chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Lectern - Precept Of Delator

Chronique

Lectern Precept Of Delator
Bon celui-là ça fait un petit moment qu’il faut que je vous en parle, alors profitons de l’annonce prochaine d’un nouvel album pour enfin s’y atteler.

Mes amis je vous présente Lectern. Lectern, je vous présente les lecteurs de Thrasho. Pour ces derniers, le groupe susnommé nous vient de Rome et malgré plus de quinze ans d’existence vous n’en avez probablement jamais entendu parler. Personne ne vous en tiendra rigueur et surtout pas moi étant donné que j’ai découvert les Italiens grâce à cet album, leur deuxième, et je n’avais jamais posé mes oreilles sur leur premier méfait (« Fratricidal Concelebration », sorti un an auparavant) ni les trois EP qui le précèdent. Si vous êtes adeptes de Metal Archives, vous vous dites peut-être que vous n’avez rien perdu étant donné que ce « Precept Of Delator » ne récolte qu’un maigre 55% (bon vous me direz qu’une seule note n’est évidemment pas représentative de quoi que ce soit et que chacun ses goûts au final) mais je prends ici le contre-pied de cet avis bien sévère et vous engage prestement à poser vos esgourdes sur ce qui est loin d’être un mauvais opus.

En substance, ladite chronique reproche essentiellement à « Precept Of Delator » (outre des titres absurdes, ce dont je me contrefous totalement) une musique fadasse faite de riffs sentant le réchauffé, trop marquée du sceau de ses influences (en l’occurrence ici toute la scène death metal de Tampa) et ne retenant comme seuls points positifs sa pochette, sa production et son titre de clôture. Un constat bien sévère à mes yeux quand bien même certaines critiques ne manquent pas de fondement. Evidemment Lectern ne sera pas, lui non plus, le groupe qui révolutionnera le death metal... Et vous voulez un scoop ? Il n’y en aura jamais. Dès lors sachons apprécier un combo qui certes ne fait que reproduire plus ou moins à sa sauce les préceptes édités par les pionniers du genre mais qui le fait bien et avec application. Les Italiens nous assènent donc ici un métal de la mort résolument old school, à l’image de sa pochette, vicieux à souhait et sachant ne pas s’enfermer dans une dynamique monotone par une diversité rythmique et riffique constante. Servies par une production effectivement impeccable, les guitares au son délicieusement croustillant enchainent les riffs avec une fluidité remarquable. Tous plus accrocheurs les uns que les autres, ils revisiteront toute la palette du bon gratteux death metal avec ses power chords, palm mute, legato et quelques tremolo tous très bien sentis et sacrément efficaces à défaut, il est vrai, d’être totalement novateurs. Rien de neuf sous le soleil ici mais le talent de composition affiché par Pietro Sabato suffira à effacer ce défaut au profit d’un riffing qualitatif, accrocheur au possible insufflant bien souvent un groove assez irrésistible aux compos. Le travail de ce dernier s’appuiera sur une rythmique extrêmement variée elle aussi enchainant blast beats, cavalcades tchouka-tchouka, mid-tempo brise nuque ou gros ralentissement bien lourds. Evidemment tout cela nous rappellera le Deicide des débuts (dans ce riffing primaire vicelard très efficace), Cannibal Corpse (le growl bien gras de Fabio et ce phrasé un peu haché n’y étant certainement pas étranger) et Morbid Angel (notamment sur les ralentissements comme celui de « Palpation of Sacramentarian »), on y retrouvera même quelques soupçons de Slayer dans certains riffs (« Gergal Profaner » à 2’30) et surtout ces solis chaotiques…

Comme beaucoup d’autres Lectern pourra en effet se voir reprocher ses ascendances trop marquées mais très honnêtement en ce qui me concerne tant que le contenu est de qualité je n’en ai cure et c’est le cas ici. D’accord le riffing, ces rythmiques volontiers mid-up-tempo ont été usées jusqu’à la moelle (et ça va continuer !) mais lorsque les protagonistes parviennent à y insuffler ce groove, cette énergie et cette franche virilité, moi ça me suffit. Franchement écoutez ne serait-ce que « Diptych of Perked Oblation » (bon c’est vrai que les titres sont un peu chelous…) et osez me dire que vous ne prenez pas votre pied. Bordel qu’est-ce que c’est bon ! Et même si la recette est identique sur tous les titres, Lectern a eu la bonne idée de ne pas non plus s’éterniser avec un album avoisinant tout juste les trente-sept minutes soit une durée idéale pour ce genre d’opus.

Au final il ne vous reste qu’une seule chose à faire, la même que d’habitude, écouter les extraits ou l’album entier sur le bandcamp du groupe et vous faire votre propre opinion mais très franchement si vous appréciez le death old school à la floridienne, si rien que l’évocation de noms comme Deicide, Cannibal Corpse, Malevolent Creation ou Killing Addiction vous fait crier chapiteau alors il y a fort à parier que « Precept Of Delation » parvienne à vous titiller au moins un minimum l’entre-jambe voire plus si affinité. On attend désormais de pied ferme son successeur, « Deheadment For Betrayal », dans un mois, en espérant qu’à défaut de révolutionner un genre il continue à en incarner une interprétation sincère et résolument efficace, c’est à titre personnel tout ce que je leur demande.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Niktareum citer
Niktareum
25/02/2018 21:09
Ander a écrit :
Heu sinon c'est quoi ce gimmick de revenir au début de morceau à la fin en mode sourdine, ça vient des MP3 ou bien?

Alors écoute ça doit être les mp3 parce que je t'avoue que ça m'a pas marqué sur l'album.

Sinon je viens de choper le nouveau auprès du groupe, on va voir ce qu'il donne. Sourire
Ander citer
Ander
25/02/2018 20:58
Je met un peu d'eau dans mon vin, en allant un peu plus loin dans l'écoute de cet album, c'est finalement pas si mal, même si loin d'être transcendant, la recette du death Floridien a tellement fait d'émules qui se je devais allez investir dans ce genre bien précis, c'est pas vers eux que je me tournerai en priorité. Clin d'oeil

Heu sinon c'est quoi ce gimmick de revenir au début de morceau à la fin en mode sourdine, ça vient des MP3 ou bien?
Niktareum citer
Niktareum
25/02/2018 15:42
Oui possible.

M'étonne pas que ça te plaise pas. Mr Green
Ander citer
Ander
25/02/2018 15:22
Le titre Palpation Of Sacramentarian est d'une platitude... :| Et le deuxième suis le même cadence.

Sinon il me semble que tu nous avais déjà présenter ce groupe sur le fofo à l'époque de leur premier album, en voyant ce dragon sur la pochette ça m'est revenu. Clin d'oeil

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Lectern
Death Metal
2016 - Via Nocturna
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (4)  7.63/10

plus d'infos sur
Lectern
Lectern
Death Metal - 1999 - Italie
  

vidéos
 Palpation of Sacramentarian
Palpation of Sacramentarian
Lectern

Extrait de "Precept Of Delator"
  
 Fluent Bilocation
Fluent Bilocation
Lectern

Extrait de "Precept Of Delator"
  
 Diptych of Perked Oblation
Diptych of Perked Oblation
Lectern

Extrait de "Precept Of Delator"
  
 Precept of Delator
Precept of Delator
Lectern

Extrait de "Precept Of Delator"
  
 Discorporation with Feral
Discorporation with Feral
Lectern

Extrait de "Precept Of Delator"
  

tracklist
01.   Gergal Profaner
02.   Palpation of Sacramentarian
03.   Fluent Bilocation
04.   Distil Shambles
05.   Pellucid
06.   Diptych of Perked Oblation
07.   Garn for Debitors
08.   Precept of Delator
09.   Discorporation with Feral

Durée : 36'54

line up
parution
23 Septembre 2016

Essayez aussi
Skinfather
Skinfather
Atheos (Démo)

2012 - Look Alive
  
Kever
Kever
Eon Of Cycling Death (EP)

2013 - Autoproduction
  
Demonical
Demonical
Servants Of The Unlight

2007 - Cyclone Empire Records
  
Sulphur Aeon
Sulphur Aeon
Gateway To The Antisphere

2015 - Ván Records / Imperium Productions
  
Grimfist
Grimfist
Ghouls Of Grandeur

2003 - Century Media Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report