chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
64 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Black Sabbath - Vol 4

Chronique

Black Sabbath Vol 4
Le quatrième album de BLACK SABBATH est une étape clé de leur évolution. C'est un disque qui marque le début du rituel de construction de presque tous les albums suivants de BLACK SABBATH, tous line-up confondus. C'est d'abord le premier disque pour lequel le groupe a fait une retraite pendant plusieurs mois (en l'occurence dans une villa de Los Angeles), retraite au cours de laquelle le disque a été construit et enregistré. C'est aussi à partir de cette époque que Tony Iommi commence à avoir besoin d'un d'un sparing partner pour donner le meilleur de lui-même et tenter des innovation. Le guitariste est toujours la source principale des riffs sur lesquels se bâtissent les morceaux de son gang mais les disques les moins inspirés de la discographie sont ceux sur lesquels Iommi a été livré à lui-même et je pense que malgré son immense talent, il est plus à l'aise quand il dispose d'une âme soeur pour confronter ses idées et mieux avancer. Sur Vol 4, c'est Geezer Butler qui tiendra ce rôle, le bassiste s'improvisant organiste sur mellotron tandis que Tony Iommi s'essaie au piano dont il joue sur "Changes" (la première ballade du Sab dont la version la plus célèbre est la reprise qu'en a faite Ozzy plusieurs années plus tard, en duo avec sa fille). Vol 4 est aussi le premier disque produit par Tony Iommi. Le manager Patrick Meehan a beau être crédité comme co-producteur, tous les témoins s'accordent pour dire que sa seule contribution à la conception de l'opus a consisté à fournir le groupe en cocaïne et l'on peut supposer, connaissant le bonhomme qu'il se soit prétendu co-producteur pour piquer un peu plus de thunes à ses poulains. C'est enfin le premier opus produit sous perfusion de coke. Le groupe qui carburait jusqu'ici aux drogues douces a découvert la coke sur la tournée américaine de Master of Reality. Les quatre brummies sont cokés jusqu'aux yeux et tenteront même de dédicacer leur création à la poudre blanche en choisissant de l'appeler Snowblind (littéralement "tempête de neige", mais signifiant également "de la coke jusqu'aux yeux". C'est Warner qui convainc le groupe d'adopter une démarche moins radicale, craignant qu'un disque faisant aussi clairement l'apologie des drogues dures ne puisse pas marcher aux States. Les anglais feront donc un clin d'oeil plus subtil en précisant dans les remerciements “we wish to thank the great COKE-Cola Company of Los Angeles”

Une ambiance au beau fixe, le vent en poupe, une liberté totale, la coke comme muse. Le quatuor de Birmingham est au top de sa forme et les drogues sont, pour le moment, de puissants booster à leur inventivité et à leur folie. Le résultat est un album ambitieux qui mélange avec justesse le son classique de BLACK SABBATH et des innovations qui vont elles aussi à devenir des classiques du son du groupe : les claviers, les orchestrations, les ballades. Avec cet album, BLACK SABBATH place la barre de la qualité très très haut, et se donne un challenge de taille pour les disques suivants. Faire au moins aussi bien et idéalement repousser encore les limites.

Si Master Of Reality était l’album de la maturité, Vol 4 est celui de la confirmation. L'enchaînement des dix pistes est d’une justesse diabolique. Allez savoir quel rôle la coke a effectivement joué dans le processus de création, mais le résultat est à la hauteur de l’investissement. Reprenant la recette consistant à enchaîner les pistes Heavy et des morceaux plus atmosphériques et expérimentaux, le disque pousse les choses un petit peu plus loin. Les morceaux Heavy sont encore plus Heavy, les inserts progressifs sont encore plus progressif. Ainsi, l’instrumental “Fx” pour lequel Tony Iommi frotte son crucifix sur les cordes de sa guitare et bien sûr les claviers. Comme d’habitude, ces ouvertures vers d’autres univers ne sont que des interludes pour accentuer l’effet extra lourd des morceaux les plus Heavy qui sont eux-même les plus Heavy que le SAB ait composés jusqu’ici. La doomesque ouverture "Wheels Of Confusion", avec son riff épais, son break surpenant et sa deuxième partie plus aérienne et rapide. Les cultissimes “Supernaut” et “Snowblind", richement pourvus en riffs d'anthologie. Les lourdissimes “Cornucopia” et “Tomorrow”s Dream”, le poétique "Laguna Sunrise" interprété où la guitare acoustique est accompagnée par une ligne de violons. La batterie de Bill Ward est toujours aussi libre et virevoltante (écoutez bien les plans de percus sur "Supernaut" et "Under The Sun", c'est magnifique) tandis que côté chant, Ozzy est égal à lui-même. Comme le groupe nous y a déjà habitués sur ses précédents méfaits, la tracklist alterne les ambiances et ménageant ses effets et bien que quelques morceaux sortent du lot, il n'y a pas de mauvaise surprise à déplorer.

Le dernier point remarquable de ce disque, c'est que tout en sonnant cent pour cent SABBATH, il part dans une direction complètement différente de celle de Master Of Reality. On peut mettre cela sur le compte de la coke ou plus sûrement sur l'énorme talent du gang, Tony Iommi en tête, pour proposer quelque chose de neuf à chaque album de BLACK SABBATH, une caractéristique qui se vérifie tout au long de l'histoire du groupe, à une ou deux exceptions près!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

rivax citer
rivax
02/01/2018 22:51
note: 9.5/10
Caïn Marchenoir a écrit : Par contre, pour ce qui est des ballades, quid de Planet Caravan et de Solitude?

Je ne mets pas ces trois compos au même niveau. Pour moi, "Planet Caravan" et "Solitude" sont des interludes alors que "Changes" a tout de la ballade - single.... mais tu as raison, ces trois morceaux ont pas mal de points communs. "Changes", ça n'est pas "Still Loving You"! je suis peut-être influencé par la reprise qu'en on fait Ozzy et sa fille
Caïn Marchenoir citer
Caïn Marchenoir
26/12/2017 18:41
note: 10/10
L'un des tous meilleurs du groupe, toute période confondue.

Par contre, pour ce qui est des ballades, quid de Planet Caravan et de Solitude?
Jean-Clint citer
Jean-Clint
26/12/2017 09:02
note: 8.5/10
Le début d'une nouvelle ère pour le groupe qui montre une facette plus élaborée et ambitieuse avec trois chef d'oeuvre intouchables. Rempli de morceau mémorables (dont ce "Snowblind" incroyable) il mérite d'être au même niveau que ses prédécesseurs !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Black Sabbath
Heavy Metal
1972 - Warner Bros. / Vertigo
notes
Chroniqueur : 9.5/10
Lecteurs : (10)  8.9/10
Webzines : (2)  8.5/10

plus d'infos sur
Black Sabbath
Black Sabbath
Heavy Metal - 1969 † 2017 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Wheels of Confusion  (8:02)
02.   Tomorrow's Dream  (3:09)
03.   Changes  (4:44)
04.   FX  (1:43)
05.   Supernaut  (4:42)
06.   Snowblind  (5:29)
07.   Cornucopia  (3:55)
08.   Laguna Sunrise  (2:53)
09.   St Vitus Dance  (2:30)
10.   Under The Sun  (5:51)

Durée : 42:23

line up
parution
25 Septembre 1972

voir aussi
Black Sabbath
Black Sabbath
Dehumanizer

1992 - I.R.S Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Born Again

1983 - Warner Bros. / Sanctuary Records / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Live at Last (Live)

1980 - NEMS Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
The Eternal Idol

1987 - Warner Bros. / Vertigo
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  

Essayez aussi
Visigoth
Visigoth
Conqueror's Oath

2018 - Metal Blade Records
  
Agonizer
Agonizer
Birth / The End

2007 - Spinefarm Records
  
Mahakala
Mahakala
The Second Fall

2017 - Supreme Music Creations
  
Iron Maiden
Iron Maiden
Killers

1981 - EMI
  
Deaf Dealer
Deaf Dealer
Journey Into Fear

2014 - Cult Metal Classics Records
  

Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique