chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
47 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hooded Menace - Ossuarium Silhouettes Unhallowed

Chronique

Hooded Menace Ossuarium Silhouettes Unhallowed
Toujours aussi régulier dans ses sorties après plus de dix ans de carrière, Hooded Menace revient en ce début d’année avec un cinquième album intitulé Ossuarium Silhouettes Unhallowed, le premier sous le sceau du label Season Of Mist. Un changement d’écurie qui s’accompagne également de l’arrivée dans les rangs de la formation finlandaise de trois nouveaux musiciens. Lasse Pyykkö, guitariste et tête-pensante du groupe, a ainsi troqué sa place de chanteur au profit de Harri Kuokkanen (Horse Latitudes, Ride For Revenge...) que certains ont pu découvrir sur le split en compagnie d’AlgomA sorti en 2016. Antti Poutanen (basse) et Otso Ukkonen (batterie) remplacent quant à eux Markus Makkonen et Pekka Koskelo partis s’occuper ailleurs même si pour le coup c’est Pekka qui a enregistré la batterie ici et Lasse la basse. Enfin en ce qui concerne l’artwork, Hooded Menace s’est adjoint cette fois-ci les services du talentueux Adam Burke (Nightjar Illustrations). Le résultat, toujours aussi somptueux, traduit parfaitement ces ambiances moites, putrescentes et mélancoliques que l’on peut ressentir à l’écoute de ce Death/Doom des cavernes.

Alors, quoi de neuf depuis la sortie de Darkness Drips Forth ? Et bien pas grand-chose tant la formule consacrée par Hooded Menace depuis ses débuts n’a finalement que très peu évoluée avec le temps. En cela, ce nouvel album n’est donc pas bien différent de ses prédécesseurs puisque l’on retrouve sans grande surprise tout ce qui caractérisait déjà la musique de Lasse Pyykkö : ces riffs poisseux et traînants, ces mélodies épiques et automnales pleines de charmes et de mélancolie, ces quelques accélérations au groove toujours aussi bienvenue ainsi que ce growl puissant et profond comme un râle d’agonie.
Une recette identique appliquée cette fois-ci sur des morceaux bien plus courts que sur Darkness Drips Forth. Rappelez-vous, à la sortie de son prédécesseur, beaucoup avait remarqué que le groupe avait très largement allongé le format de ses compositions quitte à en proposer un peu moins. Hooded Menace fait donc aujourd’hui machine arrière et revient à des formats plus standards, passant à nouveau sous la barre des dix minutes (à l’exception de ce "Sempiternal Grotesqueries" qui ouvre l’album), proposant non plus quatre mais six titres (sept avec cette reprise plutôt inattendue de "Sorrows Of The Moon" de Celtic Frost en guise de bonus track ») pour une durée finalement quasi identique.

Alors quoi, Ossuarium Silhouettes Unhallowed ne serait à près tout qu’un simple copier/coller des précédents travaux du groupe ? Si je n’ai absolument aucun souci avec cela, il serait tout de même bien malvenu de ma part de ne pas évoquer certaines subtilités qui font que ce nouvel album est probablement l’un des plus aboutis qu’Hooded Menace ait sorti à ce jour. C’est paradoxalement par le biais du chant plus académique d’Harri Kuokkanen que ce constat va se dresser dans un premier temps. Moins profonde et plus proche de ce que l’on peut trouver dans le Doom/Death originel, cette voix typiquement finlandaise dans cette capacité qu’elle a à transmettre certaines émotions tout en jouant sur un registre des plus monotones, va apporter davantage de nuances mais aussi de puissance là où celle beaucoup plus caverneuse de Lasse Pyykkö avait tendance à ne broyer que du noir. Par certains aspects vocaux mais également mélodiques, la formule du groupe finlandais n’est pas sans rappeler ce qui se faisait en Angleterre au début des années 90 et notamment Paradise Lost ("In Eerie Deliverance" en est probablement l’exemple le plus flagrant avec cette mélodie entraînante, presque trop légère pour du Hooded Menace, débutée à 2:02 ainsi que ce chant féminin à 3:12 auquel le groupe n’avait jusque-là jamais cédé). Car en effet, plus les écoutes passent et plus l’évidence s’installe. Nous sommes bien ici baignés dans le même genre d’atmosphères brumeuses et mélancoliques typiques de cette Angleterre de l’époque Peaceville Records (avec quand même une pointe de Candlemass dedans, faut pas déconner). Une sensation renforcée par ces mélodies, leads et autres soli blafards devenus encore un peu plus épiques avec le temps. Et puisque l’on en vient à évoquer Paradise Lost, le son de batterie sur The Pague Within est la raison principale de leur collaboration avec le producteur Jaime Gomez Arellano : "We were blown away by the drum sound he created for Paradise Lost´s The Plague Within. That was the main reason why we hooked him up actually, and it paid off”.

Ainsi, par le biais de petites évolutions subtiles, Hooded Menace affirme une fois de plus son statut de leader en matière de Doom/Death putride mais romantique (les Finlandais ne sont pas de que simples brutes). Et si au final rien ne change véritablement, l’évidence finit tout de même par s’imposer au fil des écoutes. Signe de futurs changements, Ossuarium Silhouettes Unhallowed est également le premier album sur lequel Lasse Pyykkö n’a pas écrit l’intégralité des paroles lui-même confiant ainsi celles de "In Eerie Deliverance" et "Cascade Of Ashes" à Harri Kuokkanen. Finalement, on ne parlera pas d’album de la consécration mais une chose est sûre, ce cinquième album est définitivement le disque le plus intéressant et le plus abouti qu’Hooded Menace ait sorti.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

gulo gulo citer
gulo gulo
04/04/2018 19:01
note: 8.5/10
Y a quand même très clairement un avant et un après Darkness Drips Forth, je vois pas trop comment on peut dire qu'ils font toujours la même chose ; le changement de ton, allez disons depuis Effigies of Evil, est net pour moi, s'affirmant de plus en plus ; on délaisse peu à peu Cathedral et le death vraiment très très putrido-morbide, pour se diriger tranquillement , à un trot d'ours matin, vers Paradise Lost des débuts.
Ça me fait drôle à dire, mais c'est magnifique.
N4pht4 citer
N4pht4
04/04/2018 19:00
Orel Lion a écrit : j'ai trouvé ça d'un loooong et d'un chiaaaant!

Pareil. Je sais qu'il y a le mot doom dans le style pratiqué mais je n'ai pas trouvé la lourdeur inhérente au genre. Ca se réveille un peu sur les parties plus rapides, malheureusement trop courtes.

Point positif, le chant est bien quand même.
Orel Lion citer
Orel Lion
04/04/2018 16:32
J'ai essayé le premier titre il y a peu... j'ai trouvé ça d'un loooong et d'un chiaaaant. Autant j'adhère au son du groupe mais je n'arrive pas du tout à rentrer dedans. Pour moi cela mériterait d'être raccourcis de 6 à 7 min sur les 10 du morceau Moqueur
je n'arrive pas à voir l'intérêt. Je passe!

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hooded Menace
Death/Doom
2018 - Season Of Mist
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.25/10
Webzines : (12)  7.95/10

plus d'infos sur
Hooded Menace
Hooded Menace
Death/Doom - 2007 - Finlande
  

tracklist
01.   Sempiternal Grotesqueries  (10:32)
02.   In Eerie Deliverance  (06:55)
03.   Cathedral Of Laybrinthine Darkness  (07:18)
04.   Cascade Of Ashes  (06:41)
05.   Charnel Reflections  (07:41)
06.   Black Moss  (02:20)
07.   Sorrows Of The Moon (Celtic Frost Cover) (Bonus Track)  (04:28)

Durée : 50:23

line up
parution
26 Janvier 2018

voir aussi
Hooded Menace
Hooded Menace
Effigies Of Evil

2012 - Relapse Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Darkness Drips Forth

2015 - Relapse Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Gloom Immemorial (Compil.)

2014 - Doomentia Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Never Cross The Dead

2010 - Profound Lore Records
  
Hooded Menace
Hooded Menace
Labyrinth Of Carrion Breeze (EP)

2014 - Doomentia Records
  

Essayez aussi
Ghost Brigade
Ghost Brigade
Until Fear No Longer Defines Us

2011 - Season Of Mist
  
Incantation
Incantation
Primordial Domination

2006 - Listenable Records
  
Horn Of The Rhino
Horn Of The Rhino
Summoning Deliverance

2014 - Doomentia Records
  
Wormfood
Wormfood
Wormfood

2002 - Autoproduction
  
Swallow The Sun
Swallow The Sun
Emerald Forest and the Blackbird

2012 - Spinefarm Records
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique