chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
21 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Limbonic Art - Spectre Abysm

Chronique

Limbonic Art Spectre Abysm
Tiens ! Tu as cliqué sur la chro toi aussi ? La curiosité ? Non, parce que quand même, ça fait un moment que plus personne n’en a plus rien à battre de LIMBONIC ART. Bah il faut dire aussi qu’il a été dur à suivre. 10 ans d’existence de 1993 et 2003, avec un split à la clé sous prétexte que Morfeus et Daemon n’avaient plus d’idées de compositions, ce à quoi les mauvaises langues avaient répondu qu’ils l’avaient bien remarqué avec le décevant The Ultimate Death Worship. Mais voilà, les idées étaient finalement vite repassées les voir, et 4 ans plus tard surgissait un Legacy of Evil convaincant. Un cran en-dessous des meilleures réalisations des Norvégiens, mais convaincant. Mais les mésaventures n’étaient pas finies et les deux compères se sont bouffés le bec en 2009. Résultat, Daemon poursuit tout seul depuis. Il a montré avec Phantasmagoria en 2010 qu’il pouvait d’ailleurs très bien composer, jouer, hurler sans Morfeus, mais la panne d’inspiration l’a à nouveau touché et il nous a fait patienter 7 ans pour revenir nous rappeler son existence. 7 ans ! C’est la plus longue attente entre deux albums pour LIMBONIC ART. Et le retour se fait sans tambours ni trompettes...

Poutant ce nouvel opus tient la route. Déjà il est bien présenté. La pochette est certes un poil trop heroïc, mais elle est non seulement loin des catastrophes visuelles habituelles du groupe, mais aussi dans la logique de la précédente. On retrouve le même personnage, encapuchonné, avec cette fois-ci des nuances bleues. Comme IRON MAIDEN, MANOWAR, MEGADETH ou SYN ZE ȘASE TRI (cherchez l’intrus), le Norvégien essaie donc de nous familiariser avec un bonhomme mascotte. Cette tentative de créer un élément récurrent est d’autant plus légitime que musicalement aussi il y a des éléments repris encore et encore. LIMBONIC ART ne se réinvente plus, mais ne se plagie pas pour autant. Il est sur sa voie habituelle, avec un décor familier. Il sait toujours mêler son black metal speed et agressif à des machines qui ajoutent un côté cosmique. Occulte et cosmique. Oui, j’aime bien la description.

L’homme arrive encore à sortir des petites perles de noirceur, comme le long titre d’ouverture « Demonic Ressurection » (10mn) ou encore « Triumph of Sacrilege » qui carbure pendant 5 minutes tout en incluant des vocaux plus clairs en chœurs. Cet album est véritablement possédé, surexcité, et a juste quelques bouffées d’air, histoire de nous faire reprendre un semblant de respiration. « Disciplina Arcani » est du coup un titre très particulier, une messe avec des déclamations, des appels sombres, une obscurité totale. Ce sont les meilleurs moments.

Mais à côté de cela, il y a aussi des passages vite oubliés, des parties qui « font le travail », mais s’oublient trop rapidement. Et comme elles sont plutôt longuettes, c’est d’elles qu’on se souvient le plus, et qui font que l’on ne se sent pas titillé par le démon du bouton replay. 47 minutes qui peuvent en sembler plus, tout simplement par manque de charisme.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Jean-Clint citer
Jean-Clint
14/12/2017 16:09
Ouais pas mieux, un disque sympathique mais qui s'oublie quand même relativement vite. On voit bien que sans Morfeus ça n'est plus la même chose, et on regrette le temps du génial "In Abhorence Dementia" !
Gauchet citer
Gauchet
08/12/2017 17:26
Qu'il est loin le temps de " Moon..." et " In Abhorence...."
Merci de la chro Sakri :-)

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Limbonic Art
Black Metal occulte et cosmique
2017 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (17)  6.75/10

plus d'infos sur
Limbonic Art
Limbonic Art
Black Metal occulte et cosmique - 1993 - Norvège
  

tracklist
01.   Demonic Resurrection
02.   Ethereal Traveller
03.   Omega Doom
04.   Requiem Sempiternam
05.   Triumph of Sacrilege
06.   Disciplina Arcani
07.   Through the Vast Profundity Obscure

Durée : 47:05

line up
parution
7 Juillet 2017

voir aussi
Limbonic Art
Limbonic Art
Phantasmagoria

2010 - Candlelight Records
  
Limbonic Art
Limbonic Art
Legacy Of Evil

2007 - Candlelight Records
  

Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report
Nervosa
Downfall of Mankind
Lire la chronique