chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Virulent Depravity - Fruit of the Poisoned Tree

Chronique

Virulent Depravity Fruit of the Poisoned Tree
Alors que le bilan me presse à parler d’albums que j’avais retenus mais dont les chroniques ont été reconduites à plus tard (pas ma faute, le boulot !), je me suis demandé sur lequel je devais impérativement me pencher. Et un cas a été plus éloquent que d’autres car, parmi tout ce que j’ai pu écouter, il y a un album que j’ai déniché en février, qui fait un peu parler de lui sur des pages Facebook spécialisées Death metal et que, surtout, j’ai conseillé à beaucoup de monde. Je l’ai vanté en disant que c’était très proche d’un NECROPHAGIST, que c’était une excellente surprise et qu’il fallait vraiment lui donner une chance.

Pourtant, en tout et pour tout, je ne l’ai écouté qu’une fois avant novembre. La plupart du temps, c'était en dilettante. Il a donc fallu que je le ponce avec une bonne dizaine d'écoutes histoire de me faire un avis complet sur ce disque qui s'est attiré mes faveurs presque instantanément et, surtout, a priori.

C’est que ce « Fruit of the Poisoned Tree » de VIRULENT DEPRAVITY démarre avec de solides arguments : ce projet mené par Colin Butler, qui a été rejoint par un des guitaristes de INFERI, se lance dans un Technical Death qui ne renie absolument pas ses origines. Outre NECROPHAGIST, on aura le sentiment d’écouter du INFERI en moins speed, tant l’ensemble ne joue absolument pas sur la brutalité ou la vélocité du jeu, mais bien plus sur la musicalité propre à la touche de Muhammed Suiçmez, qu'on entend à fond dans le titre d'ouverture, « Serpentine Messiah », et ces ponctuations en fin de phrases mélodiques à la guitare. Ainsi, sur l'ensemble du disque, la basse caresse et nappe l’ensemble, alors que la batterie se veut précise et que les guitares s’accordent et chantent entre elle, laissant parfois émerger des saillies aiguës très proches du sacro-saint « Epitaph ».
Et c’est bien ça finalement le seul point positif, mais qui m’a scotché directement, de cette production : c’est du NECROPHAGIST dans le texte, surtout dans les délicieuses parties instrumentales, comme dans « Your Demise » et ses solos plus légers et aériens que l'ensemble. On a bien des petites variances (le groove très « math metal » de « Mechanized Defilment » fera plaisir aux amateurs de ARCHSPIRE), parfois des moments plus posés (les plus de 7 minutes de « Only Human » ou de « Crushed by Futuristic Filth » qui flirtent avec le Prog), mais on aura rien de bien original ou novateur. Il faut le savoir, ce n’est ni le renouveau du genre, ni le fils spirituel de son inspiration principale. Mais l’ensemble, sans être mémorable, propose une écoute sympathique, plutôt bien mixée (même si je ressens un léger côté plastique dans le chant qui plaira ou non) et qui ne cherche pas à faire autre chose que de jouer une musique qui passe très bien.

C’est sûr, si on cherche la parle rare et absolue, on restera forcément sur sa faim avec la musique de ce duo, complété par la présence de Kévin Paradis, ex-batteur de SVART CROWN actuellement chez BENIGHTED. Coté articulations et transitions, ce n’est pas super fin, et on passe parfois du coq à l’âne. « Spineless Obediance » aligne les parties sans trop de finesse, en ajoutant des références plus actuelles, ou « Beyond the Point of No Return » se laisse jouer sans que l’on s’implique, donnant plutôt le sentiment de glisser d’une phrase à l’autre, la faute peut-être à ce chant qui ne semble pas sur ses appuis
On aura aussi le sentiment que ça se la touche pas mal, que l’écriture est reléguée au second-plan pourvu que ça claque dans les solos – on est loin de la précision chirurgicale de leur principale référence. Un morceau tel que « Desecrating Eden » l'illustre également : début très tech, puis groove math limite deathcore, et couplet qui traîne un peu la patte, et ça s'empêtre un poil jusqu'au solo qui éclaire le tout.
C’est vrai que je trouve ça parfois boiteux, et assez répétitif dans une lecture de bout en bout, mais j’éprouve une grande sympathie pour ce disque qui aura ses défenseurs et détracteurs : il n’est ni ultime ni culte, je n’ai pas senti de moment de grâce, mais a-t-il seulement cette prétention ? J’ai surtout l’impression d’être face à un boulot rondement mené, dont le simple but est de faire passer un bon moment, en relevant haut la main ce « à la manière de » puisqu’ils évitent le simple copier-coller, que ce soit par l’apport moderne de la composition, les parties instrumentales qui font mouche ou les parties au synthé qui créent des pauses très judicieuses (comme sur « Only Human »). Si l'écriture pêche un peu, les parties instrumentales, elles, font montre d'une variété et d'une justesse qui comblent l'auditeur avide de Tech Death.

Simple, efficace, agréable, ce « Fruit of the Poisoned Tree » est typiquement l’album inattendu de division inférieure qui s’en sort avec les honneurs et qu’on relancera non sans plaisir. Une petite gourmandise qu’on ne refuserait pas lors d’un moment convivial entre connaisseurs !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

6 COMMENTAIRE(S)

MoM citer
MoM
07/01/2018 09:46
note: 7.5/10
Tu sais, la critique je ne la prends absolument pas mal, au contraire, d'autant que ce que tu as dit était justifié et judicieux !
Je ferai d'autant plus attention lorsqu'une telle chronique qui me prend le chou sera à produire Clin d'oeil

Merci encore pour tes commentaires Sourire
human citer
human
07/01/2018 09:44
note: 9/10
Je ne souhaitais pas critiquer ton travail. Encore une fois j'apprécie vraiment que cet album soit chroniqué.
Grace à toi j'ai pu voter pour mon album de l'année et je t'en remercie.
Pour le reste, il n'y a pas mort d'homme mais j'avais envie de préciser certaines choses.
Par exemple l'influence de Spawn Of Possession est primordial pour bien appréhender cet album, je voulais juste clarifier ce point.
MoM citer
MoM
07/01/2018 08:47
note: 7.5/10
@human, si certains points ne sont pas cités, c'est assez simple :
- Spawn of Possession est un groupe que j'ai écouté, mais que j'ai vite laissé à la trappe, du coup il ne fait pas partie de mes références. Mais je sens du Necrophagist à plusieurs endroits, notamment le phrasé assez particulier qui se termine avec ces notes aiguës.
- pour Inferi, différence de perception encore une fois, mais je suis tout à fait d'accord avec ce que tu dis
- si ma chronique ne rend pas honneur à cet excellent album, c'est parce que, justement, pour moi il n'est pas excellent, mais très bon Sourire J'ai tout de même montré ses grandes qualités, et l'ai mis dans la catégorie "coup de pouce" sur le slider. Comme j'ai dit, c'est un des albums que j'ai le plus recommandés cette année.
- pour les invités, eh bien c'est une erreur de ma part !

Tu n'es pas d'accord avec moi, je t'en remercie de partager cela : la section commentaire permet justement d'apporter des éléments en plus de la part d'autres personnes Sourire

Sache également que cette chronique a été très difficile à écrire, je l'ai recommencée plusieurs fois, j'ai failli lâcher l'affaire à deux-trois reprises. Mais elle est là, sans doute pas de la meilleure des façons. Cependant, j'ai voulu la publier parce que je savais que cet album pourrait être défendu dans le bilan 2017 - je ne m'étais pas trompé Clin d'oeil
human citer
human
07/01/2018 00:35
note: 9/10
C'est effectivement un très bon album.

En revanche, contrairement à ce qui est dit dans la chronique, l'influence principale de l'album n'est pas Necrophagist mais Spawn Of Possession. Je suis d'ailleurs étonné que ce groupe ne soit à aucun moment mentionné.

Pour le reste c'est une question de gout, personnellement j'aime beaucoup le chant qui apporte un vrai plus à mon avis.

De même ce n'est pas parce qu'il y a Malcom Pugh que ça ressemble à Inferi qui est beaucoup plus mélodique.

De plus, la liste des invités pour les solos est conséquente (à l'instar des albums d'Hannes Grosmann) mais tu n'en parles pas non plus.

Bref, même si j'apprécie que cet album soit chroniqué (je ne pensais pas que c'était possible sur ce site), je trouve que ça ne rend pas justice à cet excellent album, le meilleur de l'année selon moi.
MoM citer
MoM
31/12/2017 09:23
note: 7.5/10
C'est largement possible, l'album peut glisser entre les doigts, mais y a du bon là-dedans, notamment un feeling jazz dans certains breaks.
Puis, ça semble fait avec amour, j'aime quand c'est cuisiné maison Sourire
Niktareum citer
Niktareum
30/12/2017 15:43
Je l'avais écouté y'a qqs mois mais je crois bien que c'était entré par une oreille et ressorti par l'autre... Je tâcherai de réécouter les extraits pour (re)voir.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Virulent Depravity
Technical Death Metal
2017 - The Artisan Era
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (3)  7.77/10

plus d'infos sur
Virulent Depravity
Virulent Depravity
Technical Death Metal - 2015 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Serpentine Messiah  (04:38)
02.   Spineless Obedience  (04:01)
03.   Your Demise  (04:02)
04.   Desecrating Eden  (06:13)
05.   Fruit of the Poisoned Tree  (04:01)
06.   Bad Drug  (03:42)
07.   Beyond the Point of No Return  (03:33)
08.   Only Human  (07:48)
09.   Mechanized Defilement  (06:05)
10.   Crushed by Futuristic Filth  (07:41)

Durée : 51:44

line up
parution
17 Avril 2017

Essayez aussi
Spiritual Dissection
Spiritual Dissection
Mors Ultima Ratio

2009 - Autoproduction
  
Hectic Patterns
Hectic Patterns
Random

2008 - Holy Records
  
Brain Drill
Brain Drill
The Parasites (EP)

2006 - Unfun Records
  
Hideous Deformity
Hideous Deformity
Defoulment Of Human Purity

2010 - Sevared Records
  
Anakim
Anakim
Monuments To Departed Worlds

2017 - Autoproduction
  

Lutomysl
Firmament (EP)
Lire la chronique
Vexovoid
Call of the Starforger
Lire la chronique
Hegemon
Initium Belli (EP)
Lire la chronique
Sacred Reich
Ignorance
Lire la chronique
Beorn's Hall
Mountain Hymns
Lire la chronique
Bilan 2017
Lire le bilan
Bekëth Nexëhmü
De Urtida Krafterna (EP)
Lire la chronique
Blaze Of Perdition
Conscious Darkness
Lire la chronique
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy
Lire la chronique
Hell Militia + Watain
Lire le live report
Moenen Of Xezbeth
Dawn of Morbid Sorcery (Démo)
Lire la chronique
Inquisition + Septicflesh
Lire le live report
Iperyt
The Patchwork Gehinnom
Lire la chronique
Alder Glade
Spine of the World
Lire la chronique
Eraserhead
Holdout (EP)
Lire la chronique
Sheidim
Infamata (EP)
Lire la chronique
Greytomb
Monumental Microcosm (EP)
Lire la chronique
Cenotaph
Perverse Dehumanized Dysfun...
Lire la chronique
In Vain
Currents
Lire la chronique
Caronte
Yoni
Lire la chronique
Vargrav
Netherstorm
Lire la chronique
Assorted Heap
Mindwaves
Lire la chronique
Throane
Plus Une Main A Mordre
Lire la chronique
If I Could Kill Myself
Ballad of the Broken
Lire la chronique
War Possession
Doomed To Chaos
Lire la chronique
Solar Demise
Archaic War
Lire la chronique
Kartikeya
Samudra
Lire la chronique
Hyrgal
Serpentine
Lire la chronique
Exhumed
Death Revenge
Lire la chronique
T.O.M.B
Fury Nocturnus
Lire la chronique