chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
50 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Deströyer 666 - Call Of The Wild

Chronique

Deströyer 666 Call Of The Wild (EP)
Aussi incroyable que cela puisse paraître la bande à K.K. Warslut est déjà de retour, il faut dire qu’elle nous a habitué depuis une dizaine d’années à être particulièrement peu productive sur disque, au contraire de ses prestations scéniques plus qu’intenses - le tout entre de longues périodes de silence radio. Quasiment deux ans jour pour jour après un « Wildfire » réussi mais qui a fait énormément débat au sein de ses fans, elle revient avec une équipe inchangée (un fait rare) et avec un EP (un format auquel son leader ne s’était plus attaqué depuis la doublette « …Of Wolves, Women & War » - « Terror Abraxas » en 2002 et 2003). Avec trois inédits et une nouvelle version d’un classique de leur répertoire, le groupe aux multiples nationalités reprend les choses où il en était resté sur son précédent long-format, et offre vingt minutes de Black/Thrash ultra-classique sur la forme, mais toujours aussi redoutable et énergique sur le fond.

Visiblement requinqué par son line-up, qui fait partie des meilleurs qu’il ait autour de lui, le chanteur-guitariste continue de déléguer la composition à ses acolytes qui le lui rendent bien, car presque tout le monde a mis la main à la pâte cette fois-ci, et cela s’entend tout en conservant le son si spécifique de son projet. Avec « Violence Is Golden » on est directement plongé dans une ambiance typiquement Heavy via un riffing entraînant et accrocheur, le tout sur un mid-tempo majoritairement à la double (avec cependant quelques cassures en simple pour éviter la redondance) où se greffe des solos impeccables et inspirés, qui confirment (s’il fallait encore le prouver) que le recrutement de Roland C. à la seconde guitare est un excellent choix. Sans changer de rythme cette première compo marque d’entrée son territoire par son classicisme, son feeling et sa préparation vers un combat imminent, qui va être confirmé par la suite. Car avec « Stone By Stone » les chevaux sont lâchés et ici c’est le Thrash qui s’affirme, vu que la vitesse se fait très rapide et ne s’arrête quasiment pas pendant toute la durée de ce morceau, qui aurait pu trouver sans problème sa place sur les mythiques « Phoenix Rising » et « Cold Steel… For An Iron Age », tant les riffs nous replongent vers un passé pas si lointain. Le tout est en plus mené sur un train d’enfer, à l’instar du morceau-titre qui montre effectivement que le combat est commencé et que la sauvagerie peut avoir lieu. Car ici c’est épique à mort et ça alterne entre parties speedées et d’autres plus lourdes où le chant harangue l’auditeur afin qu’il ne rejoigne les troupes déjà au front, sans oublier des solos déchirées et du duel de guitare rétro afin de rajouter un soupçon de brutalité et un de la nostalgie. Si l’on parle à juste titre de la performance des cordistes il faut aussi souligner celle de Per Karlsson derrière ses fûts, dont le boulot est impeccable et qui réalise tout du long une prestation propre et technique, sans jamais trop en faire.

Après ces nouveautés particulièrement sauvages et inspirées, qui continuent de faire vivre le style du groupe sans le réinventer ni le dénaturer, le combo a décidé de réenregistrer l’énormissime « Trialed By Fire » (qui figurait initialement sur le dernier EP en date sorti il y’a quinze ans) joué encore aujourd’hui régulièrement en concert. Si la musique reste exactement la même en revanche les paroles ont été modifiées, et reprennent celles que l’on entend désormais en live, car son leader avec le recul n’était pas satisfait des originales, et les a réécrites depuis déjà pas mal de temps. Du coup même si ça n’est pas flagrant c’est à une version légèrement alternative auquel on a droit, mais ce qui ne change pas en revanche c’est son ambiance désertique à la "Mad Max", faisant office de calme avant la tempête, et ses longues parties Heavy écrasantes, où le côté massif prime sur la rapidité et l’explosivité.

Autant dire qu’on ne s’ennuie pas une seconde et que tout cela passe beaucoup trop rapidement, car on en aurait bien repris une bonne couche et pour plus longtemps, ce qui confirme la qualité générale des sorties du quatuor, aidée en cela par une production similaire au précédent opus et dont le naturel rend grâce à la musique. En espérant qu’il offre rapidement une suite plus longue à ce quatre titres impeccable, dont on aura compris qu’à l’instar de tout son catalogue sorti jusqu’à présent (et d’une qualité irréprochable) ce nouveau venu dans sa discographie se nichera sans problème dans la partie haute des ex-australiens et néerlandais, désormais établis en Angleterre. Il montre aussi que les années qui passent n’ont aucune emprise sur eux, et qu’ils continuent leur chemin balisé et sans surprises, mais aussi unique via un style reconnaissable entre mille et inimitable, qui se déguste avec le même plaisir à chaque fois, et depuis près d’un quart de siècle.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

8 COMMENTAIRE(S)

Deathrash citer
Deathrash
22/03/2018 02:11
note: 4/5
Bordel le titre éponyme me rend dingue.
C'est du Manowar passé à la moulinette D666, putain d'épique et guerrier, que ça fait plaisir.

Destroyer fait du Couille Metal à présent, totalement en adéquation avec K.K.
Stockwel citer
Stockwel
09/03/2018 10:25
Je suis pas un grand fan de black-thrash mais j'aime bien D666 et j'ai bien aimé cet EP, je vous trouve vachement dur dans les commentaires.
C'est sûr c'est pas original ni exceptionnel mais ça s'écoute quand même vachement bien !
dantefever citer
dantefever
27/02/2018 11:53
note: 1/5
AxGxB a écrit : Putain non, "Defiance" défonce. Rien que le premier titre est ultra bonnard. Et le reste ne faiblit pas vraiment. "Wildfire" est beaucoup plus planplan quand même.

Tout à fait d'accord, Defiance est une tuerie. Wildfire est quand même sympa, même si pas au niveau de ce que D666 est capable de livrer.

Cet EP est sans doute ce que le groupe a sorti de pire ... A croire que derrière la grande gueule de KK Warslut, c'était surtout Schrapnel qui savait composer. "Savait", au passé, parce que quand on voit l'extrait du prochain Nocturnal Graves ...
AxGxB citer
AxGxB
27/02/2018 09:23
Putain non, "Defiance" défonce. Rien que le premier titre est ultra bonnard. Et le reste ne faiblit pas vraiment. "Wildfire" est beaucoup plus planplan quand même.
Jean-Clint citer
Jean-Clint
27/02/2018 09:20
note: 4/5
Je vous trouve dur, "Wildfire" est vraiment excellent et bien meilleur que "Defiance" qui manquait de morceaux mémorables. C'est moins épique mais plus heavy et ça le fait le boulot même si ça manque de folie en effet
von_yaourt citer
von_yaourt
26/02/2018 22:29
note: 1/5
De la grosse merde, encore pire que Wildfire, hormis Trial By Fire dont la version originale sur Terror Abraxas est cent fois mieux (c'est-à-dire avec de bien meilleurs vocaux et un batteur qui sait jouer), y a absolument rien à sauver.
Keyser citer
Keyser
26/02/2018 21:12
note: 2.5/5
Pas du tout du même avis. C'est très décevant et peu inspiré, dans la continuité de la simplicité thrash/heavy de "Wildfire" avec du coup tout le côté épique, guerrier et black metal en moins. Seul "Stone By Stone" me sort un peu de ma torpeur ainsi que "Trialed By Fire", même si moins bien que l'original. Après un "Wildfire" coussi-coussa, c'est confirmé, D666 est sur la pente descendante.
dantefever citer
dantefever
26/02/2018 18:56
note: 1/5
C'est chiaaaaaant ... Mais que c'est chiant putain

Je vénère ce groupe, j'avais même finis par apprécier Wildfire même s'il est un bon cran en-dessous du reste, mais alors cet EP ... Les deux premières pistes sont d'une ennui indescriptible, "Call of the Wild" relève carrément le niveau, et la reprise de "Trialed by Fire" est complètement inutile et bieeeen moins prenante que l'originale.

Putain de grosse déception. KK a intérêt à nous sortir un album aussi bon que CSFAIR pour se rattraper.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Deströyer 666
Black/Thrash
2018 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 4/5
Lecteurs : (5)  2.3/5
Webzines : (2)  4.25/5

plus d'infos sur
Deströyer 666
Deströyer 666
Black/Thrash - 1994 - Australie
  

tracklist
01.   Violence Is Golden
02.   Stone By Stone
03.   Call Of The Wild
04.   Trialed By Fire

Durée : 20 minutes

line up
parution
23 Février 2018

voir aussi
Deströyer 666
Deströyer 666
Defiance

2009 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Unchain The Wolves

1997 - Modern Invasion Music
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Cold Steel... For An Iron Age

2002 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Wildfire

2016 - Season Of Mist
  
Deströyer 666
Deströyer 666
Phoenix Rising

2000 - Season Of Mist
  

Essayez aussi
Inculter
Inculter
Persisting Devolution

2015 - Edged Circle Productions
  
Nifelheim
Nifelheim
Envoy Of Lucifer

2007 - Regain Records
  
Dragonlord
Dragonlord
Rapture

2001 - Spitfire Records
  
Exordium Mors
Exordium Mors
The Apotheosis Of Death

2014 - Iron, Blood & Death Corporation
  
Satanic Slaughter
Satanic Slaughter
Banished To The Underworld

2002 - Black Sun Records
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report