chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
58 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Scuorn - Parthenope

Chronique

Scuorn Parthenope
Giulan est italien. Il a 31 ans et il a créé SCUORN quand il en avait 23. Il était accompagné de Nicola qui s’occupait de la guitare acoustique, mais ils ont mis un premier terme au groupe en 2010, après 3 ans de complicité et une demo de 15 minutes. Le couple a quand même essayé de recoller les morceaux en 2014 mais il est bien difficile de trouver la solidité après une cassure. Nicola est parti. Ou Giulan l’a fait partir. Pas grave, ce dernier avait suffisamment de motivation cette fois-ci pour poursuivre seul, et enfin s’investir dans un premier album de... Parthenopean Epic Black Metal ! TADAM !

Oui, SCUORN nous sort le coup de celui qui s’invente un style. Sauf qu’au lieu d’être un style c’est plutôt une étiquette. Le Parthenopean Epic Black Metal, c’est en fait du black metal sympho avec des claviers qui se veulent puissants, et des parties plus folk, acoustiques. Et voilà donc le terme de Parthenopean ! Oui, Giulan ne s’est pas foulé et a choisi le nom de sa ville. Il est de Naples, et comme Paris a été Lutèce, Naples a été Parthénope. Le nom avait d’ailleurs failli revenir lorsque des troupes française avaient proclamé la République parthénopéenne en janvier 1799. Une victoire de courte durée puisque cet Etat avait été dissolu en... juin 1799. Une République de 6 mois. Une période plus courte que ce qui a été nécessaire pour que je chronique cet album sorti en février 2017. J’ai mis deux Républiques à enfin présenter le premier album de SCUORN !

Et SCUORN est un groupe plutôt honnête de black symphonique « moderne ». Il ajoute constamment des claviers pour servir ses ambiances épiques et se montre ainsi ambitieux et grandiloquent. Tout l’album est très orchestral, et il faut avouer que le côté cinématique qui s’en dégage est plutôt réussi. La plongée est assurée, principalement grâce aux parties acoustiques. On retrouve par moment un son qui rappelle les luths (vous verrez même un dessin de cet instrument caché dans le logo du groupe), et qui est obligatoirement relié dans la mémoire collective à l’Italie. Il faut ajouter des chœurs, utilisé avec suffisamment de parcimonie pour ne pas devenir gonflants, et l’on a véritablement un album travaillé qui fait mouche. Bon, il faut aimer ce qui est ambitieux et grandiloquent, ce qui n’est pas toujours mon cas, mais au moins cela ne va pas jusqu’au pompeux. Adjectif qui me vient trop souvent à l’esprit quand j’écoute les albums de black sympho actuels.

Parthenope est un album qui forge le respect même si l’on peut être hermétique au style. Il est carré, il a un thème, il a un visuel soigné qui respecte l’esprit, un livret qui commence par une double page d’explications sur le concept... Disons juste qu'il lui manque un peu de spontanéité, et qu'on aurait aimé plus de titres comme l'excellent "Parthenope", titre qui ajoute une forte mélancolie !

J'ai pas fait de comparaison ? Disons que c’est entre HELLVETO et SATURNIAN pour ceux qui connaissent. Du DIMMU BORGIR sauce napolitaine pour ceux qui ont cliqué par hasard sur la chro et ne connaissent le BM sympho que de loin...

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Scuorn
Parthenopean Epic Black Metal
2017 - Dusktone
notes
Chroniqueur : 8/10
Lecteurs :   -
Webzines : (3)  8.17/10

plus d'infos sur
Scuorn
Scuorn
Parthenopean Epic Black Metal - 2008 - Italie
  

vidéos
Sepeithos
Sepeithos
Scuorn

Extrait de "Parthenope"
  

tracklist
01.   Cenner' e fummo
02.   Fra ciel' e terr'
03.   Virgilio mago
04.   Tarantella nera
05.   Sanghe amaro
06.   Averno
07.   Sibilla cumana
08.   Sepeithos
09.   Parthenope
10.   Megaride

Durée : 48:24

line up
parution
25 Février 2017

Dominant
The Summoning (EP)
Lire la chronique
The Ugly
Thanatology
Lire la chronique
Vardan
Nostalgia - Archive of Fail...
Lire la chronique
Z Family
Chapter II : Origin
Lire la chronique
Autopsy
Puncturing The Grotesque (EP)
Lire la chronique
Life Of Agony
River Runs Red
Lire la chronique
Mortis Mutilati
The Stench of Death
Lire la chronique
Pissgrave
Suicide Euphoria
Lire la chronique
Disfuneral
Disfuneral (EP)
Lire la chronique
Harakiri for the Sky
Arson
Lire la chronique
I I (Infernal Invocation) / Lihhamon
Miasmal Coronation (Split-CD)
Lire la chronique
(Faire) découvrir le Black Metal !
Lire le podcast
Morbid Angel
Kingdoms Disdained
Lire la chronique
Unhuman
Unhuman
Lire la chronique
False Gharial
Birth (EP)
Lire la chronique
Watain
Trident Wolf Eclipse
Lire la chronique
Holmgang
Dømt til døden
Lire la chronique
Iphicrate
Résurgence (EP)
Lire la chronique
Sublime Cadaveric Decomposition
Raping Angels in Hell
Lire la chronique
Condition Critical
Extermination Plan
Lire la chronique
Necrophobic
Mark Of The Necrogram
Lire la chronique
Almyrkvi
Umbra
Lire la chronique
Deathcult
Cult Of The Goat
Lire la chronique
Scuorn
Parthenope
Lire la chronique
Portrait
Burn The World
Lire la chronique
Deinonychus
Ode to Acts of Murder, Dyst...
Lire la chronique
Hegemon pour l'EP "Initium Belli"
Lire l'interview
Black Label Society
Grimmest Hits
Lire la chronique
Nydvind
Seas of Oblivion
Lire la chronique
Bolt Thrower
The Peel Sessions 1988-90 (...
Lire la chronique