chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
44 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Bereft of Light - Hoinar

Chronique

Bereft of Light Hoinar
Premier album pour BEREFT OF LIGHT, et il a bien failli être parmi les meilleurs de 2017. Failli pour quelques broutilles seulement, mais qui pèsent malheureusement sur la sensation finale.

C’est un projet tenu uniquement par Daniel Neagoe, un visage connu dans le metal pour ses apparitions au sein de EYE OF SOLITUDE, CLOUDS et GOD EAT GOD, mais aussi pour avoir récemment rejoint PANTHEIST et SHAPE OF DESPAIR. Chanteur chez les uns, batteur chez les autres, il touche à tout et semble particulièrement reconnu. C’est un véritable passionné, et professionnel du son. Des sons mêmes, puisque même changer de style ne lui fait pas peur. Doom, progressif, black metal… Il ne ferme aucune porte à sa créativité, tout en ayant bel et bien à l’esprit ce qu’il convient de jouer pour tel ou tel projet.

Et cette fois-ci, il a eu des envies qu’il ne pouvait pas intégrer dans ses formations déjà existantes. Il devait créer BEREFT OF LIGHT pour libérer un black metal très atmosphérique, à la fois torturé et contemplateur. La pochette est une belle représentation des 5 pistes de l’album. La forêt était inévitable puisque la nature a une grande place dans les compositions, et la légère couleur montre également toutes les nuances qu’elles peuvent renfermer. Pour vite comprendre à quel style de black metal on a affaire, on pourrait citer DRUDKH ou encore WOODS OF DESOLATION. C'est-à-dire que le black peut être emporté et violent, mais qu’il y a une grosse part de « douceur ». Beaucoup de parties à la guitare sèche, beaucoup de samples naturels. Et donc une tendance générale à l’introspection, à la mélancolie, à l’épanouissement dans la tourmente. Mais l’équilibre est très différent des groupes cités, et les parties atmosphériques et ambiant prennent trop souvent le pas sur le black metal. C’est bien le reproche que j’ai à faire, et qui peut sembler contradictoire.

Les parties claires sont vraiment belles, magnifiques même. Mais elles s’attardent trop et font baisser l’attention au bout d’un moment. « Pustiu » surtout semble interminable. C’est comme si vous grimpiez un mont avec un guide zélé. Il vous arrête a mi-chemin pour vous montrez un bon coin, d’où la vue est excellente. Mais au lieu de se contenter d’admirer quelques minutes avant de reprendre l’ascension, il vous fait découvrir tous les détails, trop : « Et là-bas, tu vois la clôture ! Elle est belle hein. Et si tu regardes bien, il y a aussi des moutons là-bas ! Attends, regarde ! Le mouvement des feuilles de ces arbres au loin est tellement beau ! On va en profiter pendant 10 minutes». MAIS BORDEL NON, JE VEUX POURSUIVRE MA VISITE !!!

Il faut donc être capable d’aller au rythme imposé par BEREFT OF LIGHT qui est véritablement lent. Il suffit de constater que la première piste de 4 minutes est instrumentale, et suivie d’une autre qui propose elle aussi 2 premières minutes acoustiques... Bon, quand ça démarre, ça démarre, et là on jouit ! On mettra également à part la 4ème piste, « Freamăt », qui non seulement par ses vocaux clairs, mais aussi par le fait qu’elle flirte avec le post-black, fait férocement penser à GERM.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Bereft of Light
(Post) Black Metal Atmosphérique
2017 - Loud Rage Music
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Bereft of Light
Bereft of Light
(Post) Black Metal Atmosphérique - 2017 - Roumanie
  

écoutez
tracklist
01.   Uitare
02.   Legământ
03.   Pustiu
04.   Freamăt
05.   Târziu

Durée : 41:09

parution
26 Juin 2017

Essayez aussi
Fen
Fen
Epoch

2011 - Code666
  
Manetheren
Manetheren
The End

2017 - Avantgarde Music
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report