chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
34 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Necrovorous - Plains Of Decay

Chronique

Necrovorous Plains Of Decay
Ils en auront mis du temps! Six ans qu'il leur a fallu pour pondre un successeur à Funeral For The Sane, les Grecs! Pas qu'on les attendait non plus la bave aux lèvres, leur death old-school bien que très bon restait ultra classique, mais ils avaient démontré suffisamment de talent pour que l'on surveille la suite. Il y a bien eu la compilation de vieilleries Crypt Of The Unembalmed Cadavers (2013), le Promo 2013 la même année avec deux titres qui seront repris ici ("Eternal Soulmates" et "The Noose Tightens") ainsi que le split single avec Anatomia ("Eternal Soulmates" encore) toujours en 2013, mais cela faisait peu, surtout ce silence de quatre ans jusqu'à la rentrée 2017. Il faut dire que les membres du trio athénien avaient de quoi faire dans leurs différents projets, entre autres Embrace Of Thorns, Sacral Rage et Burial Hordes. Mais voilà, Necrovorous est enfin de retour avec un deuxième full-length, Plains Of Decay, sur un des labels du moment, Dark Descent Records, et avec une pochette super cool.

De quoi faire saliver en attendant de poser les oreilles dessus. J'ai toutefois vite compris que Plains Of Decay, malgré des qualités évidentes, n'allait pas atteindre le niveau de Funeral For The Sane auquel j'avais accroché dès la première écoute. Si leurs compatriotes de Resurgency sont revenus en force après une longue absence, Necrovorous n'a en effet pas réussi à retrouver la magie de l'opus précédent. Question d'inspiration uniquement. Car le combo méditerranéen n'a pas modifié sa formule et n'a changé que son bassiste qui s'occupe aussi de la seconde guitare. On reste dans le revival death, le death metal old-school pur et dur. Le groupe pioche toujours dans différentes scènes des années 1990, américaine (Autopsy), suédoise (Grave, Entombed), anglaise (Bolt Thrower), néerlandaise (Asphyx) et un peu finlandaise pour concocter sa mixture. Je dirais juste que l'influence Autopsy s'y fait davantage présente, notamment en ce qui concerne le chant qui a évolué vers quelque chose de plus vomitif et dégénéré à la Chris Reifert. Pas pour me déplaire. Sauf que rayon inspiration, on est plutôt dans les sorties récentes des Américains que dans les classiques. Classique, Plains Of Decay l'est toutefois. Riffs en tremolo, solos et leads mélodiques sinistres, alternance de rythmiques sauvages (tchouka-tchouka thrashy, blastouille) et de ralentissements plombés, groove de fond de cave, atmosphère sombre et poussiéreuse, la checklist retro death est bien complète. Et ce n'est pas deux-trois dissonances peu passionnantes ("Eternal Soulmates" à partir de 4'13, dernière partie de "Misery Loves Dead Company"), un peu de son clair en arpèges même si pas du tout désagréable (intro de "Faces Of Addiction", fin de "Lost In A Burning Charnel Ground") ou quelques riffs plus rock 'n roll et punky ("The Sun Has Risen In A Land I No Longer See" à 0'52, "Faces Of Addiction" à 1'22, 1'54 et 3'45, "Red Moon Rabies" à 0'22) qui vont aider les Hellènes à se démarquer. Car il y a une différence entre classique, qui ne me dérange pas, bien au contraire, lorsque c'est bien fait, et générique qui respecte la tradition sans grand génie. Necrovorous navigue ici entre les deux. D'un côté des morceaux et passages bien fichus avec une très bonne ambiance sombre prouvant que les Grecs ont du talent ("The Sun Has Risen In A Land I No Longer See" qui lance plutôt bien les affaires, "Eternal Soulmates", "Psychedelic Tribe Of Doom", "Faces Of Addiction", l'instrumental "Lost In A Burning Charnel Ground" bien construit) et de l'autre des compositions plus banales pas mauvaises mais sans grand intérêt comme "Cherish The Sepulture" trop mollasson, "Plains Of Decay" pas très folichon, "Red Moon Babies" vite expédié en moins d'une minute, "Misery Loves Dead Company" et "The Noose Tightens" dont les deuxièmes moitiés plus efficaces relèvent heureusement un peu le niveau.

Malgré mon affection pour la scène grecque, je n'ai donc pas d'autre choix que de parler de déception ici. Une petite déception certes car je ne voyais pas non plus Necrovorous comme le messie, plutôt comme un acteur talentueux dont j'étais curieux d'entendre le nouveau travail. Ce Plains Of Decay offre aussi pas mal de bonnes choses. Le disque passe facile, sans que l'on fasse la grimace même sur les séquences les moins prenantes. Il n'est ainsi pas du tout mauvais, que ce soit clair. Les mecs connaissent leurs gammes et savent y faire en matière d'ambiance mortifère. Et les passages burnés blastés et thrashy s'avèrent des plus efficaces. Mais une déception quand même. Il manque quelque chose, ce qui fait que l'on ne retient pas grand chose et que l'on oublie vite l'album. Ce quelque chose qui faisait de Funeral For The Sane une réussite et de Necrovorous un groupe à suivre malgré la profusion de formations évoluant dans les mêmes zones souterraines. Si le trio de l'Attique avait sorti Plains Of Decay avant, je n'aurais ainsi pas fait plus attention que ça à lui. Les riffs y sont moins inspirés, l'ensemble plus banal. Le groupe peine à se démarquer de la masse en dépit de quelques éclairs. On réservera donc ce Plains Of Decay aux inconditionnels du death old-school qui s'en enquillent à longueur de journée sans trop se soucier de sélection. En death metal grec à l'ancienne, les plus exigeants iront plutôt cette année vers Resurgency et son triomphal album comeback ou War Possession qui a passé le cap du premier album à grands coups de lattes dans la tronche. Quant à Necrovorous, qui n'est pas non plus à foutre à la poubelle, j'espère qu'ils se feront davantage convaincants sur un prochain opus. Et si possible avant 2023.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
04/12/2017 09:19
note: 7/10
Assez d'accord avec mon confrère même si je ne serai pas si sévère. Un disque agréable et qui s'écoute bien, même si ça tourne trop souvent en roue libre et sans folie. On est en tout cas bien loin de son prédécesseur qui nous tenait en haleine du début à la fin, ici on décroche progressivement et on le tout d'une oreille distraite sans plus d'attention que cela ...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Necrovorous
Death Metal
2017 - Dark Descent Records
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  7/10
Webzines : (8)  7.28/10

plus d'infos sur
Necrovorous
Necrovorous
Death Metal - 2005 - Grèce
  

tracklist
01.   The Sun Has Risen In A Land I No Longer See  (03:23)
02.   Cherish The Sepulture  (03:33)
03.   Eternal Soulmates  (06:09)
04.   Plains Of Decay  (02:54)
05.   Psychedelic Tribe Of Doom  (5:31)
06.   Faces Of Addiction  (04:42)
07.   Red Moon Rabies  (00:59)
08.   Misery Loves Dead Company  (04:21)
09.   Lost In A Burning Charnel Ground  (05:32)
10.   The Noose Tightens  (06:20)

Durée : 43:24

line up
parution
29 Septembre 2017

voir aussi
Necrovorous
Necrovorous
Funeral For The Sane

2011 - Pulverised Records
  

Essayez plutôt
Atheist
Atheist
Piece Of Time

1989 - Active Records
  
Impetuous Ritual
Impetuous Ritual
Relentless Execution Of Ceremonial Excrescence

2009 - Profound Lore Records
  
Chaos Inception
Chaos Inception
The Abrogation

2012 - Lavadome Productions
  
Resurgency
Resurgency
False Enlightenment

2012 - Hellthrasher Productions
  
Bastard Priest
Bastard Priest
Ghouls Of The Endless Night

2011 - Pulverised Records
  

Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique
Extremity
Extremely Fucking Dead (EP)
Lire la chronique
Eternal Valley
The Falling Light
Lire la chronique
Tomb Mold
Manor Of Infinite Forms
Lire la chronique
Blackened
The Aftermath (EP)
Lire la chronique