chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
46 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Vallendusk - Fortress of Primal Grace

Chronique

Vallendusk Fortress of Primal Grace
Et la voilà, ma première chronique de l’année qui figurera dans mes « coup de cœur » (catégorie quasi inexistante en 2017 pour ma part) ainsi qu’une note d’« excellence » que je n’avais pas mise depuis bien longtemps. Enfin. Troisième album des Indonésiens de Vallendusk trois ans après un Homeward Path des plus prometteurs (merci Northern Silence pour ces nombreuses découvertes). Oui, difficile encore d’imaginer que la bande est originaire de Jarkata (33 degrés et 80% d’humidité actuellement), leur black metal glacial comme musique de fond pour un voyage à travers les forêts et glaciers d’Europe du Nord (oh un panda !). On comprend d’ailleurs pourquoi les photos promo ne sont pas en couleurs : l’eau turquoise transparente, les palmiers et le sable blanc ayant peu de points communs avec les thématiques du quatuor asiatique.

Pour cette nouvelle offrande printanière, le socle black/folk atmosphérique champêtre (Wodensthrone, Winterfylleth, Fen) puisant dans les classiques (Drudkh et Agalloch) s’efface au profit d’une musique encore plus mélodique. Et le mot est faible… La fiche associée au brûlot annonce des influences death mélodique suédoises « à la In Flames ». Soit. Dans l’esprit de leurs prémices 90 aux teintes heavy/folk alors. Ici clairement Vallendusk privilégie la recette du tremolo à la sauce « sognametal » (Windir). Le tant attendu Cor Scorpii (encore quelques mois à patienter) a désormais un sérieux concurrent dans l’hommage à Valfar, des passages épiques que n’auraient pas franchement reniés le bonhomme (« In Reverie » et « At The Heart of The Storm » à 3:52). Alors sortez donc votre épais calepin petits carreaux, il y a de quoi noter en riff mélodique. Aucun moment de répit pour nos esgourdes (je vais éviter de faire une chronique « énumération »), la dominante étant plutôt très « directe » et sans temps mort. Une dégustation offerte par le mixage remettant en avant les guitares (le clavier désormais comme ornement) et atténuant une batterie martiale qui pouvait paraître trop épuisante sur la durée.

Les mauvaises langues diront que le black metal de Vallendusk n’est pas le plus original qui soit. Certes, sauf que les Indonésiens bosseront leur sujet avec une minutie impressionnante nécessitant pas mal d’écoutes avant d’apprivoiser et différencier chaque morceau. Terminée cette sensation de remplissage autour de bloc de tremoli accrocheurs mais inégaux (souvent redorés par un final crucificateur) de Homeward Path. Les ingrédients « catchy » (mesures en ¾, breaks acoustiques, arpèges, vagues de tremoli…) sont poussés et affinés à un cran supérieur. De facto l’auditeur fera son périple les yeux fermés. Les défauts de son aîné ne sont pas pour autant entièrement effacés, à savoir une musique perdant parfois en intensité. Certains passages sembleront tirer légèrement sur la longueur (7 morceaux pour 1h au total) mais seront toujours « rebooster » par une déferlante mélodique (« Higher Ground ») et « émotionnel ». La donne n’est plus la même cette fois, oui enfin une musique plus touchante et en harmonie avec le genre pratiqué. Outre le chant puissant et déchiré de son frontman (et ses chœurs en chant clair), le groupe pousse ses influences « post » typiquement dans ses montées en puissance frissonnantes (le break de « Coronation » à 4:45, le final magistral d’« Eons » et un « The Shield » aux airs d’Envy) et lumineuses (« The Presences » à 7:04 non sans rappeler leurs camarades de Ghost Bath). Le charme est entier.

Comme si Vallendusk avait lu ma précédente chronique, le groupe indonésien reprend les bases de de son black metal mais travaillera sa copie sans aucune mesure. Une heure de compositions riches, accrocheuses, frissonnantes et planantes qui se savourera à chaque nouvelle mise en platine. En écoute intensive depuis maintenant deux mois et même en laissant reposer quelques jours, le plaisir demeure toujours intact. Preuve de son excellence. Les adeptes de metal extrême mélodique (paroxysmique) aux saveurs nordiques ne pourront pas passer à côté de Fortress Of Primal Grace. Mon intuition me dit que Vallendusk devrait alerter bon nombre de labels plus imposants, c’est vraiment tout ce que je leur souhaite. Terima kasih !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
24/03/2018 10:45
Une pépite, merci pour la découverte. Une sorte de Windir Indonésien, avec des titres longs mais toujours relancés de façon intelligente, c'est impressionnant. Et ça reste frais, un peu naïf, c'est agréable. Pour finir, je comprends qu'on puisse ne pas accrocher à l'aspect "lumineux", mais personnellement ça me fait du bien en pleine vague du Moscou-Paris!
Mera citer
Mera
23/03/2018 13:53
Pas emballé à l'écoute des extraits, trop mielleux dans les mélodies pour moi.
N4pht4 citer
N4pht4
23/03/2018 10:24
Belles compos, on sent bien l'épique, mais beaucoup trop "joyeux" a mon gout. Ils gagneraient à bien assombrir tout ça
NightSoul citer
NightSoul
22/03/2018 17:46
Découvert dernièrement ! C'est le feu cet album !

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Vallendusk
Black Metal mélodique et atmosphérique
2018 - Northern Silence Productions
notes
Chroniqueur : 9/10
Lecteurs :   -
Webzines : (1)  7/10

plus d'infos sur
Vallendusk
Vallendusk
Black Metal mélodique et atmosphérique - 2011 - Indonésie
  

nouveaute
A paraître le 30 Mars 2018

tracklist
01.   The Presences  (10:38)
02.   In Reverie  (07:11)
03.   Coronation  (08:36)
04.   At the Heart of the Storm  (06:50)
05.   Eons  (08:47)
06.   Higher Ground  (09:48)
07.   The Shield  (08:15)

Durée : 01:00:05

line up
voir aussi
Vallendusk
Vallendusk
Homeward Path

2015 - Northern Silence Productions
  

Essayez aussi
Thy Serpent
Thy Serpent
Christcrusher

1998 - Spinefarm Records
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Lords Of Twilight

1997 - Spinefarm Records
  
Selvans
Selvans
Lupercalia

2015 - Avantgarde Music
  
Thy Serpent
Thy Serpent
Forests Of Witchery

1996 - Spinefarm Records
  
Entartung
Entartung
Krypteia

2012 - World Terror Committee Records
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique