chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
35 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Perverted Ceremony - Perverted Ceremony

Chronique

Perverted Ceremony Perverted Ceremony (EP)
L’Osculum Infame est l’un des mythes les plus souvent abordés dans les différents écrits traitant de sorcellerie. Aussi appelé le baiser de la honte, il consiste à embrasser l’anus du Diable en signe de respect et/ou de contrition. C’est cet acte symbolique qui est ici représenté à travers une illustration datant de 1460. S’y trouve représenté l’initiation d’une jeune demoiselle durant un sabbat de sorcières. A quatre pattes derrière ce bouc noir représentant le Diable, la bouche souillée par son récent geste de dévotion (vous voyez ces quelques déjections sur le sol). Une scène étrange qui ne pouvait pas mieux illustrer ce nouvel EP des Belges de Perverted Ceremony.

Un peu moins d’un an après la sortie de son premier album au format cassette (édité depuis en LP et en CD), le duo a sorti en fin d’année dernière un EP trois titres reprenant les choses exactement là où il les avait laissés quelques mois auparavant. Proposé sous la forme d’un LP 12", ces trois nouveaux morceaux ont également été intégrés à la version CD de Sabbat Of Behezaël (avec l’artwork ci-contre proposé verso du livret).

Intitulé à juste titre Perverted Ceremony, ce court EP de quatorze minutes débute par une introduction posant les bases de cette atmosphère si particulière qui faisait le sel de son prédécesseur. Cela commence par un coup de tambour très solennel sur lequel vont venir se poser quelques voix étranges et fantomatiques. Viendront par la suite un synthétiseur aux sonorités sombres et menaçantes ainsi que quelques samples de corbeaux et autres rafales de vent. Et voilà comment on plante un décor, c’est aussi simple que cela.
Comme évoqué un petit peu plus haut, Perverted Ceremony reprend les choses exactement là où il s’était arrêté avec Sabbat Of Behezaël. Aucun signe d’une évolution quelconque à travers ces deux nouveaux morceaux. Du coup, si vous n’étiez déjà pas spécialement client de ce Black Metal lo-fi primitif, je vois mal les choses s’arranger ici. On retrouve pour le plus grand malheur des mélomanes cette même production crasseuse, dépouillée et pleine de souffle, ces mêmes riffs simples et complètement déglingués, ces mêmes solos hallucinés qui vous agressent l’oreille, cette même fichue basse dont les lignes saturées vont se perdre je ne sais-où, ces mêmes patterns de batterie ultra répétitifs pour ne pas dire complètement aliénants ainsi que ces mêmes voix lointaines et possédées. Une recette qui n’a rien de bien nouveau puisque Perverted Ceremony marche clairement sur les pas d’un Beherit ou d’un Profanatica des premières heures. Mais si la musique du duo peu manquer d’originalité et paraître beaucoup trop simple aux oreilles de certains, ses riffs n’en restent pas moins efficaces pour autant. Même constat en ce qui concerne ces mélodies exécutées par ce synthétiseur de l‘Enfer ou bien encore ces quelques changements de rythmes ("Graveyard Sacred Worship" à 2:46 et "Malformed Procreation" à 2:35 ainsi qu’à 4:53) qui vous rendront dingues.

A ne pas mettre entre toutes les oreilles, ce nouvel EP de Perverted Ceremony perpétue cette obscure messe débutée en 2016 avec la sortie de sa toute première démo. Si le duo ne fera évidement jamais l’unanimité, on ne peut que saluer une telle démarche qui se soucie bien peu de sonner juste et préfère reprendre les fondements mêmes du Black Metal. Ça pique parfois les oreilles mais qu’importe car tout ça pue la crasse, la peur et la transgression. Et c’est bien tout ce qui compte ici.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Perverted Ceremony
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony
Black Metal - 2011 - Belgique
  

tracklist
01.   Intro  (01:45)
02.   Graveyard Sacred Worship  (04:47)
03.   Malformed Procreation  (07:37)

Durée : 14:09

parution
25 Décembre 2017

voir aussi
Perverted Ceremony
Perverted Ceremony
Sabbat Of Behezaël

2017 - Nuclear War Now! Productions
  

Essayez aussi
Stahlsarg
Stahlsarg
Mechanisms Of Misanthropy

2017 - Non Serviam Records
  
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
Sun Of The Sleepless / Nachtmahr
I (Split-CD)

2004 - Lupus Lounge
  
Balmog
Balmog
Vacuum

2018 - War Anthem Records
  
Nuklear Frost
Nuklear Frost
Subjugation

2014 - Autoproduction
  
Aosoth
Aosoth
III

2011 - Agonia Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique