chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Almanac - Kingslayer

Chronique

Almanac Kingslayer
Bienvenue dans "Chrono-chronique", mon nouveau format d'article sur des albums que je voulais faire mais dont l'avis se tranche en deux-deux.

On inaugure cette formule avec le "Kingslayer" de ALMANAC, qui nous avait gratifié l'année dernière du sympathique "Tsar" qui, de l'avis de beaucoup, rassemblait le meilleur de ce qui s'est fait dans le genre du Power européens de ces 15 dernières années.
Sauf qu'un tel album, sorti en 2016, a pu avoir un poil plus de maturation, même si le groupe est né en 2015. J'ose espérer qu'ils n'ont pas tout pondu en un an - et si c'était le cas, chapeau, parce que le disque ne semblait pas se foutre de nous.

Plus d'un an après vient "Kingslayer" et, comme son nom l'indique, c'est cliché à souhait. Si vous avez été ravi par les quelques moments poignants, les mélodies et progressions bien senties de "Tsar", passez votre chemin, ce disque est d'un ennui mortel. Fast-food calibré, un morceau comme "Guilty as Charged" montre bien que le groupe, en un an, n'a fait que reprendre des recettes éculées et clichés faciles pour faire du Power qui ratisse large. Intro à la Kamelot, Epica ou confrères, progression cheesy à souhait à base de couplet-refrain, éléments interchangeables, aucun moment de grâce. Un autre titre ? "Kingdom of the Blind" : gros sabots à mort, ça ne tient pas debout, on a déjà entendu ça mille fois.
Je pourrai lister chaque morceau, on en reviendrait au même constat. C'est du conformisme qui ne déplaira pas aux amateurs du genre et qui en veulent encore et encore – mais celui qui cherche autre chose que du McDo Power en aura vite fait le tour, et aura vite oublié ce qu'il a englouti (au fond de la cuvette, ne nous le cachons pas). C'est tellement cliché qu'il suffit de prendre ne serait-ce que le nom de l'album (Kingslayer, tellement "original"...) ou de certains morceaux pour s'en rendre compte : on passera le "Losing my mind" déjà vu pour aller vers "Hail to the King". Franchement, je pense que si on cherche ça sur google, on ne tombera que sur Almanac...

Exécuté sans envie, "Kingslayer" est plus un ratage créatif que dans la production. Il suffit de comparer n'importe quelle piste de ce disque avec une réussite qu'est leur « No More Shadows » : intro bien menée, progressive, qui monte la sauce, avec des mélodies qu'on n'a pas entendues mille fois non plus, la rupture sur du violon, puis c'est parti, et même si le couplet se calme un peu, c'est pour nous conduire vers un refrain hyper grisant, puis un autre couplet plus riche, où on évite la répétition par l'autre chanteur, jusqu'à un solo redoutable. Du Power comme je l'aime !
Ici, rien de tout ça. Tu prends, tu manges, tu passes ton chemin. Le constat sera donc le même que pour Charred Walls of the Damned : il y avait moyen de faire plus ambitieux, surtout avec le line-up, mais ça reste sur du consensuel. Personnellement, je zappe.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Almanac
Symphonic Power Metal
2017 - Nuclear Blast Records
notes
Chroniqueur : 4.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (13)  7.74/10

plus d'infos sur
Almanac
Almanac
Symphonic Power Metal - 2015 - International
  

tracklist
01.   Regicide  (06:10)
02.   Children of the Sacred Path  (04:10)
03.   Guilty as Charged  (05:02)
04.   Hail to the King  (05:47)
05.   Losing My Mind  (05:33)
06.   Kingslayer  (01:33)
07.   Kingdom of the Blind  (06:22)
08.   Headstrong  (06:11)
09.   Last Farewell  (05:01)
10.   Red Flag  (05:05)

Durée : 50:54

parution
24 Novembre 2017

voir aussi
Almanac
Almanac
Tsar

2016 - Nuclear Blast Records
  

The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique
Monster Magnet
Mindfucker
Lire la chronique