chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Degial - Predator Reign

Chronique

Degial Predator Reign
Bien que n’étant pas le plus connu des groupes Suédois, le quartet d’Uppsala n’est pourtant pas le moins intéressant de son pays qui semble retrouver du poil de la bête en matière de Death sombre. Agissant depuis plus d’une décennie, et formé de vieux briscards ayant fait partie notamment de WATAIN et REPUGNANT, ou jouant actuellement dans VORUM, ce troisième opus était attendu au tournant comme celui de la rédemption. Car après avoir marqué les esprits avec le tonitruant « Death’s Striking Wings », son successeur « Savage Mutiny » voyait lui une petite baisse de régime malgré des qualités évidentes, mais plus rares. Du coup vu l’expérience et le pedigree de chacun de ses membres il était indispensable pour eux de corriger le tir, sous peine que leur formation commune reste à jamais un espoir déçu, et ne rejoigne la cohorte de groupes prometteurs disparus corps et biens.

Heureusement dès les premières notes du morceau-titre on va être rassuré sur la forme comme sur le fond, tant le combo semble avoir retrouvé l’inspiration et la qualité de son excellent premier album. Dès ce titre d’ouverture il nous sort toute sa palette noire et brutale, alternant facilement entre blasts déchaînés et parties où la double n’hésite jamais à entrer en service, tout comme les passages plus lourds et écrasants qui permettent à l’auditeur de reprendre son souffle avant une ultime rasade de vitesse qui fait mouche. Particulièrement affutés et revanchards les gars mettent les points sur les i dès le départ de cette galette avec ce bijou d’une redoutable efficacité, qui trouve le moyen de faire oublier la précédente au bout de quelques minutes seulement, et cela va continuer par la suite où pas une once d’ennui n’apparaît à l’horizon. N’ayant pas changé son fusil d’épaule le gang privilégie toujours la violence sans concessions où la rapidité est de mise, comme avec « Thousand Spears Impale » qui ne baisse pas en intensité, mais sans jamais être en surrégime, grâce à une durée qui ne dépasse pas les trois minutes, et qui permet ainsi de ne pas s’égarer dans des sempiternelles longueurs ennuyeuses. Ce schéma se retrouve un peu plus loin avec le suffocant « Hellstorm » aux solos arrachés et à l’ambiance apocalyptique, d’où émerge quelques cassures sur un tempo plus lent comme pour laisser une chance de survie à l’auditeur, à l’instar de « Annihilation Banner » furibard et remuant, d’où émerge une violence extrême mais maîtrisée.

Car bien que reprenant une recette éprouvée, l’ensemble des compos se trouvent requinquées par la haine qu’il s’en dégage et par l’intelligence de ces créateurs qui ont laissé plus de place aux parties lead que par le passé. Ceci permet d’aérer les titres, et ainsi de renforcer la cohésion globale, sans tomber dans un mur sonore impénétrable (ceci est évité grâce à la qualité de la production très brute, mais aussi chaude car on entend bien la basse dans le mixage final). Cela se ressent également avec « The Savage Covenant » qui met en avant un côté plus massif et presque épique, où le mid-tempo se fait presque remuant et où les accélérations sont plus rares qu’ailleurs, néanmoins ni la puissance ni l’accroche ne sont prises en défauts tant on se laisse happer par cette tuerie. Ce même terme sied aussi à « Devil Spawn » qui ressemble assez largement au morceau cité précédemment, mais qui bénéficie d’un peu plus de férocité tout en laissant le temps à l’orage qui arrive de s’installer via une longue introduction brumeuse et obscure. Alors que la fin approche avec le simple et redoutable « Triumphant Extinction » place est laissée ensuite au long « Clangor Of Subjugation » qui débute de manière classique et speedée avant qu’un break n’apparaisse et que la suite ne soit totalement différente. Sur un rythme très lent cette seconde partie sera en fait un long instrumental où la pression tentaculaire montera progressivement en température mais sans jamais exploser, du coup cet étirage ne sert pas à grand-chose hormis meubler et faire durer un peu plus longtemps un disque qui n’en avait absolument pas besoin.

Pendant trente-neuf minutes les scandinaves nous offrent un récital de haute tenue majoritairement très rapide, où malgré de nombreuses variations de rythme la cohésion reste toujours parfaite, grâce à une construction générale impeccable. Avec probablement leur meilleure sortie à ce jour les mecs clôturent une année 2017 assez incroyable en matière de bourrinage intensif, et démontrent qu’il ne fallait pas les enterrer trop vite car nul doute que celle-ci va tourner un bon moment sur les platines et sur les supports en tous genres. Ceci permettra donc aisément de démarrer les fêtes du bon pied, et d’écouter autre chose que les sempiternels chants de noël sirupeux et autres niaiseries signées Disney et compagnie … et heureusement d’ailleurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
07/12/2017 10:33
note: 8.5/10
Très bonne surprise surtout après un deuxième album effectivement un peu en deçà. Pour moi, on à là un bon mélange entre le early-Morbid Angel et le premier Necrovation. Dans le top de fin d'année.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Degial
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8.5/10
Webzines : (7)  7.46/10

plus d'infos sur
Degial
Degial
Death Metal - 2006 - Suède
  

nouveaute
A paraître le 24 Novembre 2017

tracklist
01.   Predator Reign
02.   Thousand Spears Impale
03.   The Savage Covenant
04.   Crown Of Fire
05.   Devil Spawn
06.   Hellstorm
07.   Heretical Repugnance
08.   Annihilation Banner
09.   Triumphant Extinction
10.   Clangor Of Subjugation

Durée : 39 minutes

line up
Essayez aussi
Centinex
Centinex
Diabolical Desolation

2002 - Candlelight Records
  
Dark Millennium
Dark Millennium
Out Of The Past (Compil.)

2015 - Century Media
  
Gojira
Gojira
The Link Alive (DVD)

2004 - Gabriel Editions
  
Venefixion
Venefixion
Armorican Deathrites (EP)

2016 - Iron Bonehead Productions
  
Malevolent Creation
Malevolent Creation
Stillborn

1993 - Roadrunner Records
  

Urn
The Burning
Lire la chronique
Sombre Croisade
Balancier des âmes
Lire la chronique
Rebaelliun
Bringer Of War (The Last St...
Lire la chronique
Morse
Pathetic Mankind
Lire la chronique
Canine
The Uprising
Lire la chronique
Limbonic Art
Spectre Abysm
Lire la chronique
Degial
Predator Reign
Lire la chronique
Rude
Remnants
Lire la chronique
Anatomia
Cranial Obsession
Lire la chronique
Dawn Ray'd
The Unlawful Assembly
Lire la chronique
Embittered Spunk Cadaver
The Final Throes of our Dyi...
Lire la chronique
Demolition Hammer
Epidemic Of Violence
Lire la chronique
Eldamar
A Dark Forgotten Past
Lire la chronique
Heir pour l'album "Au Peuple De L'abîme"
Lire l'interview
Mortuary
Nothingless Than Nothingness
Lire la chronique
The Faceless
In Becoming A Ghost
Lire la chronique
Necrovorous
Plains Of Decay
Lire la chronique
Impureza
La Caída de Tonatiuh
Lire la chronique
Loading Data
Double Disco Animal Style
Lire la chronique
Also Sprach Zarathustra
LAIBACH
Lire le live report
Paradise Lost
Medusa
Lire la chronique
W.E.B.
Tartarus
Lire la chronique
Havukruunu
Kelle surut soi
Lire la chronique
Demolition Hammer
Tortured Existence
Lire la chronique
Fretmiden
Omen
Lire la chronique
Air Raid
Across The Line
Lire la chronique
Les concepts dans le BM ! Pffffffffff.
Lire le podcast
Venere
Venere (Démo)
Lire la chronique
Foreseen
Grave Danger
Lire la chronique
Black Rainbows
Holy Moon (EP)
Lire la chronique