chargement...

haut de page
43 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Opeth - Morningrise

Chronique

Opeth Morningrise
Ah Opeth! Malheureux est celui qui ne connait pas encore ce groupe, il ne sait pas ce qu'il manque. Et je crois que cela est pleinement justifiable. Parceque à chaque (rares) fois que je m'écoute ce Morningrise je n'ai en tête que de magnifiques paysages printanier où poussent dans les prairies des jonquilles et des lilas et où le vent caresse de sa douceur les feuilles des quelques arbres se trouvant là...
Vous l'aurez deviné; le contenu musical de Morningrise est à la fois d'une beauté et d'une poésie encore inégalée à ce jour (sauf peut-être pour Blackwater Park qui mériterais sans difficultés les même éloge). Ce que je m'apprète à décrire ci-bas, n'est, en soit, pas une chose facile. Tout d'abord parce que Morningrise est pour beaucoup l'oeuvre ultime du groupe (il faurt donc savoir tenir sa langue) et aussi parceque cet album regorge de parcelles musicales indénombrable tout au long des 5 titres qu'il contient, rendant l'oeuvre difficile à définir (voire, à assimiler si on en est qu'a sa première écoute) adéquatement.

Vous comprendrez ce que j'ai voulu dire quand je parlais de « paysages printanier » en écoutant le premier titre, « Advent ». Dès les premières minutes, les grosses guitares bien lourdes et typiques d'Opeth nous accrochent avec une facilitée déconcertante. Mikael Åkerfeldt, le chanteur/hurleur introduit par la suite ses paroles (poèmes) à l'aide de sa voix Death plutôt gutturale, quelques rares fois limite Black mais sans jamais tomber complètement dedans. C'est peu après (enfin, « peu après », disons 6 minutes plus tard) que vient le moment clé de cette pièce: une douce et jolie guitare acoustique se fait subitement entendre avec la voix claire et chaude de Mikael, nous plongeant directement dans un bonheure indescriptible. Puis, Vlan! Retour des grosses guitares et de la voix bien agressive. Pour ensuite finir en beauté quelque minutes plus tard pour un total de 13 minutes 46 secondes.

« The Night And The Silent Water » est une de mes préférées. Son début bien mélodique et son break acoustique de toute beauté prouverons mes dires. Les images qui me viennent en tête relèvent à la fois de la nostalgie, de la joie et de la mélancholie. Plein de sentiments de toutes sortes (même antagonistes) s'entremèlent à l'écoute de ce titre et l'émotion est si confuse que je n'arrive même pas à savoir si je dois écraser une larme ou sourrire à la vue des choses les plus anodines. La fin de ce titre est tout simplement magistrale; un chant Death en chuchotis avec des guitares frissonnante de passion. You sleep in the light, yet the night and the silent water still so dark...

S'il y a bien une chose qui manque à cet album jusqu'à présent est un solo. Je suis fan des solo et encore plus quand c'est un groupe comme Opeth qui les fait! Heureusement, le troisième titre « Nectar » est là pour arranger les choses. Son début est vraiment excellent. Des guitares mélodique (peut-être même la pièce la plus mélodique de l'album) et une basse bien groovy. Ah ouiiiiii! Un autre break acoustique. Désolé pour les fan d'agressivité mais ce que j'aime par dessus tout chez Opeth est le relâchement de pression qu'ils nous procurent avec les alternances agressives/calmes. Ainsi les quelques parties acoustiques juste après les passages violents que contiennent cet album ne peuvent que faire mon bonheure. Mais où en étais-je? Ah oui les solo. « Nectar » est peut-être bien la pièce de l'album qui contient le plus de solo et sur celle-ci j'en ai bien dénombré trois, tous remplis à la fois de feeling et de mélodie.

Un des centre d'interêt de cet album est sans consteste le long titre qu'il contient, « Black Rose Immortal ». Et quand je dis long, je ne parle pas de 9 ou 10 minutes, pas quand on parle d'Opeth en tout cas. « Black Rose Immortal » fait à elle seule 20 minutes! Son début en trombe semble bizzard pour un titre de cette facture et on est près à croire qu'aucun moment de repos ne suriviendra durant ces longues minutes et pourtant, voici que peu après 3 minutes, un cours break acoustique suivit d'une guitare mélodique boulverse nos pensées pour nous faire planner vers des contrées oniriques. Mais, notre voyage se brutalise et nous envois dans un chaos total (c'est ce qu'on appel l'effet « guitares progressives ») s'amortissant sur un solo excellent pour finalement finir sur un chant accapela de Mikeal suivit d'un break acoustique de toute beauté (eh oui encore :). L'effet que nous procure ce moment est purement sédatif (dure à atteindre, n'est-ce pas?). Ca recommence brutalement par la suite en gardant toutefois l'aspect jolie de la partie calme. Nous en sommes maintenant à 15 minutes et bizzaremment le voyage à semblé plutot court jusqu'à présent. Le reste de la chanson rassemble passages acoustiques suivit de passages éléctriques de toute beauté à l'interieur desquel Mikael chantera le dernier couplet de la chanson à l'aide de sa plus belle voix claire qu'il nous ai été donné d'entendre jusqu'à présent, pour finir sur un cris de mort.

« To Bid You Farewell »... Cette pièce n'aurait vraiment pas fait tache sur Damnation tant la ressemblance au feeling de cet album est surprenante. Et quand on sait qu'elle fut composée presque 6 ans auparavent, cela rend la chose encore plus intéressante. À l'écoute de cette chanson, au moment d'écrire cette chronique je suis allé me poser à ma fenêtre pour contempler le paysage hivernal de 25 sous zéro qui s'offrait à moi (J'habite au Québec) et je dois dire que ça faisait longtemps que je n'avais pas pris un tel pied! Ça commence avec une des meilleures (sinon la meilleure) parties acoustiques de cet album. Mention spéciale à la basse qui est ici très bien placée. La voix chaleureuse de Mikael vient s'installer avec un petit solo très bluesy et la... c'est l'apogée de l'euphorie! Mettons les choses au clair: Opeth n'est pas seulement pour moi le porteur de tristesse dans sa musique, mais aussi et surtout de beauté et de sentiments proches de la nostalgie, élevant ses auditeurs vers des cieux jamais atteinds. Les guitare arrivent mais sont loin de gâcher le tout, au contraire elles font le pont entre beauté et mélodie. Une subite modulation survient, pour ensuite en arriver sur une autre partie très mélodique et belle au possible et se terminant sur un couplet plaintif de Mikael... et c'est ainsi que cet album se clôt.

« Morningrise » est donc, comme vous avez pu le constater, un album qu'il ne faut pas prendre à la légère. Il est un condenscé d'émotions à fleur de peau, pures et fortes à la fois. Les seuls point péjoratifs qui ont été retenus sur cet album sont minimes: La basse, par certains moment, est un peu inégale et un peu trop mise en avant à mon goût. Aussi, l'artwork de l'album n'est pas des plus excellent, photos plutôt floues, police des paroles trop standard, mauvaise coupure du livret, etc... Mais bon c'est pas vraiment ce qui aura un effet sur la note de l'album. À noter que la réédition de « Morningrise », sortie chez Candlelight en 2000 contient un titre bonus intitulé « Eternal Soul Torture » qui se veut être plus ou moins une version démo de la pièce « Advent » puisqu'il contient certains passages présents sur cette dernière.

Bref, un album qui, je pense, a convaincu tout le monde au moment de sa sortie et même au delà. Un album plus qu'indispensable à posséder dans sa discographie!
Notice: Object of class QueryTemplate could not be converted to int in /srv/www/deadEngine/class/Thrasho/StatPub/Collection.php on line 13

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour donner votre avis.

6 COMMENTAIRE(S)

Ander citer
Ander
13/04/2006 15:02
note: 8.5/10
Sur Nectar y a qu' un solo, c' est sur Black Rose Immortal qu' on peut y en dénombrer 3.

Sinon grand album.
Chris citer
Chris
26/01/2005
un album d'une richesse exceptionnelle, avec des arrangements pourtant simples mais une succession de riffs / acoustiques incessante et qui coule (la plupart du temps) de façon très fluide...mention spéciale à "black rose immortal" et ses magnifiques mélodies, et "to bid you farewell", la chanson parfaite pr une rupture...qu'on aime ou pas Opeth, un album à écouter, tant il est à part de ce qui se fait / s'est fait depuis..
_Taranis_ citer
_Taranis_
24/01/2005
Un très bon album, mais j'ai toujours eu étrangement de mal à rentrer dedans.
A écouter, re-écouter et écouter encore, pour s'imprégner totalement de cette subtile athmosphère d'un matin d'automne.
Dead citer
Dead
23/01/2005
note: 9/10
J'ai découvert Opeth avec cet album, mais je préfère pourtant "Orchid". Enfin "Morningrise" EST un excellent album, pour sûr Sourire
Grimoald citer
Grimoald
23/01/2005
note: 9.5/10
L'est génial cet album, je l'ai vachement écouté.
Holy citer
Holy
23/01/2005
note: 10/10
Discographie d'opeth complète

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Pseudo :
Question anti-spam :
Dans quel groupe mythique joue Tom Araya ?
Commentaire :

Opeth
Death Metal progressif
1996 - Candlelight Records
notes
Chroniqueur : 10/10
Lecteurs : (25)  9.08/10
Webzines : (15)  8.3/10

plus d'infos sur

tracklist
01.  Advent
02.  The Night And The Silent Water
03.  Nectar
04.  Black Rose Immortal
05.  To Bid You Farewell

Bonus:
06.  Eternal Soul Toruture
Temps approximatif: 66 minutes

paroles
line up

achetez sur
thrashothèque
voir aussi
Opeth
Opeth
The Roundhouse Tapes (DVD)

2008 - Peaceville Records
  
Opeth
Opeth
The Roundhouse Tapes (Live)

2007 - Peaceville Records
  
Opeth
Opeth
Blackwater Park

2001 - Music For Nations
  
Opeth
Opeth
Lamentations (DVD)

2003 - Music For Nations
  
Opeth
Opeth
Deliverance

2002 - Music For Nations
  

Essayez aussi
Beyond Creation
Beyond Creation
The Aura

2011 - PRC Music
  
Novembre
Novembre
Wish I Could Dream It Again

1994 - Polyphemus Records
  
Dan Swanö
Dan Swanö
Moontower

1998 - Black Mark
  
Edge Of Sanity
Edge Of Sanity
Crimson

1996 - Black Mark
  
Replacire
Replacire
The Human Burden

2012 - Autoproduction
  

chronique Chronique
Type O Negative
October Rust
chronique Chronique
Aposento
Aposento
chronique Chronique
Crimson Shadows
Kings Among Men
chronique Chronique
Force Of Darkness
Absolute Verb Of Chaos And Darkness (EP)
chronique Chronique
Unaussprechlichen Kulten
Baphomet Pan Shub-Niggurath
chronique Chronique
Oathbreaker
Eros|Anteros
chronique Chronique
Brutally Deceased
Black Infernal Vortex
dossier Dossier
SYLAK OPEN AIR 2014
interview Interview
The Rock Runners pour le Sylak Open Air 2014
report Live report
Sylak Open Air 2014
Benighted + Dew-Scented + Gojira + Misery Index...
chronique Chronique
Desecration
Cemetery Sickness
chronique Chronique
Deadlock
The Re-Arrival (Compil.)
chronique Chronique
Question
Doomed Passages
chronique Chronique
The Austrasian Goat
The Austrasian Goat
chronique Chronique
Bölzer
Soma (EP)
chronique Chronique
Letlive.
The Blackest Beautiful
chronique Chronique
Stutthof
And Cosmos From Ashes To Dust
chronique Chronique
Nuklear Frost
Subjugation
chronique Chronique
Tombs
Savage Gold
chronique Chronique
Diskord
Oscillations (EP)
chronique Chronique
5ML
Injection
chronique Chronique
God Macabre
The Winterlong
chronique Chronique
Dub Buk
Цвях
chronique Chronique
Crucifyre
Black Magic Fire
report Live report
Angel Du$t + Hard To Handle + Jack Move + Turnstile
chronique Chronique
Vermin Womb
Permanence (EP)
chronique Chronique
The Kilimanjaro Darkjazz Ensemble
From The Stairwell
chronique Chronique
Skogen
I döden
chronique Chronique
Insulters
We Are The Plague
chronique Chronique
Devour The Fetus
Cook'n'Roll