chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deinonychus - Ode to Acts of Murder, Dystopia and Suicide

Chronique

Deinonychus Ode to Acts of Murder, Dystopia and Suicide
J’ai envie d’aller plus vite que la musique, mais très fortement… Je me retiens. C’est dur. J’ai envie de mettre 9.5 ou 10 à cet album. Surtout que voilà, DEINONYCHUS fait partie de mes groupes cultes comme je le disais l’année dernière en revenant sur le traumatisant et indémodable Ark of Thought. Je concluais d’ailleurs mon écrit en précisant que Marco Kehren m’avait annoncé revenir après 10 ans d’interruption, et qu’il aimerait qu’on essaie d’oublier Warfare Machines dont lui-même il s’avouait plus qu’insatisfait. 10 ans d’absence donc… Comme NORTT ! Les deux groupes avaient sorti chacun un album plutôt tiède en 2007 et ont mis exactement le même temps pour nous revenir. Mais la différence c’est que le Danois est réapparu d’un coup, sans qu’on s’y attende, alors que notre Néerlandais pachydermique avait annoncé dès 2011 vouloir faire son retour. 2011, mais c’est en 2016 qu’il s’est remis sérieusement à la composition et l’enregistrment, pour un album sorti en toute fin 2017 : Ode to Acts of Murder, Dystopia and Suicide.

J’ai envie d’aller plus vite que la musique, parce que le grand DEINONYCHUS est de retour. Mais les plus hautes notes se gagnent sur la durée. Et même en trouvant que l’album vaut la période 1997-2004, que les sensations qu’ils dégagent sont aussi fortes et en ayant envie d’aller brûler un nouveau cierge en son honneur, il est trop tôt pour être sûr et certain qu’il tiendra la longueur. Il peut y avoir trop d’enthousiasme, un peu trop de subjectivité. J’ai dépassé les 15 écoutes, et je continue d’y revenir.

Les nouvelles compositions, au nombre de 8, renouent avec la souffrance profonde des meilleurs moments de DEINONYCHUS. Elles sont malaise, mal-être, douleur, regrets et parfois abandon et résignance. Rien qui ne risque de redonner la positive attitude que l’on a depuis longtemps perdu face au ridicule de notre condition humaine. Marco Kehren aux vocaux, à la guitare et à la basse se fait cette fois-ci accompagner par Steve Wolz des méconnus HALGADOM et IMPERIA mais surtout ancien de BETHLEHEM ! Le batteur y a joué entre 1999 et 2016 ! Quand on se souveint que Marco lui-même a joué pour BETHLEHEM, on se dit que le destin de ces deux géants est lié à jamais. N’oublions pas sinon que les claviers sont assurés par Markus Stock, alias Schwadorf de THE VISION BLEAK, mais aussi connu pour plus de 20 ans à jouer dans EMPYRIUM.

Le nouvel album renoue avec la noirceur totale. Et pour nous y plonger au plus profond, il varie avec talent les parties les plus doom, au rythme lent et dérangeant et les accélérations désespérées. « Dusk » ou « Dead Horse » ont des évolutions parfaites. La voix de Marco est aussi beaucoup pour la réussite des ambiances, emplie de peine et de douleur tout en restant dans les graves. Il est l’un des plus doués pour transmettre des émotions négatives. Et l’homme sait toujours quoi ajouter pour faire grimper la tension de plusieurs crans. Les notes de piano, la guitare acoustique, du chant grégorien, de légères voix féminines en fond, un violoncelle.... Tout cela utilisé à chaque fois sur un seul titre, et uniquement sur une infime partie du morceau. DEINONYCHUS n’est pas de ceux qui utilisent sans cesse la même formule, et au contraire, il a toujours l’idée qui convient pour planter son couteau encore plus loin dans nos chairs.

Très bon album, qui pour moi n’a qu’un petit moment d’égarement, mais assez rapidement dans l’album, la deuxième piste : « For this I Silence You », qui n’a pas le petit plus de toutes les autres. Maintenant il va falloir attendre quelques semaines, mois ou années pour déterminer si la note peut atteindre celle des meilleures prestations du Néerlandais.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deinonychus
Black Doom Désespéré
2017 - My Kingdom Music
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs : (1)  9/10
Webzines : (5)  8.36/10

plus d'infos sur
Deinonychus
Deinonychus
Black Doom Désespéré - 1992 - Pays-Bas
  

vidéos
The Weak Have Taken the Earth
The Weak Have Taken the Earth
Deinonychus

Extrait de "Ode to Acts of Murder, Dystopia and Suicide"
  

tracklist
01.   Life Taker
02.   For this I Silence You
03.   The Weak Have Taken the Earth
04.   Buried Under the Frangipanis
05.   Dead Horse
06.   Dusk
07.   There Is No Eden
08.   Silhouette

Durée : 45:09

line up
parution
1 Décembre 2017

voir aussi
Deinonychus
Deinonychus
Mournument

2002 - My Kingdom Music
  
Deinonychus
Deinonychus
Ark of Thought

1997 - Supernal Music
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique