chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Atomwinter - Catacombs

Chronique

Atomwinter Catacombs
Si pour les français la ville de Göttingen est principalement connue depuis 1967 grâce à la magnifique chanson du même nom signée Barbara, pour nos voisins d’outre-Rhin c’est plutôt via son statut de cité étudiante réputée qu’elle fait parler d’elle. Cependant réduire cela à cette commune de Basse-Saxe serait un peu réducteur car on y trouve également une scène musicale active d’où émerge ce quatuor formé de vieux briscards mais encore trop méconnu, malgré déjà un vécu important. Evoluant depuis ses débuts en 2010 dans un Death bien rétro et gras qui sent bon la Suède (et Göteborg en particulier) celui-ci a déjà deux albums à son actif - dont l’agréable « Iron Flesh » sorti en 2015, qui voyait l’arrivée d’un nouveau chanteur (toujours en place aujourd’hui) et l’apparition plus importante d’une petite facette Doom pas dégueulasse du tout. Sans être le disque du siècle celui-ci se laissait apprécier et passait facilement le cap des écoutes multiples, et nul doute que son successeur suivra le même chemin, tant il continue sur cette voie balisée, sans surprises mais d’une grande efficacité.

Car après une très courte introduction c’est le morceau-titre qui retentit et confirme que les gars n’ont pas changé de fusil d’épaule, tant on retrouve ce son massif de guitare et de basse typiquement Swedeath, le tout mené sur un tempo majoritairement rapide, où seuls quelques ralentissements en mid-tempo viennent baisser la cadence globale. Techniquement très simple, leur musique cherche avant tout à se montrer accrocheuse et à faire remuer les têtes, le pari est réussi et cette première compo montre la voie avec une grosse accroche sans surprises, vu que ça se contente de reproduire ce qui a été créé il y’a plus de deux décennies déjà. Le même schéma se retrouve sur « Dark Messiah » qui s’enchaîne dans la foulée et propose également un rythme particulièrement élevé (agrémenté de quelques courts blasts), seulement stoppé par des passages à la double pour alourdir un peu le propos. Mais si dans ce genre de Metal de la mort il est facile de tomber dans la redondance et une sorte de routine les mecs évitent heureusement cet écueil soit en se faisant encore plus direct, comme avec « Morbid Lies » encore plus rentre-dedans, mais surtout très goûtu et remuant à souhait, ou via « Carved In Stone » quasiment Death N’Roll. En effet ici c’est l’esprit d’ENTOMBED qui flotte dans l’air tant on a l’impression d’aller faire la fête, et surtout on se surprend à se dandiner, tant l’ensemble est mené tambour battant et propose toute la panoplie de vitesse des teutons (même si les parties blastées sont parfois un peu à la limite de la rupture).

Mais comme sur le précédent opus les gars ont la présence d’esprit de ralentir leurs nouvelles compositions pour les rendre encore plus huileuses, comme avec le très bon « Sadistic Intent » où le long démarrage massif et suffocant donne déjà un bon aperçu de ce bridage de vitesse, à l’instar de « Gathering Of The Undead » qui fait le grand écart avec la même réussite. La pièce majeure où la lenteur est reine se nomme « Funeral Of Flesh », qui pendant six minutes (record du disque) nous renvoie aux plus belles années d’ASPHYX en restant bloqué pendant la plus grande partie du temps sur la pédale de frein, ce qui amène un souffle glacial fort agréable. Cependant comme pour les néerlandais il voit l’apparition de parties plus explosives et monolithiques qui firent les beaux jours des regrettés BOLT THROWER, et permettent de conclure en beauté ce long-format sans surprises mais qui fait du bien par où ça passe, vu qu’il ne traîne pas en longueur. Et même si sa construction globale est assez similaire d’un titre à l’autre (tout comme certains plans et riffs qui reviennent assez souvent) cela n’enlève en rien à sa qualité générale tant il fait faire un voyage agréable dans un passé pas si lointain, aidé en cela par un chant d’outre-tombe caverneux à souhait, ainsi qu’une ambiance putride, humide et glaciale qui sent le caveau et le sous-bois dans la brume. Plus homogène que son prédécesseur, et tenant mieux la distance sur la durée, cette galette efficace et sans faiblesses majeure est la meilleure réalisée à ce jour par ses créateurs qui méritent d’être mis en avant tant ils font le boulot avec sérieux et passion, et surtout sans se prendre la tête ou vouloir réinventer quoi que ce soit, juste se faire plaisir pour soi et pour les fans.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Atomwinter
Death Old-School
2018 - Trollzorn Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines : (7)  6.58/10

plus d'infos sur
Atomwinter
Atomwinter
Death Old-School - 2010 - Allemagne
  

tracklist
01.   Intro
02.   Catacombs
03.   Dark Messiah
04.   Sadistic Intent
05.   Ancient Rites
06.   Gathering Of The Undead
07.   Carved In Stone
08.   Necromancer
09.   Morbid Lies
10.   Funeral of Flesh

Durée : 40 minutes

line up
parution
9 Février 2018

Gutted
Bleed For Us To Live
Lire la chronique
Trop Hard Pour Toi #3
Electric Shock + Mindless S...
Lire le live report
Black Metal : les noms de groupe (de merde)
Lire le podcast
Slaughterday
Abattoir (EP)
Lire la chronique
At The Gates
To Drink from the Night Itself
Lire la chronique
Spell of Dark
Journey into the Depths of ...
Lire la chronique
Cardiac Arrest
A Parallel Dimension Of Des...
Lire la chronique
The Body
I Have Fought Against It, B...
Lire la chronique
Drudkh / Paysage D'Hiver
Somewhere Sadness Wanders (...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 11 - Monsieur Steele et le bain d'acide.
Lire le podcast
Bloodbark
Bonebranches
Lire la chronique
Utzalu
The Loins Of Repentance
Lire la chronique
Cor Scorpii
Ruin
Lire la chronique
Chevalier
A Call To Arms (EP)
Lire la chronique
Valgrind
Blackest Horizon
Lire la chronique
Ennoven
Redemption
Lire la chronique
Orsak:oslo
Nordstan (EP)
Lire la chronique
Taphos
Come Ethereal Somberness
Lire la chronique
Brouillard
Brouillard
Lire la chronique
Aorlhac pour l'album "L'esprit des Vents"
Lire l'interview
Order Ov Riven Cathedrals
The Discontinuity's Interlude
Lire la chronique
Sakrifiss rencontre Noktu (Mortifera / Celestia / Bleu, blanc Satan...)
Lire l'interview
Wombbath
The Great Desolation
Lire la chronique
Blitzkrieg
Judge Not!
Lire la chronique
Amzera
Amzera (EP)
Lire la chronique
Gontyna Kry
Ignipoten
Lire la chronique
Cult Of Occult
Anti Life
Lire la chronique
Ulver
The Assassination of Julius...
Lire la chronique
Pryapisme
Epic Loon
Lire la chronique
NORTH OF THE WALL 2018
Abyssal + Bismuth + Bölzer ...
Lire le live report