre à ne pas trop apprécier les emprunts, ça risque de faire réagir. Pour moi, tant que c'est fait avec du recul, et qu'on ne fait pas dans la facilité, tout va bien !

Car, véritablement, nous avons affaire avec un album de l'approfondissement : après un premier essai où le Flamenco n'apportait pas grand chose à leur musique si ce n'est un gimmick (et comme je le dis : si on ôte ces pistes « originales » et que ça ne tient pas, eh bien c'est pas bon, ce qui était le cas pour moi), ici on sent que les membres d'IMPUREZA ont pris le temps de réfléchir leur musique.
Outre le Death Metal hyper bourrin qui dépasse ce que proposait MELECHESH, en terme de musique extrême arabisante, par la richesse prog que les français insufflent, tout en s'inspirant du BEHEMOTH de « Slaves Shall Serve », le quintet est parvenu à un subtil équilibre entre extrême et Flamenco, le tout par des alternances, des intros et des articulations qui forcent le respect.
Leur musique sait mettre en avant les moments qu'ils ont voulu transmettre, sans trop s’appesantir. Le mix étant impeccable, on se retrouve face à un bijou soigné, dont chaque sinuosité dévoile des facettes naturelles. On ne fait pas du riff pour du riff, ni du solo pour la frime. Rien ne semble artificiel ou gratuit (l'écueil de « faire genre épique » est celui qui m'horripile le plus dans le genre sympho), si bien que j'ai pris mon pied là où un SEPTICFLESH a pu, justement, me laisser septique.

Je suis souvent difficile vis-à-vis des groupes vendus comme originaux à cause d'un fil rouge qu'on peut juger surfait. Mais il n'y a rien de tout ça ici. L'album est non seulement une réussite en terme de Death metal progressif et symphonique, et sait se réinventer en utilisant avec raison leur atout fort. C'est cet équilibre des forces qui fait de cette « Caída De Tonatiuh » un disque à découvrir.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

7 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
12/12/2017 18:17
note: 8.5/10
Mera a écrit : Bonne chronique effectivement, qui m'avait vraiment donnée envie de jeter une oreille. Mais malheureusement, en tout cas pour l'instant, la sauce prend pas avec moi. Je saurais pas vraiment dire exactement ce qui me gène... Une espèce d'impression que tout cela tourne à vide.

Ya quelques moments qui me font bien bouger la tête (les interludes sont globalement bien fait, Camino hacia Mictlán déboîte bien de même que Último día del Omeyocán) mais c'est tout...

Je vais laisser un peu de temps passer avant de le retenter.


Ce sentiment que t'as eu a été le mien sur leur premier disque : tout le monde disait que c'était énorme, je m'étais fait chier XD Tourner à vide, c'est l'expression !
Là y a quand même une progression au sein de l'album qui fonctionne très bien, ça a été bien fichu. Après, le souci du Sympho-Prog, c'est qu'il y a plein de trucs, parfois trop, et on sature.
Mera citer
Mera
12/12/2017 13:04
Bonne chronique effectivement, qui m'avait vraiment donnée envie de jeter une oreille. Mais malheureusement, en tout cas pour l'instant, la sauce prend pas avec moi. Je saurais pas vraiment dire exactement ce qui me gène... Une espèce d'impression que tout cela tourne à vide.

Ya quelques moments qui me font bien bouger la tête (les interludes sont globalement bien fait, Camino hacia Mictlán déboîte bien de même que Último día del Omeyocán) mais c'est tout...

Je vais laisser un peu de temps passer avant de le retenter.
snort citer
snort
07/12/2017 14:46
note: 8.5/10
Il n'ya plus qu'à les voir en live Sourire
MoM citer
MoM
05/12/2017 17:59
note: 8.5/10
thib54 a écrit : En effet, bien belle chronique car elle m'a donné envie d'écouter.
Et il faut bien reconnaître que c'est assez ultime, j'adore !


Merci beaucoup Sourire
Et de rien Gros sourire
thib54 citer
thib54
05/12/2017 12:32
note: 8.5/10
En effet, bien belle chronique car elle m'a donné envie d'écouter.
Et il faut bien reconnaître que c'est assez ultime, j'adore !
MoM citer
MoM
04/12/2017 20:43
note: 8.5/10
Merci, ton retour me fait rudement plaisir ! Parce que cette chronique, tudieu j'ai taffé dur : il y avait tellement de choses à dire, j'ai dû me forcer pour rester synthétique (et pourtant, elle est longue !), je n'ai gardé que 60% de mon premier jet. Mais le Prog Sympho, tout de suite c'est très riche et y a énormément de choses à dire.

Donc je suis doublement content : tu m'as fait découvrir un très bon album, et j'ai satisfait la personne qui voulait voir cette production chroniquée Clin d'oeil
Merci encore !
snort citer
snort
04/12/2017 19:42
note: 8.5/10
Excellente chro, et excellent album, dans mon top perso...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Impureza
Death Metal hyspanique (mélange de Death / Prog / Sympho / Flamenco)
2017 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.5/10
Webzines : (1)  8.5/10

plus d'infos sur
Impureza
Impureza
Death Metal hyspanique (mélange de Death / Prog / Sympho / Flamenco) - 2004 - France
  

tracklist
01.   Lamentos de un condenado  (03:03)
02.   Sangre para los dioses  (06:17)
03.   Otumba, 1520  (05:25)
04.   El Dorado  (00:55)
05.   Abre-aguas (En la tormenta de Tlaloc)  (05:11)
06.   Leyenda negra  (04:58)
07.   Corazón al cielo (Homenaje a Paco de Lucía)  (01:29)
08.   Camino hacia Mictlán  (03:49)
09.   El nuevo reino de los ahorcados  (05:04)
10.   Último día del Omeyocán  (04:19)
11.   La caída de Tonatiuh  (05:58)
12.   La llegada de los Teules  (03:43)

Durée : 50:11

line up
parution
10 Novembre 2017

voir aussi
Impureza
Impureza
La Iglesia Del Odio

2010 - Snakebite Productions
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique