chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
57 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Portrait - Burn The World

Chronique

Portrait Burn The World
Portrait fait partie de ses nombreux jeunes loups suédois talentueux rendant hommage au vieux heavy metal. Enfin, jeunes, de moins en moins. Les Scandinaves se sont formés en 2005 et ce Burn The World est leur quatrième album, le troisième pour Metal Blade. Autant dire que les gars se sont depuis fait un nom et commencent à avoir de la bouteille. Un groupe sérieux sur lequel il faut compter. Mais ça, on le savait déjà après deux très bons disques, notamment Crimen Laesae Majestatis Divinae. Le suivant, Crossroads, confirmait le statut de valeur sûre de la formation malgré un album moins fouillé et une inspiration un poil en deçà. Ce coup de moins bien, même très léger, me faisait toutefois un peu douter de ce nouvel opus. Surtout que la formation est passée d'un quintette à un simple trio, perdant au passage un bassiste (la basse a ici été enregistrée par le guitariste Christian Lindell) et un guitariste, remplacé par un musicien studio, toutefois pas n'importe lequel puisqu'il s'agit de Seif Teitan (Aborym, Dissection), Italien désormais résidant en Suède et habitué aux guests et sessions (Watain, Unanimated, Nifelheim, Anaal Nathrakh, Degial, Arckanum...). Portrait allait-il pouvoir se surpasser ou plutôt commencer à tourner en rond?

La réponse a mis un peu temps à venir mais s'est finalement imposée au fil des écoutes. Si Crossroads gagnait en efficacité ce qu'il perdait en richesse, Burn The World combine les deux avec une grande justesse. Ce nouvel opus, magnifiquement illustré par Adam Burke (Vektor, Artificial Brain, Perdition Temple, Hooded Menace, Eternal Champion, Occultation, Tchornobog...), dévoile un Portrait à la fois rafraîchi et plus vigoureux que jamais. Ce qui saute aux oreilles dès la première confrontation, c'est la vitesse de jeu. Quasiment tous les morceaux, hormis "Martyrs" plus versé dans le mid-tempo tout en arrivant à s'imposer comme l'un des meilleurs titres, le bel interlude acoustique triste et sombre "Further She Rode" et bien sûr l'intro gothico-lyrique "Saturn Return", se font bien speed. "Burn The World", morceau-titre qui ouvre l'opus de la meilleure des façons, se permet même de titiller la blastouille juste avant la première minute sur une grosse accélération! Les rythmiques rapides sont ainsi à l'honneur de la part d'un groupe que l'on n'avait pas connu aussi pressé. En découle une efficacité de tous les instants. Cette orientation power/speed me convient bien sûr tout à fait, d'autant qu'elle s'accompagne d'un rendu de plus en plus personnel. Portrait ne l'a jamais caché, les Suédois sont fans de Mercyful Fate et King Diamond. Pas autant que Attic mais leur heavy metal satanique à vocalises aiguës a toujours dû beaucoup aux Danois. Bien moins désormais même si certains passages y font encore penser, en particulier les lignes de chant à partir de 3'29 sur "Mine To Reap".

Portrait évolue et se détache de ses influences, se démarquant encore davantage parmi cette vague heavy revival. Il arrive même à surprendre comme sur ce solo d'orgue Hammond à 3'20 sur "Likfassna", très prog rock 70s sur une rythmique speed. Étonnant mais très cool! Tout est cool ici de toute façon. Même le batteur Anders Persson virevoltant et assez technique qui apporte beaucoup, chose rare dans un genre où le tam-tam n'est d'habitude pas mis en valeur plus que ça. Lui m'a spécialement convaincu. Tout comme les guitaristes dont les riffs multiples sans en faire trop s'avèrent riches, fouillés, travaillés et particulièrement affûtés quand tant d'autres se contentent du minimum en recyclant de l'archi-classique. Ce qui peut s'avérer suffisant aussi mais là, c'est un autre niveau. Ça joue grave en rythmique et aussi en lead grâce à un feeling mélodique fort appréciable. Les solos répondent présent bien sûr, tantôt bien fluides tantôt un peu plus chaotiques. Pas de doute, les mecs touchent. Le travail de composition laisse rêveur sur des morceaux assez longs de plus de six minutes en moyenne, un retour au format de Crimen Laesae Majestatis Divinae a contrario du plus épuré Crossroads. Le tout sur une durée assez conséquente de plus de trois quarts d'heure. Pas d'ennui à prévoir toutefois vu la diversité de jeu, l'intelligence d'écriture, la personnalité de plus en plus marquée, l'ambiance instaurée et les émotions véhiculées. Et à ce petit jeu, le chanteur Per Lengstedt reste sans doute le meilleur atout de Portrait. Le frontman signe ici une nouvelle prestation de haute volée. Pas vraiment de refrains catchy aux mots simples comme souvent dans le heavy mais de superbes lignes de chant contant des paroles de plus en plus intéressantes et profondes tout au long de l'œuvre, dans différents registres plus ou moins aigus, tantôt véhément et conquérant sur les séquences rapides, tantôt plus doux et poignant quand le rythme se pose. C'est d'ailleurs sur le morceau de clôture, le magnifique "Pure Of Heart", que le chanteur donne le plus la chair de poule. Ce break acoustique à 5'23, enchaîné en plus par un solo magistral, c'est juste divin!

Quel dommage que je n'ai pas eu le temps de chroniquer Burn The World plus tôt. Ce nouvel album nous offre un Portrait couillu qui a sensiblement accéléré la cadence, se montrant d'une efficacité redoutable. Cet aspect speed plus prononcé n'est qu'une des nombreuses qualités d'un opus racé des plus plaisants, entre les riffs affûtés, les solos classes, le batteur impérial, la personnalité plus affirmée et le chant sublime. Burn The World aurait ainsi eu tout à fait sa place au bilan, dans le top 3 des albums heavy metal 2017 derrière le Attic encore plus marquant et le Trial encore plus envoûtant. Si l'opus n'atteint donc pas la perfection de ses deux confrères au sommet de leur art, il a malgré tout marqué l'année dernière. J'hésite encore avec Crimen Laesae Majestatis Divinae pour choisir le meilleur album de Portrait, mais Burn The World se place sans nul doute comme le plus efficace et personnel des Suédois. Bien joué!

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

1 COMMENTAIRE(S)

Keyser citer
Keyser
03/02/2018 13:00
Petite précision pour la version CD (la version chroniquée est au format numérique) : il y a un morceau en plus, "The Sower's Cross", en plage 8 que je n'ai pas écouté.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Portrait
Heavy Metal
2017 - Metal Blade Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (14)  7.63/10

plus d'infos sur
Portrait
Portrait
Heavy Metal - 2005 - Suède
  

tracklist
01.   Saturn Return (Intro)  (00:54)
02.   Burn The World  (06:14)
03.   Likfassna  (05:58)
04.   Flaming Blood  (05:14)
05.   Mine To Reap  (05:20)
06.   Martyrs  (07:45)
07.   Further She Rode  (01:52)
08.   To Die For  (04:32)
09.   Pure Of Heart  (08:49)

Durée : 46:38

line up
parution
25 Août 2017

voir aussi
Portrait
Portrait
Crossroads

2014 - Metal Blade Records
  

Essayez aussi
Blind Guardian
Blind Guardian
Imaginations From The Other Side

1995 - Virgin Records
  
In Solitude
In Solitude
In Solitude (Rééd.)

2008 - High Roller Records
  
Visigoth
Visigoth
Conqueror's Oath

2018 - Metal Blade Records
  
Agonizer
Agonizer
Birth / The End

2007 - Spinefarm Records
  
Black Sabbath
Black Sabbath
Sabotage

1975 - Vertigo
  

Portal
ION
Lire la chronique
Uada
Cult Of A Dying Sun
Lire la chronique
Blood Red Fog
Thanatotic Supremacy
Lire la chronique
Sacred Reich
The American Way
Lire la chronique
Sadistik Forest
Morbid Majesties
Lire la chronique
The Beast of Nod
Vampira: Disciple of Chaos
Lire la chronique
Unearthly Trance
In the Red
Lire la chronique
Wyrms
Altuus Kronhorr - La monarc...
Lire la chronique
Bloody Hammers
The Horrific Case of Bloody...
Lire la chronique
Depravity
Evil Upheaval
Lire la chronique
Fuzzgod
Meet Your Maker (Démo)
Lire la chronique
Into Coffin
The Majestic Supremacy Of C...
Lire la chronique
Sun Of The Sleepless
To the Elements
Lire la chronique
Necros Christos
Domedon Doxomedon
Lire la chronique
Fragments Of Unbecoming
Perdition Portal (Chapter VI)
Lire la chronique
Dio
Holy Diver
Lire la chronique
Sleep + Sofy Major
Lire le live report
MoM Poésique - Regarde les Hommes Tomber
Lire le podcast
Warfuck
This Was Supposed to be Fun
Lire la chronique
Vacivus
Temple Of The Abyss
Lire la chronique
Satan présente GORGOROTH : de modèle à risée générale
Lire le podcast
Revel In Flesh
Relics Of The Deathkult (Co...
Lire la chronique
Stromptha
Odium Vult
Lire la chronique
Monolithe
Nebula Septem
Lire la chronique
Thou
The House Primordial (EP)
Lire la chronique
Lonewolf
Raised On Metal
Lire la chronique
Hot Knives
Static Bloom (EP)
Lire la chronique
MoM Hors-Série : Top 4 Prog
Lire le podcast
Ceremony
Still, Nothing Moves You
Lire la chronique
Dystopy
Womb Of The Abyss (EP)
Lire la chronique