chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Weregoat - Pestilential Rites Of Infernal Fornication

Chronique

Weregoat Pestilential Rites Of Infernal Fornication
L’avantage avec ce genre de pochette peu subtile c’est que l’on sait pertinemment où l’on met les pieds avant même d’écouter une seule seconde du disque dont il est question. Dans le cas présent, il s’agit du premier album des Américains de Weregoat que l’on avait déjà croisé en 2012 le temps d’un split en compagnie de Diocletian intitulé Disciples Of War. Durant les cinq années qui séparent la sortie de ce split à celle de ce premier album, le groupe s’est montré relativement peu productif avec à son actif un EP et un split en compagnie de quelques groupes tout plus finauds les uns que les autres (Necroblood, Necroholocaust, Ogdru Jahad...). Une activité modérée liée au fait que les trois membres de Weregoat jouent dans une palanquée d’autres formations telles qu’Ascended Dead, Ritual Necromancy, Aldebaran, Mournful Congregation, Nightfell, Sempiternal Dusk… Trois CV particulièrement chargés pour des plannings que l’on imagine tout aussi encombrés.

Paru sur les labels Vault Of Dried Bones (qui a depuis mis fin à ses activités) et Iron Bonehead Productions, Pestilential Rites Of Infernal Fornication s’inscrit en toute logique dans la continuité de ce que Weregoat a déjà produit précédemment. Une musique bien peu aventureuse mais particulièrement radicale qui va puiser son inspiration parmi les pires engeances de la même espèce (Archgoat, Blasphemy, Bestial Warlust...).

Si ce grand bouc poilu et musculeux qui fornique à même le sol avec une demoiselle a priori plus que consentante et sous le regard lubrique de cinq encapuchonnés ne vous a pas fait fuir, c’est qu’a priori vous êtes tout à fait mûrs pour ces trente-huit minutes placées sous le signe du blasphème, de la violence et du sexe. Les Américains compensent ainsi ce manque d’originalité flagrant par une efficacité absolument redoutable qui ne sera pas sans faire frémir les amateurs de ce genre de douceurs sans finesse. Une indélicatesse outrancière, bruyante et perpétuelle qui va se retrouver exacerbée par une production moins sale et bancale que celles des précédentes sorties du groupe. La musique de Weregoat y gagne en lisibilité et donc en impact sans pour autant sacrifier à l’atmosphère. Bien que calqué sur celui des maîtres à penser finlandais, on pourra également apprécier le son de guitare abrasif et relativement cru qui apporte un certain cachet à l’ensemble. Un ensemble en tout cas parfaitement équilibré qui fait de Pestilential Rites Of Infernal Fornication un album à savourer dans l’instant.
De toute façon, vu la cadence imposée par le trio de Portland et la relative simplicité des compositions, il pouvait difficilement en être autrement. Entre accélérations infernales (blasts, tchouka-tchouka de Punk à chien élevé au Black Metal), riffs à trois notes particulièrement bas du front et ralentissements à rendre dingue n’importe quelle personne saine d’esprit ("Osculum Infame" à 1:24, "Molested By Evil" à 1:03, "Screaming Forth Endless Blasphemies And Emitting Foul Seed Upon The Pitiful Face Of Benevolence" à 1:26, "Forked Tongue Lashes Between The Virgin's Thighs" à 3:21, "Malediction Command" à 1:03...), Weregoat n’y va pas par quatre chemin pour imposer son Black/Death Metal avec force et violence. Une formule qui laisse bien peu de temps à la réflexion mais invite plutôt à la dépense de calories (une bonne idée après les fêtes de fin d’année) à travers toute une gestuelle que je laisse bien évidemment à la discrétion de chacun (moi je m’en vais casser des murs avec ma tête). En tout cas, pas de demi-mesure ici mais une punition infligée dans les règles de l’art à grands coups de riffs diaboliques terriblement efficaces, de leads et autres solos complètement tordus et foutraques, de growls arrachés plus ou moins profonds et saturés et enfin de samples tous plus équivoques les uns que les autres ("Stick your cock up her ass, you motherfucking worthless cocksucker!" - Merci l’Exorciste pour ces bien belles paroles)...

Comme vous devez désormais avoir une idée relativement claire de la teneur de ce premier album (désolé mais je ne peux pas faire mieux), je ne vais donc pas épiloguer plus longtemps sur le sujet. Pestilential Rites Of Infernal Fornication s’impose comme une belle petite surprise de la part d’un groupe qui jusque-là s’était montré efficace mais un peu trop discret pour espérer tirer son épingle du jeu. Avec la sortie de ce disque, les Américains viennent clairement de renverser la vapeur et marquer de sérieux points auprès des amateurs du genre qui ne s’attendaient probablement pas à autant de réussite. Sauvage !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

5 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
04/01/2018 15:58
note: 8/10
Keyser a écrit : AxGxB a écrit : Elle te plaît, j'en suis sûr Mr Green

Tout ce que j'aime!

Par contre musicalement ça m'étonnerait. Dès que y'a "goat" dedans ça me fait souvent chier le bestial.


C'est mieux produit que la moyenne donc tu peux peut-être quand même y jeter une oreille Clin d'oeil
Keyser citer
Keyser
04/01/2018 15:35
AxGxB a écrit : Elle te plaît, j'en suis sûr Mr Green

Tout ce que j'aime!

Par contre musicalement ça m'étonnerait. Dès que y'a "goat" dedans ça me fait souvent chier le bestial.
AxGxB citer
AxGxB
04/01/2018 14:11
note: 8/10
Elle te plaît, j'en suis sûr Mr Green
Keyser citer
Keyser
04/01/2018 13:08
C'te pochette!!
Krokodil citer
Krokodil
04/01/2018 11:36
note: 7.5/10
Il dévaste pas mal, mais je crois que je préfère l'approche un poil plus harsh d'Unholy Exaltation... qui elle dévaste carrément.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Weregoat
Black / Death Metal
2017 - Vault Of Dried Bones
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (1)  7.5/10
Webzines : (5)  7.55/10

plus d'infos sur
Weregoat
Weregoat
Black / Death Metal - 2009 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Goatlust Invocation  (03:06)
02.   Osculum Infame  (02:53)
03.   Molested By Evil  (05:14)
04.   Screaming Forth Endless Blasphemies And Emitting Foul Seed Upon The Pitiful Face Of Benevolence  (02:38)
05.   Forked Tongue Lashes Between The Virgin's Thighs  (05:26)
06.   At Fullmoon She Bleeds  (03:27)
07.   Under The Whip  (03:19)
08.   Malediction Command  (02:47)
09.   As Cold As The Devil's Seed  (04:14)
10.   Pestilential Rites Of Infernal Fornication  (05:41)

Durée : 38:45

line up
parution
5 Mai 2017

voir aussi
Diocletian / Weregoat
Diocletian / Weregoat
Disciples Of War (Split-CD)

2012 - Dark Descent Records
  

Essayez aussi
Solar Demise
Solar Demise
Archaic War

2018 - Narcoleptica Prod.
  
Arkhon Infaustus
Arkhon Infaustus
Filth Catalyst

2003 - Osmose Productions
  
Dissection
Dissection
Storm Of The Light's Bane

1995 - Nuclear Blast Records
  
Adversarial
Adversarial
Prophetic Plain Of Abyssal Revelation (EP)

2011 - Dark Descent Records
  
Xul
Xul
Extinction Necromance (EP)

2015 - Autoproduction
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report