chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

If I Could Kill Myself - Ballad of the Broken

Chronique

If I Could Kill Myself Ballad of the Broken
Il y a quelques jours je présentais HYRGAL et signalais que j’avais vu leur premier album Serpentine cité dans beaucoup de tops annuels. Eh bien aujourd’hui on poursuit avec IF I COULD KILL MYSELF, qui est lui dans le cas contraire. Vous pourrez aller fûreter à gauche, à droite, il est considéré comme l’un des pires groupes de 2017 avec son premier essai : Ballad of the Broken. À l’heure où je vous écris, il a une moyenne de 49% sur Metal Archives avec 5 notes, et, pire, un honteux et catégorique 1.17 sur 5 sur Rate Your Music selon la moyenne de 124 personnes. C’est une unanimité contre lui ! Les compositions ne sont pourtant pas si horribles, mais c’est un fait, l’album est a un gros, très gros problème.

IF I COULD KILL MYSELF est à vrai dire un nouveau projet de Dennis Mikula, l’Américain qui nous avait fait croire être chinois quand il a commencé GHOST BATH. Oui, oui, le groupe événement désormais chez Nuclear Blast. Eh bien il a peut-être envie de revenir à du confidentiel et c’est à nouveau chez son ancien label, le chinois (lui on est sûr !) Pest qu’il fait ses nouveaux débuts. Et là, il est toujours aussi dépressif, mais avec beaucoup de choses sucrées qui l'enrobent. Beaucoup de parties éclairées se retrouvent chez notre homme. Et ça, il sait bien le faire. Il chante en pleurant, ou pleure en chantant. Il tartine encore et encore la pathos. Et il est doué pour ça. Si, si, les mélodies sont bonnes, les riffs viennent plomber l’ambiance, le piano ajoute un côté tragique. Et il y a des risques qui sont pris, des idées qui sont tentées, comme justement ce piano très champêtre sur « Ballad of the Broken ». J’adore cette piste qui n’a rien à voir avec le metal... Et les autres sont aussi suffisamment bonnes pour nous convaincre que le style ouin-ouin n'est pas encore mort.

Mais ! Oui, le « mais » arrive, comme la note ne pouvait que le faire penser. Mais on se moque de nous. Ce n’est pas un album fini, mais une démo faite à la va-vite et qui est un manque total de respect. Pour l’auditeur et pous l’artiste lui-même. Comment peut-il accepter que sa musique soit si mal traitée ? En est-il responsable ? Conscient ? Satisfait ? La production est misérable. Alors, une mauvaise production, c’est parfois un choix musical, et une réussite. Je suis fan de ce qui est raw et caverneux. CANDELABRUM et toute la scène portugaise acutelle sait en jouer. Mais ici, ce n’est pas un son caverneux. Ce sont des bruits parasites. C’est un son qui fait du yoyo FORT/ faible / FORT / faible comme si on était en boîte avec un DJ qui fait du zèle avec son bouton de volume. « Et je monnnnnte le son ! Et je baiiiissssse le son !!!! ». C’est un titre qui n’est pas terminé et s’arrête subitement... Ce sont des morceaux qui semblent incomplets. Ce sont des transitions pourries. Bref, ce sont des erreurs qui ne créent pas une ambiance mais donne une impression d’amateurisme. Alors que, à mon avis, c’est juste qu’il s’agit d’une version enregistrée à la va-vite, qui n'était pas destinée à être l'album terminé.

C’est ballot. Parce que sans ça, les bons côtés l’auraient emporté. Parce qu’avec un travail plus peaufiné, on aurait eu un album plus fort, plus touchant, plus puissant. Pest fait d’habitude un bien meilleur travail, et là il ne fait que sortir le matériel tel quel... On se reportera alors sur leurs autres sorties de 2017 : KANASHIMI, GHÂSH, voire DISMAL... Et on espère qu'un jour ce groupe pourra se racheter et présenter ses compositions avec la qualité qu'ils méritent, avec la finition qui fait ici défaut.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Sakrifiss citer
Sakrifiss
11/01/2018 13:43
Il est bien sorti en 2017 apparemment !
Il est pas fini, mais il est sorti... en février en autoprod, puis par Pest à l'été !
Eniok citer
Eniok
07/01/2018 18:28
Il est pas sorti en 2016 cet album?
Bon au moins j'suis pas le seul a avoir été déçu. Sans que ça soit à chier faut reconnaître que c'est vide comme truc, j'ai rien qui m'ai vraiment séduit dans l'album. Alors que pourtant j'avais été hypé car j'aime Ghost Bath, Moonlover avait vraiment quelque chose... Avant de passer chez Nuclear Blast...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
If I Could Kill Myself
Black metal dépressif
2017 - Pest Productions
notes
Chroniqueur : 5.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
If I Could Kill Myself
If I Could Kill Myself
Black metal dépressif - 2017 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Again
02.   Only Regret
03.   Coward
04.   Escapism or Death
05.   Ballad of the Broken
06.   I'm Just Not Worth It
07.   To Be Forgotten
08.   I Hate Myself
09.   Last Chance
10.   Goodbye

Durée : 33:26

line up
parution
19 Août 2017

Essayez plutôt
Mortualia
Mortualia
Wild, Wild Misery

2016 - Moribund Records
  
Kanashimi / Happy Days
Kanashimi / Happy Days
The Great Depression II (Split-CD)

2014 - Zero Dimensional Records
  
Slagmaur
Slagmaur
Skrekk Lich Kunstler

2007 - Nekk Brekk
  
Total Negation
Total Negation
Zeitzeuge

2015 - Temple of Torturous
  
Cry
Cry
Dead Within

2011 - Rigorism Production
  

Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report