chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
36 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Iperyt - The Patchwork Gehinnom

Chronique

Iperyt The Patchwork Gehinnom
Iperyt et moi, c'est une passion torride, sans aucune cervelle. Composée d'éminences grises de la scène polonaise (Infernal War, Decline, Morowe), la formation s'est faite spécialiste du crime auditif, de la gratuité pure et simple, celle-là même qui vous botte un cul et part sans se retourner. "Totalitarian Love Pulse", cri d'amour à la grosse industrie et cri de haine bestiale à la face du monde moderne, m'avait déjà correctement secoué les puces : Onze titres sans temps mort, l'ensemble se vautrant dans un Black Metal Industriel à la croisée du Speedcore et du Cybergrind, efficace et clinique en diable, et sans la moindre once d'intelligence : le berzerker ultime, quoi.

Et puis il y a eu "No State of Grace", encore plus rapide, plus vide, plus long que son grand frère - il fallait le faire. Efficacité polonaise oblige, l'ensemble était couronné d'une pochette laide comme jamais, probablement torchée par un stagiaire en deux-deux. Du mauvais goût qui se savoure honteusement, presque planqué, de peur de se faire prendre le doigt encore planté dans le pot de confiture. Pensez bien que l'annonce de "The Patchwork Gehinnom", l'année dernière, avait aiguisé mon appétit, fiévreux que j'étais de repasser sous les chenilles du PL-01. Annonce couronnée de deux gages de qualité : une sortie chez Pagan Records, historique écurie du pays, et un mixage confié à Nihil, chanteur et tête pensante des fantastiques Furia. My body is ready.

Depuis la sortie du disque, je vois, un peu partout, les retours mitigés de mes collègues. Pas assez rapide, pas assez méchant, trop fouillé, trop bordélique, trop bruyant... Les superlatifs sont nombreux, quasi-systématiquement péjoratifs, et j'avoue ne pas bien comprendre. Nom de nom, ne constatez vous pas qu'Iperyt développe, sur ce disque, ce qui lui a toujours manqué pour devenir plus qu'un simple plaisir coupable ? Ne parvenez vous pas à sentir cette ambiance de fin du monde imminente, cette odeur de rouille, de sang, planquée derrière les nappes de bruit et la boîte à rythme plus grasse que jamais ? Cet hybride bâtard, boiteux, qui pioche aussi bien du côté de The Amenta que Mysticum, est, à mon sens, la copie finale rendue possible par deux excellents brouillons, qui font accéder Iperyt au statut d'élève brillant.

Sans jamais abandonner sa vélocité, son gage d'efficacité, le groupe apporte de la matière à ses compositions, y infusant des nappes Noise et Indus qui garnissent des titres coups de poing. C'est moins gratuit, certes, mais toujours aussi jouissif. De l'entrée en matière "Phantom Black Dogs" et sa boîte à rythme métallique qui alterne le blast-beat tête baissée et le mid-tempo ravageur en fin de morceau, jusqu'aux percussions presque tribales d'un "From Nowhere to Nowhere", Iperyt étoffe son jeu. Ne laisse pas non plus de côté les titres "hymne" aux cadences plus lentes mais bien plus propices aux déboîtements de nuques ("What Man Creates", "These Walls (Have Seen)"), qui rappellent à notre bon souvenir les images de free party démoniaque créées par ses aînés (notamment le fameux " Abuse You Fucking Christ ", irrésistiblement débile). Quid du chant ? A l'image du dernier album d'Infernal War, "Axiom", la participation de Warcrimer se fait plus naturelle, timbre beuglard qui peine à se faire entendre derrière le bruit des machines plutôt que voix inhumaine masquée sous des dizaines de filtres. Rebutant ? C'est peut-être bien le but recherché - la seule trace d'humanité de la musique d'Iperyt se retrouve écrasée par les pédales d'effet des guitares, le fuzz quasi permanent, et cette boîte à rythme sans aucune chaleur.

Une impression renforcée par la production signée par Nihil, un son presque brouillon, même si l'on sent le détail apporté aux arrangements qui percent parfois le maelstrom (la sirène Techno de "Mindtaker", qui fait immanquablement tiquer). C'est gras, boueux, loin de la caisse claire sèche de "Totalitarian Love Pulse", il vous faudra plonger les mains dans le moteur pour pouvoir les dénicher. Ce qui rend "The Patchwork Gehinnom" finalement assez exigeant, là ou ses grands frères se savouraient sans trop forcer : juste à tendre la joue et attendre le poing lancé à grande vitesse.

Vous l'aurez compris, le déluge qu'est "The Patchwork Gehinnom", sans être plus intelligent, se fait immensément plus menaçant qu'auparavant - certains titres n'auraient d'ailleurs pas fait tâche dans l'un de ces films d'anticipation post-apocalyptiques flingués qui inondent les bacs des Cash Converters. Un beau pot-pourri de riffs, de rythmiques saccadées et de samples balancés à la tronche de l'auditeur, qui pourtant, reste étonnamment cohérent, aussi bien en tant qu'album que dans la discographie du combo. Bref, un obus façonné pour détruire et intimider, et une excellente surprise pour ceux qui s'attendaient à retrouver Iperyt là ou nous l'avions laissé.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
15/01/2018 09:26
Musicalement c'est clairement pas pour moi et je me garderai donc bien d'émettre un avis, mais cette pochette défonce!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Iperyt
Black Metal Industriel/Noise
2017 - Pagan Records
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (2)  4.75/10

plus d'infos sur
Iperyt
Iperyt
Black Metal Industriel/Noise - 2005 - Pologne
  

tracklist
01.   Phantom Black Dogs  (05:40)
02.   From Nowhere to Nowhere  (03:24)
03.   What Man Creates  (03:19)
04.   With Eyes Wide Shut  (03:18)
05.   Devil’s Violent Breed  (04:15)
06.   These Walls (Have Seen)  (04:03)
07.   Scars are Still Sexy  (06:17)
08.   Primitive Darkness  (03:24)
09.   Mindtaker  (03:19)
10.   Worms of the Modern World  (02:54)
11.   Checkmate, God!  (05:32)

line up
parution
15 Décembre 2017

voir aussi
Iperyt
Iperyt
No State Of Grace

2011 - Autoproduction
  
Iperyt
Iperyt
Totalitarian Love Pulse

2006 - Agonia Records
  

Essayez aussi
Spektr
Spektr
The Art To Disappear

2016 - Agonia Records
  
Saison de Rouille
Saison de Rouille
Caduta dei Gravi

2012 - Cold Void Emanations / Le Crépuscule du Soir / Heart & Crossbone Rec. / OPN Rec. / Kaosthetik Konspi
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique