chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
56 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hegemon - Initium Belli

Chronique

Hegemon Initium Belli (EP)
En 2017 cela a fait vingt ans que le combo de l’Hérault a signé sa première démo, qui sera suivie par d’autres ainsi que par quatre albums tous de très haute volée, et unanimement salués et reconnus pour leurs qualités intrinsèques. Car si encore aujourd’hui la scène Black française regorge de formations de haut niveau HEGEMON n’est que malheureusement trop peu cité, et pourtant son impact au sein de l’hexagone a été d’une grande importance dans l’émergence de celle-ci. Afin de ne pas faire patienter ses fans trop longtemps (comme pendant huit ans avec la sortie de l’excellentissime « The Hierarch ») il a décidé de sortir un nouvel EP qui mélange passé et présent, tout d’abord en réenregistrant trois titres de leurs deux premières démos aujourd’hui introuvables, en y collant une reprise d’un classique du IMMORTAL première période, et enfin en y rajoutant un inédit comme pour prouver que le combo vit bien dans son époque mais sans renier sa jeunesse.

En attendant de la nouveauté l’ensemble démarre avec « A.A. » qui bien que datant de 1998 n’avait jamais été totalement terminé (et est donc proposé ici dans sa version complète et rallongée), et le moins que l’on puisse dire c’est que ce premier morceau est redoutable d’explosivité et d’agressivité et que tout ceci est mis en avant via la puissance furieuse de la production (signée du guitariste Patrick "Darkhyrys" Guiraud) d’une clarté et propretés impeccables. Celle-ci brute et claire permet de redécouvrir la qualité d’écriture déjà présente d’un groupe, certes jeune à l’époque mais au talent déjà palpable, et cela saute aux yeux tant ce titre envoie les blasts dans tous les sens avec une énergie folle, tout en cassant le rythme par des parties mid-tempo remuantes et écrasantes qui permettent à l’ensemble de mieux repartir pour terminer sur un final explosif et ultra-rapide. Après cette mise en bouche particulièrement alléchante c’est au tour de « Rape The Banner Of Light » d’être mise à l’honneur avec le très court « Dawnbringer » qui va lui-aussi tout laminer sur son passage par une batterie supersonique qui ne ralentira qu’en de très rares occasions, et quand cela arrive c’est pour proposer des moments plus sombres et épiques où l’envie d’éliminer ses ennemis est plus que présente, grâce à des riffs particulièrement bien troussés. « Howling Silence » quand à lui montre une facette toujours sans compromis mais plus variée, où accélérations et ralentissements sont légions, et où des passages plus lourds font leur apparition pour aérer l’ensemble et lui donner plus de force avant de repartir pied au plancher, le tout étant là-encore toujours aussi direct et radical. En revanche avec « La Mélancolie de l’Abîme » on va changer d’ambiance du tout au tout, car ce titre inédit fait suite au dernier album en date (et le boucle), cela se ressent à la fois par sa longueur (plus de sept minutes) autant que par son ambiance et son atmosphère qui prennent plus de place que la violence exacerbée jusqu’ici entendue. Cependant ça serait une erreur de croire que le quintet a perdu de sa fureur et de sa radicalité, car comme on avait pu s’en apercevoir lors de la sortie de l’opus en 2015 il propose un Metal noir plus travaillé mais qui conserve tout son attrait. D’ailleurs on se laisse ici happer directement par la superbe introduction acoustique et sa suite électrique et écrasante qui va durer un certain moment, comme pour mieux faire monter la température avant l’explosion de blasts qui seront peu représentés, car rapidement la lourdeur fait son retour et sera prédominante pendant le reste du morceau. Outre des relents religieux et la place importante laissée à la guitare sèche, l’autre point fort de celui-ci est la cohérence entre les nombreuses variations et breaks, qui s’imbriquent parfaitement les uns dans les autres, tout en ne tombant pas dans la surenchère technique, car ça reste toujours relativement "simple" musicalement mais sans jamais être dans la facilité ou le trop-plein. Après ce titre à tiroir particulièrement addictif et réussi la bande décide de clôturer les débats en revenant aux sources pour offrir une reprise fidèle du « Unsilent Storms In The North Abyss » d’IMMORTAL (qui ouvrait leur mythique « Pure Holocaust »), et qui défouraille sec tout en conservant l’âme et l’aura des norvégiens.

Autant dire que ces vingt et une minutes passent comme une lettre à la poste et qu’on a déjà hâte d’entendre la suite proposée par les sudistes, toujours aussi unis vu que la formation n’a quasiment pas évolué depuis ses débuts et qu’elle est toujours articulée autour des indéboulonnables N., F. et A. qui prouvent qu’ils se bonifient avec l’âge. Car l’idée de ce disque est excellente, d’abord par ce lifting qui redonne vie à des compos oubliées (tout en prouvant leur qualité d’origine), et ensuite par cette évolution régulière qu’on a pu voir sur chacune des précédentes sorties du groupe qui n’a jamais déçu depuis sa création, et ça n’est pas encore là que ça va arriver tant l’inédit est un régal auditif. Avec en prime une pochette magnifique qui n’est pas sans rappeler les destructions causées par les bombardements pendant les deux guerres mondiales ce court format a tout pour satisfaire le fan le plus exigeant qui y trouvera forcément son compte en matière de bon goût, de noirceur et de haine viscérale … confirmant au passage que les héraultais sont bel et bien une des formations les plus intéressante et régulière de notre beau pays.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

Fabulon citer
Fabulon
24/01/2018 11:09
Groupe de grande qualité à la discographie solide et c'est cool de le voir mis à l'honneur!

Bien sympa cet EP!

N4pht4 citer
N4pht4
22/01/2018 12:48
Ta chronique donne envie d'essayer ! Moi qui ne connais pas du tout ce groupe malgré mon affection pour le BM francais, je crois que c'est le moment de m'y mettre

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hegemon
Black Metal
2017 - Autoproduction
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  4.5/5

plus d'infos sur
Hegemon
Hegemon
Black orthodoxe mélodique - 1996 - France
  

tracklist
01.   A.A.
02.   Dawnbringer
03.   Howling Silence
04.   La Mélancolie De L'Abîme
05.   Unsilent Storms In The North Abyss (IMMORTAL cover)

Durée : 21 minutes

line up
parution
13 Décembre 2017

voir aussi
Hegemon
Hegemon
By This, I Conquer

2003 - Adipocere Records
  
Hegemon
Hegemon
Contemptus Mundi

2008 - Season Of Mist
  
Hegemon
Hegemon
The Hierarch

2015 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Misþyrming
Misþyrming
Söngvar elds og óreiðu

2015 - Terratur Possessions / Fallen Empire Records / Vánagandr
  
Goatslave
Goatslave
Procession Of Doom

2016 - Atavism Records
  
Conspiracy
Conspiracy
Concordat

2009 - Pulverised Records
  
Blut Aus Nord
Blut Aus Nord
The Work Which Transforms God

2003 - Appease Me Records
  
Tardigrada
Tardigrada
Emotionale Ödnis

2016 - Eisenwald Tonschmiede
  

Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique
Animals as Leaders
Weightless
Lire la chronique
Les 10 ans de SLH.. et les 20 ans de Benighted
Benighted + Smash Hit Combo
Lire le live report
Aisuragua
In Morte Veritas
Lire la chronique
Rapture
Paroxysm Of Hatred
Lire la chronique
Dimmu Borgir
Eonian
Lire la chronique
The Dali Thundering Concept
Savages
Lire la chronique