chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

The Faceless - In Becoming A Ghost

Chronique

The Faceless In Becoming A Ghost
Cinq années déjà ont passé depuis le pétard mouillé Autotheism (aux avis partagés j’en conviens), les géniteurs du raillé « Sumerian-core » (deathcore technique mélodique) étaient tombés dans l’oubli malgré le « teasing » au compte goutte de leur nouvel opus dès 2015 (le morceau « The Spiraling Void » sera dévoilé). Mais ça y est, le quatrième album de The Faceless est prêt. Un line-up complètement remodelé autour de la tête pensante Michael Keene et comprenant le fameux Ken Sorceron (Abigail Williams) au chant, Justin McKinney (The Zenith Passage) à la guitare rythmique et la brute Chason Westmoreland (ex-Hate Eternal) pour taper les fûts (et qui partira après l’enregistrement…). Un retour médiatisé contre leur gré par le « bad buzz » autour de leur tournée américaine au côté d’Inanimate Existence, dernier viré sans préavis. En pleine vague « Weinstein », un des membres aurait agressé sexuellement une femme qui aurait alors contacté Ken…

On ne pourra pas leur reprocher mais The Faceless a le mérite de se renouveler depuis sa formation, chaque nouveau brûlot de ne ressemble au précédent. Alors quid de leur style pour 2017 ? Et bien In Becoming A Ghost reprend les ingrédients technico-progressifs d’Autotheism… Non ne vous défenestrez pas de suite, le rendu final est tout autre. La réécoute après cinq ans d’hibernation n’en sera pas plus facile, le gap est conséquent… Désormais les Californiens délivreront des compositions nettement plus fluides et redoutables. Terminée cette sensation pompeuse et prétentieuse, comme une sorte de riffs piochés honteusement et juxtaposés sans réel cohérence. N’est pas Between The Buried And Me qui veut. Michael filtre et affûte ses idées pour quelque chose de plus simple et percutant. L’interlude dantesque « (Instru)mental Illness » comme vitrine parfaite d’un metal extrême technique progressif au format condensé de qualité supérieure. « Affiné » certes mais on sent que le gaillard a besogné la chose, le nombre d’arrangements instrumentaux (carrément de la flûte sur « Digging The Grave ») et électroniques est juste impressionnant (écoute au casque de rigueur). Gros bémol malgré tout sur le son ultra compressé de la batterie (cymbales assez irritantes)… Sans les plans bien trouvés on aurait pu douter de la présence d’un vrai batteur, d’autant que Michael usera d’une B.A.R par moment (« Cup of Mephistopheles » à 4:03).

Et puis joie, le chant clair nasillard poussif et le « vocoder » (qui donnait clairement envie de baffer Michael, déjà tête à claque sans chanter) sont gommés ou presque (l’intro de « I Am » pour virer vers un 30 Seconds To Mars plutôt convaincant) au profit d’un timbre plus sobre au point de rappeler Dave Gahan (Depeche Mode). Pas étonnant de retrouver l’excellente reprise « Shake The Disease » donc. Attendez c’est une reprise ? Si vous ne connaissiez pas l’original et que vous n’aviez pas regardé en détail la tracklist, vous serez étonné. Placé en milieu d’album il fallait oser, le résultat est bluffant. Le morceau se fond parfaitement avec le reste en reprenant tous les ingrédients metal de The Faceless. Assurément l’un des meilleurs morceaux de la galette.

La dominante demeure néanmoins « directe », outre les mélodies aériennes habituelles, les anciens adeptes de « death burné » ne seront pas mis sur la touche à l'inverse d’Autotheism. On retrouve le riffing et les blasts des débuts. Petit cadeau offert pour les auditeurs « brutus » d’ailleurs puisque Derek Rydquist (grogneur des deux premiers albums) viendra pousser la gueulante sur « The Spiraling Void ». Aucune frayeur pour ceux ne connaissant pas Abigail Williams sinon, le chant guttural puissant de Ken Sorceron n’a rien à envier à ses prédécesseurs, quant à ses modulations black déchirées (aliénées sur « Cup of Mephistopheles » à 3:51) elle donneront une saveur non négligeable à cette atmosphère « dark ». Comme en présageait l’artwork (aux faux airs de One Kill Wonder), une ambiance « BO horrifique » (Diabolical Masquerade ?) frôlant le grand guignolesque « Burton » (orchestrations et « spoken-word ») que l’on avait déjà entre aperçu sur Autotheism mais d’un niveau tout autre ici et se fondant plus naturellement avec le reste. Et surtout cette nouvelle teinte sombre moderne portée par ces influences « indus/ambient » voire trip hop. Difficile de ne pas penser à l’urbain glacial d’un Ulver (Perdition City, particulièrement sur « Cup of Mephistopheles » et l’intro de « The Terminal Breath »). Envoutant.

In Becoming A Ghost commence à nous convertir à son univers et on remettra la galette en platine avec un réel plaisir malgré de nombreux à-coups pendant le voyage. Des inégalités disséminées et reprises parfois à la limite du décrochage par un solo virtuose (au réel feeling je trouve), une vague « rentre dedans » ou un passage frissonnant. La conclusion « The Terminal Breath » assez terne et abrupte accentuera ce sentiment de frustration. A l’instar de Planetary Duality on trouvera comme un arrière goût d’inachevé… Quel dommage que le groupe n’ait pas d’avantager pousser son aspect expérimental, le potentiel est juste immense. On en redemande. Les passages death pour contenter son auditoire paraîtront assez ternes finalement.

In Becoming A Ghost ou l’album qui aurait dû sortir après Planetary Duality, tout simplement. The Faceless corrige le tir et la balance « directe » / « prog » en délivrant des morceaux calibrés redoutables ainsi qu’une ambiance envoûtante. On restera malgré tout sur faim, frustrés que le groupe n’ait pas accentué ses idées atmosphériques et ait bouché quelques trous par des fonds de tiroirs cassant un peu la fluidité. Si les Californiens affinent leur style je suis certain que l’excellence les attendra au bout du chemin. Alors amateurs de metal extrême technico-progressif sceptiques, mettez de côté l’étiquette Sumerian Records, vous ne trouverez quasiment plus rien de « core » ou d’excréments FM (clin d’œil à la nouvelle immondice pondue par Veil Of Maya). Tentez.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Neurocatharsis citer
Neurocatharsis
12/12/2017 11:54
Après quelques écoutes au compteur, assez d'accord avec maître Mitch globalement, on est au-dessus du précédent. De la belle composition, on oublie qu'ils viennent du deathcore effectivement. Du côté des griefs, pas fan du tout de la reprise de Depeche Mode, le son de batterie toujours, et l'ambiance "Tim Burton" est très bien faite mais c'est moins ma tasse de thé. Au final ça fait un peu light pour moi (6 "vrais" morceaux seulement), mais ils sont toujours d'un standing supérieur à leur scène originelle, ça n'a pas à rougir de l'étiquette "death tech/prog", qui est bien méritée. Se place pour la bonne surprise de l'année.
MoM citer
MoM
03/12/2017 21:26
Ah s'ils ont viré leurs éléments "core", faudrait peut-être que je me penche sur cet album, vu que The Faceless m'a toujours gavé au bout d'une minute...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
The Faceless
Death technique moderne et progressif
2017 - Sumerian Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (4)  7.63/10
Webzines : (1)  8/10

plus d'infos sur
The Faceless
The Faceless
Death technique moderne et progressif - 2004 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 1 Décembre 2017

tracklist
01.   In Becoming a Ghost  (01:00)
02.   Digging the Grave  (05:12)
03.   Black Star  (05:38)
04.   Cup of Mephistopheles  (05:29)
05.   The Spiraling Void  (05:27)
06.   Shake the Disease (reprise Depeche Mode)  (05:42)
07.   I Am  (05:56)
08.   Ghost Reprise  (01:00)
09.   (Instru)mental Illness  (02:20)
10.   The Terminal Breath  (04:58)

Durée : 42:42

line up
voir aussi
The Faceless
The Faceless
Akeldama

2006 - Sumerian Records
  
The Faceless
The Faceless
Planetary Duality

2008 - Sumerian Records
  
The Faceless
The Faceless
Autotheism

2012 - Sumerian Records
  

Essayez aussi
Beneath The Massacre
Beneath The Massacre
Incongruous

2012 - Prosthetic Records
  
Sophicide
Sophicide
Perdition Of The Sublime

2012 - Willowtip Records
  
Myrkskog
Myrkskog
Deathmachine

2000 - Candlelight Records
  
Archspire
Archspire
Relentless Mutation

2017 - Season Of Mist
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique