chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
48 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Unearthly Trance - Electrocution

Chronique

Unearthly Trance Electrocution
Et s'il était là, le meilleur album de Unearthly Trance ? Il est clair que c'est une question que l'on se pose rarement quand on est tombé amoureux, comme moi, de cette formation. Unearthly Trance n'est en effet pas un groupe dont on goûte une ou deux réalisations – mais un que l'on suit, dans ses travers, ses excès, ses réussites, comme lors d'une relation où l'on apprend à apprécier la personne d'un bloc. Oui, comme Neurosis, comme Godflesh, comme sans doute encore quelques autres (bien que certainement pas si nombreux que ça). Comme un grand parmi les grands, en somme.

Il n'empêche que Electrocution fait s'interroger à ce sujet, tant tout y est excellent, portant la marque unique des Ricains. Sludge, hardcore, punk, doom, l'industriel et le black metal lorgnant de leur forêt et usine l'étrange sabbat qui se déroule... Cet album – succédant au moyen The Trident – contient tout cela, avec une puissance d'exécution dont on ne pensait pas capable la formation, elle qui joue du neurasthénique comme d'autres soulèvent des poids. Il suffit d'écouter « Chaos Star » et « God Is a Beast », morceaux qui, chacun à leur façon, font surgir le nom de Trap Them dans notre cerveau, telle une version sauvagement doom de Darker Handcraft, pour être convaincu que Unearthly Trance embrasse ici sa passion pour le punk hardcore de la manière la plus frontale possible, métamorphosant les visions à filtre rouge de In the Red avec une plus grande place laissée à l'accroche, au catchy, au riff tutélaire qui prend la tête à bras le corps (préparez-vous à répéter « Your god is a beast » à vous-même, comme un mantra).

Mais ce ne serait pas faire justice à ces cinquante-et-une minutes – dont l'illustration, typique des sorties Relapse de cette époque, est bien le seul défaut majeur – que dire que Unearthly Trance a pondu ici son essai de la maturité, de l'esthétisme, du réfléchi pour réussir (The Trident, à mon sens, « mérite » plus ces qualificatifs). Le créateur de Season of Seance, Science of Silence reste cette bête difforme, certainement dure à apprécier (et pourtant, qu'il me semble aujourd'hui inconcevable de ne pas l'adorer !), souffrant de saturnisme, à la beauté – hé oui, Electrocution est beau, même lors d'un titre au classicisme noble derrière l'originalité s'intitulant « The Scum Is in Orbit » – qui confine à une certaine majesté. Quelque chose d'altier dans la lourdeur, proche de faire voir en lui un ancêtre de Thou, mais qui aurait écouté Grief, Starkweather et Pulling Teeth dans la même journée. Simplement, à cette légion de sensations s'ajoute une légion de moments à pointer du doigt, où l'impression générale se renforce de passages purement salvateurs (« The Dust Will Never Settle » et « Religious Slaves », bon sang !). Le meilleur album de Unearthly Trance ? Celui qui donne envie de commencer une histoire longue avec les Ricains, de les suivre au-delà de la temporalité d'une discographie pour y savourer les nuances qui les constituent, plutôt !

Electrocution électrocute, comme un coup de foudre qui laisse pantois. Bien sûr, il n'est pas parfait. Trop excessif, parfois d'une grossièreté qui a du mal à passer (mais qui réjouit à d'autres endroits). On parle de Unearthly Trance après tout, de cette entité aux proportions surnaturelles, transcendée par le rock et le hardcore mais dotée de membres trop douloureux, d'une bouche trop pâteuse, d'idées noires qui l'épuisent. Mais si vous cherchez une musique qui vous fait vous sentir comme un guerrier moderne, où la bataille est plus intérieure qu'extérieure, comme un annonciateur de la fin, qui ne cesse d'être appelée de ses vœux ici, comme un clochard alpaguant la nuit, décidément trop indifférente à votre sort... Hé bien, vous devez vous jeter sur ce disque, qui, meilleur que les autres ou pas, est une œuvre de Unearthly Trance. Et c'est censé être un argument bien suffisant.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Unearthly Trance
Sludge / Doom / Hardcore
2008 - Relapse Records
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  6.75/10
Webzines : (13)  6.96/10

plus d'infos sur
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Sludge / Doom - 2000 - Etats-Unis
  

tracklist
01.   Chaos Star
02.   God Is a Beast
03.   The Dust Will Never Settle
04.   Diseased
05.   The Scum Is in Orbit
06.   Religious Slaves
07.   Burn You Insane
08.   Distant Roads Overgrown

Durée : 51 minutes 9 secondes

line up
parution
18 Mars 2008

voir aussi
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Season of Seance, Science of Silence

2003 - Rise Above Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
In the Red

2004 - Rise Above Records
  
Unearthly Trance
Unearthly Trance
Stalking the Ghost

2017 - Relapse Records
  

Essayez aussi
Nomad / Wort
Nomad / Wort
Split (Split-CD)

2015 - Red Valley Records
  
Mudbath
Mudbath
Corrado Zeller

2015 - Lost Pilgrims
  

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report