chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
25 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Rapture - Silent Stage

Chronique

Rapture Silent Stage
Après la sortie en 2002 de leur second album "Songs For The Withering", les finlandais de Rapture n'ont cessé de brouiller les pistes, nous laissant sans nouvelle de leur existence, avec notamment l'abandon du site, puis sa mort. Difficile alors de savoir si le groupe avait jeté l'éponge ou s'était retiré pour préparer un nouveau départ. L'arrivée subite de "Silent Stage" mit donc un terme à cette période de doute, le groupe revenant sur le devant de la scène avec un style presque inchangé mais toujours aussi efficace.

Tout d'abord, un petit mot sur l'artwork qui est vraiment magnifique, à la hauteur de celui de l'album précédent, et ça fait plaisir de voir que désormais, le groupe soigne le visuel de ses productions. Il en est de même pour le son ne laissant pas de place à la critique, propre et bien mixé, révélant toutes les richesses que cet album a à offrir. Musicalement, le groupe reprend son chemin là où il l'avait laissé avec "Songs For The Withering". On a le droit encore une fois à un dark metal sombre, lancinant et très mélodique, aussi puissant que riche en émotions. Désormais, le chant clair a pris une place prépondérante au sein de leur style chose que l'on entrevoyait déjà sur l'album précédent, à tel point que l'on en retrouve plus que des hurlements. Et quoiqu'on puisse penser de cela, ce chant clair est toujours aussi beau et touchant, leur chanteur possédant une des plus belles voix que je connaisse. Les hurlements sont quant à eux, gutturaux à souhait, certes classique mais efficaces. Mais là où Rapture a réellement changé, c'est dans la composition des morceaux. Autrefois plutôt hétérogènes, les titres sont désormais très homogènes, avec des passages lents avec chant clair et parties acoustiques, et des passages plus violents intégrant des hurlements et des murs de guitares. Le groupe utilise plus efficacement les arrangements aux claviers qui donnent une profondeur agréable à l'ensemble.

Et alors que l'on devrait se réjouir que le groupe ait enfin trouvé une unité, cela joue malheureusement en sa défaveur car l'album est vraiment trop homogène. Les titres se ressemblent beaucoup et sont fait de la même façon ce qui engendre une certaine lassitude vers la fin. Le fait de démocratiser les parties de chant clair leur font perdre un peu de leur beauté : on ne retrouve plus de titres aussi grandioses que "The Vast" ou "Two Dead Names", d'une tristesse infinie. Mais ne me faites pas dire ce que je n'ai pas dit, "Silent Stage" est un bon album, soyez en sûr. Pour ceux qui ne connaîtraient pas le groupe, difficile de ne pas tomber sous le charme d'un "Misery 24/7", d'un "I Am Complete" ou d'un "The Times We Bled". De plus, l'album dégage une ambiance absolument déprimante comme il se doit pour le style.

Finalement, j'attendais peut être trop de ce groupe qui m'avait tellement impressionné avec son album précédent. Ici, chaque titre en lui-même est bon, mais l'ensemble devient un peu répétitif, le groupe ne variant que très peu sa formule au fil des morceaux. Il n'en demeure pas moins un groupe de référence dans le domaine du dark metal et "Silent Stage" en est un très bon exemple, suintant la noirceur et la mélancolie. Peut-être pas leur meilleure réalisation, mais un bon album assurément dont l'acquisition est largement justifiée.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Dead citer
Dead
02/03/2007 19:55
J'ai ajouté des samples pour tous les albums de Rapture Sourire
Dead citer
Dead
20/01/2005
Sortie prévue le 21 février.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Rapture
Dark metal atmosphérique
2005 - Spikefarm Records
notes
Chroniqueur : 7/10
Lecteurs :   -
Webzines : (21)  7.83/10

plus d'infos sur
Rapture
Rapture
Dark metal atmosphérique - Finlande
  

tracklist
01.   Misery "24/7"
02.   The Past Nightmares
03.   I Am Complete
04.   For The Ghosts Of Our Time
05.   Silent Chrysalis Stage
06.   Dreaming Of Oblivion
07.   The Times We Bled (closure)
08.   Cold On My Side
09.   Completion

Durée totale : 41:21

line up
voir aussi
Rapture
Rapture
Songs for the Withering

2002 - Spikefarm Records
  
Rapture
Rapture
Futile

1999 - Spikefarm Records
  

Essayez aussi
Falloch
Falloch
Where Distant Spirits Remain

2011 - Candlelight Records
  
Vinterriket
Vinterriket
Winterschatten

2003 - Ketzer Records
  
Daylight Dies
Daylight Dies
Lost To The Living

2008 - Candlelight Records
  
Void Of Silence
Void Of Silence
Human Antithesis

2004 - Code666
  
Hanging Garden
Hanging Garden
Inherit The Eden

2007 - Spikefarm Records
  

Katechon
Coronation
Lire la chronique
Mutoid Man
Helium Head (EP)
Lire la chronique
Hellfest 2015
Lire le dossier
Ragnard Rock Festival 2015
Lire le dossier
Undead
False Prophecies
Lire la chronique
Krahnholm
The Past Must Be Consigned ...
Lire la chronique
Nachtblut
Antik
Lire la chronique
De Carmen Simões à Shagrath
Jouer à The Small Metal World Experiment
Veil of Darkness
Nightmares in a Damaged Soul
Lire la chronique
Avatarium
Avatarium
Lire la chronique
Envy
All The Footprints You've E...
Lire la chronique
Dekadent Aesthetix
Dekadent Aesthetix
Lire la chronique
Agrypnie
Aetas Cineris
Lire la chronique
Nero di Marte
Derivae
Lire la chronique
Coal Chamber
Rivals
Lire la chronique
The Great Discord
Duende
Lire la chronique
Merauder
Bluetality
Lire la chronique
Cradle Of Filth
Hammer of the Witches
Lire la chronique
Perversor
Anticosmocrator
Lire la chronique
Burial Vault
Unity In Pluralism
Lire la chronique
Nécropole
Ostara (Démo)
Lire la chronique
InAeona
Force Rise the Sun
Lire la chronique
House Of Atreus
The Spear And The Ichor Tha...
Lire la chronique
Death mélodique
Jouer au blindtest
Six Feet Under
Crypt Of The Devil
Lire la chronique
KEN Mode
Success
Lire la chronique
Prion
Uncertain Process
Lire la chronique
Vardan
Winter Woods
Lire la chronique
Amputory
Ode To Gore
Lire la chronique
Darchon
The Stygian Black Beyond
Lire la chronique