chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
22 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Dauþuz - Die Grubenmähre

Chronique

Dauþuz Die Grubenmähre
En 2016, il y a un petit groupe sympa que je n’ai pas pris le temps de chroniquer, malgré mes efforts pour commenter tout ce qui m’est tombé dans les esgourdes, et il s’agit d’IDHAFELS. Allemand et formé en 1998, il n’avait jusqu’à lors sorti qu’un split en 2003. Il avait fait une longue pause avant de reprendre ses activités en 2010, et c’est à ce moment précis que Semgoroth l’a intégré. Eh bien c’est lui qui se retrouve derrière l’ensemble des instruments de DAUÞUZ sous le nom d’Aragonyth S., et qui est là accompagné de Syderyth G,, alias Grimwald, chanteur jusqu’à récemment du même IDHAFELS, mais avant tout la tête pensante de WINTARNAHT, 3 albums à son actif.

Les deux hommes se sont bien trouvés, et décidés de créer ce nouveau projet commun en 2016. Ils sont allés vite en besogne et dès leur première année d’existence ils ont sorti In finstrer Teufe. Vous êtes passé à côté ? Pardonnés. Mais pas possible de rater le deuxième car soyons francs, il est d’une réussite évidente. Il a toutes les qualités pour apparaître dans un top annuel, et certains ne se sont pas gênés pour lui donner la première place. Vilosophe, le Galactus du black metal, est dans cette situation là, l’ayant mis premier parmi les centaines d’albums de black qu’il a décortiqués en 2017. Et il n’a pas tort ! De mon côté aussi, ce Die Grubenmähre flirte avec les meilleures marches, et tient clairement la main aux autres surprises de l’année qu’ont été BERGRIZEN et HAVUKRUUNU.

La formule de DAUÞUZ, qu’on pourra orthographier DAUTHUZ pour les recherches Internet, est un savant mélange de tout ce que les amateurs de black underground portent habituellement aux nues. De l’agressivité, des riffs assassins, des mélodies qui piquent directement au cœur, des trémolos à foison, des vocaux torturés, une pincée de pathos, des chœurs de mâle, une production qui n’en fait pas trop...

Oui, je m’emballe... Alors, je reprends, dans l’ordre et calmement : cet album contient des pistes black survoltées. Toutes les pistes sont bondissantes, et surtout elles ne vous lâchent plus une fois qu’elles vous ont aggripé. Mais attention, je ne dis pas que lalbum est aggressif en continu. Il y a même des variations très bien amenées, et carrément quelques passages calmes ! Mais tout cela se mêle tellement bien au reste qu’on reste scotché et que la tension ne faiblit jamais. On va donc trouver des guitares acoustiques qui viennent glisser des ambiances plus ténébreuses. Sur « Drachensee », je pense à la belle époque de FORGOTTEN TOMB. Très immersif... « Qui a éteint la lumière ? ». Les vocaux font de même. Ils hurlent, mais deviennent aussi très sombres par moment, comme un vieux BETHLEHEM. Sur la plupart des pistes, il y a en plus des chœurs masculins en fond. C’est très légèrement à rapprocher de ceux de WINDIR.

Tout ces éléments, FORGOTTEN TOMB, BETHLEHEM, WINDIR, ce ne sont que des arrières-goûts par contre, parce que c’est véritablement le black fougueux qui est le plus présent durant ces 50 minutes. Juste que c’est emballé à la perfection. De plus, les 6 véritables chansons de l’album sont encadrées de 4 pistes instrumentales qui confirment l’impression d’avoir un résultat bien peaufiné, avec le ruban et tout et tout. Une introduction, une conclusion, deux intermèdes. Pas des trucs hyper longs auxquels on ne prend plaisir qu’à la première écoute, mais de véritables légères bouffées, qui ne durent qu’entre 1 et 2 minutes 30. Idéal ! Ils sont tellement nombreux à penser que plus c’est long, plus c’est bon, alors qu’on sait tous que ce n’est pas la taille qui compte !

Alors pourquoi je ne l’ai pas mis dans mon top ? Parce que j’ai un simple petit bémol, l’impression de répétition sur deux ou trois morceaux. Les pistes se valent, mais pourraient justement se démarquer encore un peu plus les unes des autres. C’est un reproche vraiment minime, qui explique juste mon choix. Bravo au label Naturmacht qui trouve encore un groupe de qualité. (Non, je ne parle pas de BEORN’S HALL, qui fait figure de vilain petit canard parmi les belles oies !)... Même le thème et le visuel sont agréables, l'histore et des dessins sur la vie d'autrefois.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

Stockwel citer
Stockwel
26/01/2018 09:52
J'ai écouté les 2 et contrairement à ce que j'ai pu lire partout je n'ai pas accorché plus que ça. C'est bien fait, mais ça ne me touche pas, je ne ressens rien en écoutant ce groupe.
AxGxB citer
AxGxB
24/01/2018 09:27
Je n'ai pas encore écouté celui-ci mais le précédent était déjà intéressant. Tout comme Idhafels que tu cites.
Sulphur citer
Sulphur
24/01/2018 07:52
note: 8/10
Le titre en écoute est plutôt sympa ! Ce n'est pas super original niveau riff ; je comprends que sur dix titres, ça peut tourner en rond. Mais je me dois tout de même d'écouter ça en entier.
Edit.: en effet, c'est un peu long, mais c'est bien fichu. Ça mérite bien 8.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Dauþuz
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (1)  8/10
Webzines :   -

plus d'infos sur
Dauþuz
Dauþuz
Black Metal - 2016 - Allemagne
  

tracklist
01.   Reminicere
02.   Extero Metallum
03.   Drachensee
04.   Trinitatis
05.   Kerker der Ewigkeit
06.   Dem Berg entrissen
07.   Crucis
08.   Die Grubenmähre I: In die Schwärze
09.   Die Grubenmähre II: Hoffnungstod
10.   Luciae

Durée : 49:04

line up
parution
28 Octobre 2017

Essayez aussi
Krieg
Krieg
The Isolationist

2010 - Candlelight Records
  
Mgla
Mgla
Exercises in Futility

2015 - No Solace
  
Amestigon
Amestigon
Thier

2015 - World Terror Committee Records
  
Swarþ
Swarþ
Omines Pestilentiae (Compil.)

2014 - Iron Bonehead Productions
  
Goatslave
Goatslave
Procession Of Doom

2016 - Atavism Records
  

MoM - Poésique Hors-Série : Du jeu vidéo au Metal Partie 2
Lire le podcast
Antagonism pour l'EP "Thrashocalypse"
Lire l'interview
Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast