chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
61 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nortt - Endeligt

Chronique

Nortt Endeligt
Ça faisait longtemps que je n’avais pas commencé une chronique avant d’écouter l’album. Pourtant j’aime bien l’exercice, ça permet de comparer ce que j’en espérais et ce qu’il a réellement pu m’apporter.
Un nouvel album de NORTT c’est bien l’occasion de s’y atteler avant sa sortie. 10 ans qu’on attendait de la nouveauté ! Galgenfrist est effectivement paru en décembre 2007. Mais justement, est-ce qu’on attendait véritablement le retour du Danois ? Est-ce que vraiment, au fond de nous, nous avions besoin de nouvelles compositions ?
Je me pose la question, pour plusieurs raisons. D’abord, la plus subjective, c’est le niveau de Galgenfrist, un poil en dessous des autres albums et de l’excellent split avec XASTHUR. Beaucoup le signalaient il y a 10 ans. Ses titres n’étaient pas au niveau. Subjectif n’est-ce pas ! En fait, le réel problème, c’était plutôt le peu de possibilités laissées par le style abordé. NORTT semblait déjà avoir fait le tour de son genre. A moins de changer d’orientation, il avait déjà trouvé toutes les nuances possibles à son doom funéraire goût black. La lenteur empêche de varier énormément. Il avait donc déjà rajouté des sons extérieurs angoissants et du piano joué à une main. Il avait mis le bruit du vent, des petits chœurs perdus dans le fond des ambiances... C’était peut-être nous le problème. Il avait réussi à sortir le maximum. Nous avions été anéantis à plusieurs reprises, et lorsque nous voulions de la noirceur, nous replongions dans Graven, Gudforladt, Ligfærd...
Monsieur Nortt a donc pris une décision sage. Il a arrêté après 2007. Il a peut-être pensé la même chose que nous. Il a peut-être été charrié par la vie et passé à autre chose. Il avait marqué son époque, il allait rester dans l’histoire des années 2000. Même maintenant son nom circule fréquemment sur les forums, dans les rubriques « écoute ».
Mais en 2017, il décide donc de revenir. Un autre retour parmi d’autres noms célèbres. ARCKANUM est revenu après 4 ans, LIMBONIC ART après 7 ans, mais c’est surtout à DEINONYCHUS que je pense. Lui aussi revenu ce mois-ci après 10 années à l’écart et lui aussi coupable sur de longues années de nous avoir offert une musique imposant la morosité. NORTT et DEINONYCHUS. Il y a d’autres noms qui pourraient allonger la liste des groupes les plus déprimants, mais ces deux là ont fait très mal. Et de revenir comme ça 10 ans plus tard, ils pourraient à nouveau marquer. Ecouter un NORTT de la même qualité d’ambiance qu’autrefois, à cette période de l’année, dans le contexte actuel, aussi bien personnel que dans ce monde de plus en plus sombrement désolant, ce pourrait être le déclic pour réellement en finir et partir vers un autre monde.
Alors, je me prépare. Je lance Endeligt et ses 9 nouvelles pistes. C’est actuellement le premier morceau, et tout de suite, je suis replongé dans la moitié des années 2000. L’homme n’a pas changé, il impose tout de suite la terreur silencieuse, il appelle la mort, et on sent qu’elle

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Raziel citer
Raziel
04/01/2018 10:05
Ben paradoxalement, très excité de le découvrir et très déçu après coup...

J'ai du mal à y trouver un quelconque intérêt : peu inspiré, longuet, peu immersif, très commun. Bref, raté pour ma part.
Dise Nore citer
Dise Nore
01/01/2018 00:17
note: 5.5/10
oui, visiblement c'est un split avec Jean-Michel Amoitié. Dommage.
Sakrifiss citer
Sakrifiss
30/12/2017 14:51
note: 8/10
gulo gulo a écrit : Un disque qui tue, donc ?
"Monsieur,
C'est la police. Nous venons d'entrer dans la maison du monsieur avec un jean sur la tête, il est étendu par terre et semble effectivement sans vie. Les voisins se plaignaient d'une musique qui tournait en boucle, alors nous sommes intervenus. Est-ce que vous auriez une idée de ce qui a pu lui...
gulo gulo citer
gulo gulo
30/12/2017 13:43
note: 8/10
Un disque qui tue, donc ?

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nortt
Pure Depressive Black Funeral Doom Metal
2017 - Avantgarde Music
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (5)  7.4/10

plus d'infos sur
Nortt
Nortt
Pure Depressive Black Funeral Doom Metal - 1995 - Danemark
  

tracklist
01.   Andægtigt dødsfald
02.   Lovsang til mørket
03.   Kisteglad
04.   Fra hæld til intet
05.   Eftermæle
06.   Afdø
07.   Gravrøst
08.   Støv for vinden
09.   Endeligt

Durée : 39:12

line up
parution
29 Décembre 2017

voir aussi
Nortt
Nortt
Gudsforladt

2004 - DieHard Music
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique