chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dismal - 遺·白

Chronique

Dismal 遺·白
« Oh, des Chinois qui font de black metal, vite une bonne note, rien que pour les féliciter d’avoir ce courage, dans un pays où l’on sait que la liberté n’a pas… »

"Ta gueule ! Rahahahaah !"

On s’en fout de ça. C’est comme de considérer un album encore meilleur parce que « c’est un one man’s band ! Quel mérite de tout faire tout seul. ». On s’en fout. On s’en fout. On s’en fout. C’est le résultat qui compte, on n’est pas là pour mettre des bonnes notes au processus. Alors les « Oh, une machine vient de créer un titre black metal ! ». « Celle-là, pour une femme, elle a compris l’essence de la musique ! ». « Un petit Chinois, incroyable ! »…

Bref. DISMAL est chinois. De Hong Kong pour être plus précis. Et si le nom du groupe ne le laissait pas penser, celui de l’album, et ceux des pistes étaient plus évidents. Des idéogrammes. 遺, on le retrouve aussi au Japon, et il est employé dans l’expression 遺体, « Itaï », qui est le corps, dans le sens de corps mort. De manière plus générale, il a une signification du « reste ». 白, c’est « Shiro », la couleur blanche. La pochette aussi peut avoir un côté chinois, ou plus largement asiatique. J’aime moyennement. Il fait la part belle à l’imaginaire, mais je la trouve en décalage avec la musique. Il y a bien quelques passages qui apportent la douceur que ce visuel semble contenir, et la dernière piste est sûrement le meilleur exemple, avec 12 minutes de black metal à tendance post, relaxantes, douces, et mélancoliques 90% du temps. Mais les instants restants piochent plus allègrement dans le black metal dépressif, et j’aurais apprécié une pochette plus sombre, plus urbaine même. Aucun élément qui fasse chinois et laisse entrevoir cette nationalité !

Les vocaux sont d’ailleurs les éléments les plus fidèles au genre dépressif. Deux timbres se les partagent : des pleureurs qui en font des tonnes et partent dans les aigüs et des plus graves inspirés par le doom. Ils sont assez bons, et surtout bien équilibrés, avec cependant une fâcheuse tendance sur la deuxième piste à laisser entendre une inspiration avant chaque intervention : « Haaa, blah blah blaaaaah, Haaa, blah blah blaaaah. ». On dirait Mylène Farmer...

La musique dans son ensemble est bien maîtrisée, et on se laisse vite bercer par ce cocon de mal-être, malgré le côté téléphoné trop évident. Le travail se fait bien, et il suffit qu’on ne soit pas dans son assiette pour vite avoir envie d’aller chercher sa plus belle corde et dire au revoir au son de ces compositions. Par contre faites en sorte qu’on ne tombe pas sur l’album par la suite, sinon on pensera que vous êtes un sacré fragile, et que votre mort était peut-être bien justifiée...

Ah, et si vous prenez la version CD, déjà armez-vous de patience parce que le label « est chinois et dans une situation compliquée, qui fait qu’on ne peut pas envoyez ça tout de suite hein !!! », et ensuite ayez la joie d’aprendre qu’une huitième piste vous attend : une reprise de NOCTURNAL DEPRESSION : « Nostalgia ». Enfin, appréciez le digi qui est costaud, et découvrez un livret de plusieurs pages, mais totalement vide. Toutes les pages ont été laissées blanches... comme le titre de l’album, souvenez-vous !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
19/12/2017 16:48
note: 6.5/10
Téléphoné dans le sens où ça peut ronronner facilement. Sans être plat, c'est tout de même sans grosse surprise.
Bien fait, et je le signale d'ailleurs, hein !
Je dis : "La musique dans son ensemble est bien maîtrisée, et on se laisse vite bercer par ce cocon de mal-être"
Ce qui est un bon point ! Mais sur l'ensemble de l'album, je me lasse, ou du moins mon esprit vagabonde facilement.
dolmorgoth citer
dolmorgoth
19/12/2017 08:57
note: 6.5/10
J'ai trouvé ça pas trop mal, disons que je m'attendais à pire après avoir lu ta chronique.
Par contre qu'entends-tu par "coté téléphoné"?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dismal
Post Black Dépressif
2017 - Pest Productions
notes
Chroniqueur : 6.5/10
Lecteurs : (1)  6.5/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dismal
Dismal
Post Black Dépressif - 2013 - Chine
  

écoutez
tracklist
01.  
02.  
03.  
04.  
05.   Neter
06.   Azafen
07.  
08.   Nostalgia (Nocturnal Depression Cover)

Durée : 53:03

parution
25 Octobre 2017

Essayez plutôt
Germ
Germ
Escape

2016 - Prophecy Productions
  
Ghost Bath
Ghost Bath
Moonlover

2015 - Northern Silence Productions
  
Shining
Shining
IV - The Eerie Cold

2005 - Avantgarde Music
  
Germ
Germ
Grief

2013 - Eisenwald Tonschmiede
  

Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique
Puteraeon
The Empires Of Death (EP)
Lire la chronique
Looking For An Answer
Dios Carne
Lire la chronique
Godflesh
Post Self
Lire la chronique
Weregoat
Pestilential Rites Of Infer...
Lire la chronique
Shining
X - Varg utan flock
Lire la chronique
Septicflesh
Codex Omega
Lire la chronique
Black Sabbath
Never Say Die
Lire la chronique
Cemetery Urn
Cemetery Urn
Lire la chronique
Anakim
Monuments To Departed Worlds
Lire la chronique