chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
65 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Canine - The Uprising

Chronique

Canine The Uprising
La ténacité, ça paye. L'an dernier, CANINE m'avait déjà séduits avec leur single "From Ashes", mais je n'avais pas suffisamment de matériau pour en faire une belle chronique sur Thrasho. J'avais donc mis le quatuor sous le boisseau et attendu la sortie d'un album que j'espérais aussi cool que le single. Le disque en question, The Uprising est sorti le mois dernier et son écoute confirme les premières impressions. CANINE, ça mord (excuse-moi, cher lecteur, pour ce calembour à deux francs).

CANINE officie dans le Metalcore tendance Power US. Eux ils disent Groove Metal mais ça ne veut pas dire grand chose. Je sais, c'est le terme "inventé" pour qualifier PANTERA et tous les clones qui se sont engouffrés dans la brèche ouverte par les frères Abbott. Mais j'ai toujours eu beaucoup de mal à "définir" le Groove Metal et encore plus à trouver des points communs entre PANTERA et ses clones. Donc Power US, je trouve ça plus parlant pour englober des groupes aussi différents que MACHINE HEAD, LAMB OF GOD et CANINE. Vous allez me dire qu'ils ne sont pas américains, mais le Power US, comme le Hard US, sont des genres musicaux qui s'exportent bien et il est donc tout à fait possible d'en jouer à Tel Aviv car, pour reprendre une belle citation de Pierrick Valence (PHAZM), à propos du Black Metal Norvégien : "On n’est pas obligé d’être norvégien. Un africain pourrait très bien se reconnaître dans cette forme de réflexion là. Il y a des groupes de Reggae en Russie, qui sont certainement très bon. Cela serait vraiment très prétentieux de la part des norvégiens de dire qu’il faut être norvégien pour faire du Black norvégien. Il y a des groupes de Blues en France, ils ont pas ramassé le coton dans les années 40".
Pour en finir avec ce volet catégories, j'ai rangé CANINE dans le Metalcore même s'ils n'ont pas le travers pénible consistant à alterner des phases agressives portant un screaming avec d'autres plus mielleuses portant un chant clair et vaguement mélodique. Même si The Uprising n'est pas totalement exempt de passages mielleux / chant clair, ils sont heureusement suffisamment peu nombreux pour que le propos des Israéliens se rapproche plus de LAMB OF GOD que de KILLSWITCH ENGAGE.

Il y a une vraie belle construction narrative dans les compos de The Uprising et ce dès le premier titre, "Silence Before Chaos" dont l'intro instrumentale et la progression vers un chaos organisé avec des éléments de Djent est particulièrement bien fichue. Lorsque ça pète, ce qui saute hélas aux oreilles, et qui ne fera que se confirmer par la suite, c'est que la batterie est un peu le parent pauvre de la musique du quatuor. Peut-être, justement, parce que ledit quatuor ne compte aucun batteur et que c'est un musicien de session qui est venu massacrer les fûts. Peut-être aussi parce qu'au moment de mixer les pattern de batterie avec le reste des compos, l'ingé son n'a pas réussi à gommer la sonorité un peu molle de certains plans de grosse caisse, notamment sur "Silence Before Chaos". Mais heureusement pour nos petites oreilles, le son des percus est changeant et le pire côtoie l'acceptable. Si ce premier titre a de gros relents de LAMB OF GOD, le reste de la tracklist n'est pas de la même eau et on peut féliciter les fils d'Abraham pour leur capacité à digérer différentes influences pour en faire une synthèse entre modernité et classicisme. Je suis bien conscient de la vacuité de cette affirmation, alors je m'explique : CANINE propose une musique audacieuse et ambitieuse. Le quatuor met au goût du jour des recettes déjà éprouvées. Si l'on considère que tout ou presque a déjà été inventé dans le Metal, le talent d'un groupe actuel se mesure dans sa capacité à recycler les bonnes vieilles recettes sans que son plat sente trop le réchauffé. C'est ce que parvient à faire CANINE dans son album. On a l'impression d'entendre des choses déjà entendues chez d'autres, mais la réinterprétation qu'en font les Israéliens est suffisamment inédite pour que l'écoute n'en soit pas réberbative. Loin de moi l'idée de vous faire une énumération des emprunts, vous saurez bien les trouver vous-même. Et si vous ne les identifiez pas, c'est qu'ils ne sont pas aussi marquants que cela, un autre bon point pour CANINE! (par exemple, le pinch harmonique sur "Last Word Forever", s'il rappelle un peu la tendance de Zakk Wilde à en saupoudrer tous les titres de BLACK LABEL SOCIETY reste un trick de gratteux assez standard qui ne sent pas trop la repompe à outrance).

Il y a quand même un gros volet Metalcore dans le travail de CANINE et cette fameuse alternance de screaming et de chant clair parfois un poil trop sirupeux "Last Words Live Forever" qui pourrait en exaspérer plus d'un, à commencer par votre serviteur. Mais les parties "claires" sont finalement assez espacées et brèves pour ne pas rendre la mixture indigeste ni rédhibitoire. Pour le reste, voici un album plein de bonnes choses qui démontre que le Metal de qualité est à la portée de tous, pour peu qu'on se sorte un peu les doigts.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Canine
Metalcore / Power US
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Canine
Canine
Metalcore / Power US - 2009 - Israël
  

tracklist
01.   Silence Before Chaos  (05:18)
02.   Mutiny  (05:07)
03.   Last Words Live Forever  (05:49)
04.   Reflection  (02:12)
05.   From Ashes  (04:07)
06.   To The Exile  (05:22)
07.   With The Crows In Sight  (04:34)
08.   The Uprising  (05:51)

Durée : 40:00

line up
parution
25 Novembre 2017

Iron Angel
Hellbound
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 12 - Corrosion of Snippysnapeusnapisnap et le Paradis Perdu.
Lire le podcast
Wiegedood
De Doden Hebben Het Goed III
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Eximperitus - Projecting the Singular Emission...
Lire le podcast
Antimateria
Valo Aikojen Takaa
Lire la chronique
Thou
Inconsolable (EP)
Lire la chronique
Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique