chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
68 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Disma - The Graveless Remain

Chronique

Disma The Graveless Remain (EP)
Toutes ces histoires puantes d’antifascistes fascistes dans lesquelles est malheureusement impliqué Disma n’ont pas eu pour seuls effets de contraindre certains organisateurs à se désolidariser du groupe malgré leurs engagements (comme cela a été le cas pour le Chaos In Tejas en 2011 ou le Netherlands Deathfest en 2015) mais également d’entrainer les départs quasi-successifs du guitariste Daryl Kahan (une pilule plutôt amer que cet ancien Punk qui à quand même joué dans des groupes tels que Born Against, Citizen Arrest et Assück à du avoir du mal à avaler) et du batteur Shawn Eldridge.
Loin de se laisser démonter par ces quelques défections, le groupe fera appel aux services d’un vieux briscard répondant au nom de Craig Smilowski (ex-Immolation, ex-Goreaphobia, ex-Incantation (live)) pour assurer le poste laissé vacant par le cogneur de Ruinous, Death Fortress et Abysmal Gates. Enfin en capacité de reprendre du service (le groupe n’avait rien sorti depuis 2013 et ce split en compagnie de Convulse), Disma va alors enregistrer un EP deux titres intitulé The Graveless Remains disponible uniquement en vinyle via Profound Lore Records.

Un EP particulièrement frustrant puisqu’il ne compte que deux titres pour un peu moins de quatorze minutes. C’est court et surtout excessivement cher payé pour ce que c’est. M’enfin vous savez ce qu’on dit, quand on aime on ne compte pas (enfin pas trop).

Sur la Face A, on trouve ainsi le titre qui a donné son nom à ce EP. Un morceau assez surprenant pour du Disma, principalement à cause de cette entrée en matière presque Punk (j’ai dit « presque », calmez-vous) ainsi que cette cadence faussement soutenue (souligné par quelques blasts dont le groupe aime nous dispenser de temps à autre). Mais chassez le naturel et il revient au galop. Aussi, les Américains ne tardent pas à revenir alourdir l’atmosphère à coup de riffs plombés et particulièrement vicieux (1:45). Si le déroulé est simple (une successions d’accélérations et de parties écrasantes), cela permet en tout cas d’apprécier la valeur du petit dernier dont le CV se voulait déjà très rassurant. Le titre, servi ici par une production à l’ancienne à la fois rugueuse et tout en saturation (ohlala cette basse à 4:38, hummm) colle parfaitement à cet univers poisseux et moribond. Une atmosphère sinistre mise en exergue par le growl abyssal et monstrueux d’un Craig Pillard qui malgré les années qui passent n’a rien perdu de ce célèbre coffre qui est le sien.
Sur l’autre face, "Sempiternal Deformity" met l’accent sur les mid-tempos rampants et répétitifs. Une évidence quand on regarde la durée de ce dernier qui dépasse de quelques secondes les huit minutes. Il faudra ainsi attendre 3:25 pour voir les choses s’accélérer le temps de séquences plus ou moins rapides (mais jamais vraiment blastées) et variées. Se faisant, Disma vient rompre avec cette première partie plus monotone tout en faisant évoluer son morceau à l’aide de riffs et de mélodies inédits. Pour terminer, les Américains renouent naturellement sur les dernières minutes avec ces mid-tempos dont ils sont si friands. Lourds, presque tribaux (notamment dans ce jeu de batterie implacable), ils nous entrainent de force vers le fond alors que l’on tente désespérément de garder un œil plein d’espoir sur cette lumière qui diminue inexorablement au dessus de nous.

Après quatre ans d’absence, ces deux nouveaux morceaux font évidemment plaisir à entendre. Le line-up état désormais stable avec l’arrivé dans les rangs de la formation de Craig Smilowski, nul doute que Disma est déjà à pied d’œuvre pour apporter une suite au redoutable et imposant Towards The Megalith. Bon, en toute honnêteté il n’y pas de quoi crier au génie (mais bon, ça n’a jamais été le cas avec Disma) mais on retrouve tout ce qui faisait précédemment le charme de ce groupe. A réserver cependant aux collectionneurs et autres fans invétérés qui ne seront pas rebutés ni par le format, ni par la durée et surtout pas par le prix.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Disma
notes
Chroniqueur : 3.5/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Disma
Disma
Death Metal - 2005 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   The Graveless Remains  (05:55)
02.   Sempiternal Deformity  (08:02)

Durée : 13:57

line up
parution
31 Mars 2017

voir aussi
Disma
Disma
The Vault Of Membros (Démo)

2009 - Autoproduction
  
Disma
Disma
Towards The Megalith

2011 - Profound Lore Records
  
Disma
Disma
The Manifestation (EP)

2011 - Necroharmonic
  
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf
Disma / Winterwolf (Split 7")

2011 - Doomentia Records
  

Essayez aussi
Abysmal Dawn
Abysmal Dawn
Programmed To Consume

2008 - Relapse Records
  
Agon
Agon
Violence Procreation

2008 - Autoproduction
  
Antediluvian
Antediluvian
λόγος

2013 - Nuclear War Now! Productions
  
Crematory
Crematory
Denial (Compil.)

2009 - Necroharmonic
  
Loudblast
Loudblast
Sublime Dementia

1993 - Semetery Records
  

Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique
Whoresnation
Mephitism
Lire la chronique