chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
45 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Sentient Horror - The Crypts Below

Chronique

Sentient Horror The Crypts Below (EP)
Après avoir déboulé de nulle part et marqué les esprits avec un « Ungodly Forms » redoutable d’efficacité et de puissance, il est désormais temps pour la bande à Matt Moliti de confirmer l’essai et surtout de ne pas se faire oublier, d’où la sortie relativement rapide de cette nouveauté sous ce format. Car le leader du groupe et compositeur principal a énormément d’idées sous le coude, et ces ”nouveaux” morceaux ne le sont en fait pas vraiment car le quatuor les avait déjà testé sur scène auparavant, les peaufinant et trouvant ici leurs versions ultimes, mises en lumière par une production grasse à souhait, plus brute, et volontairement rétro (tout en mettant la basse et la batterie assez en avant). Celle-ci va nous faire replonger une fois de plus dans la mythique scène de Göteborg du début des années 90, notamment via le mastering signé Dan Swanö, ce qui n’a rien d’illogique vu que le suédois s’était déjà chargé de la précédente sortie du combo et qu’il avait été assez dithyrambique à son sujet, le temps confirmant que le bougre ne s’était pas trompé.

Car à la fois plus primaire dans le son, comme dans l’exécution, cet EP trouve le moyen de pousser la musique de la bande encore plus loin qu’auparavant, tout en conservant sa qualité globale et son accroche immédiate. D’ailleurs dès les premières secondes de « Enter Crypts Below » on reste scotché à son siège, et on ne va plus en bouger pendant les vingt minutes suivantes, qui vont défiler très vite et ne jamais faiblir. Si ce premier morceau donne le ton et sent bon DISMEMBER et GRAVE, c’est grâce à un rythme très élevé qui ne ralentit presque pas (hormis un petit passage en mid-tempo bien remuant) et une série de solos imparables, où l’on remarque que la tête pensante s’est encore améliorée sur les leads. La suite ne fera d’ailleurs que confirmer ce point de vue, tout comme la qualité globale des compos encore plus redoutables, à l’instar de « Bled Dry By The Night » qui propose trois parties distinctes avec un début et une fin au rythme élevé, et un passage central plus écrasant afin de proposer plus de variété. Là-encore l’écriture va à l’essentiel et montre un vrai groove au sein des riffs, tout en n’hésitant pas y rajouter de la mélodie comme sur « Hatchet Crimes » inspiré par ENTOMBED (période « Left Hand Path » et « Clandestine »), tant le côté Death N’Roll y apparaît franchement. Si au démarrage le rythme global rapide se fait particulièrement remuant, la suite va au contraire atteindre un mid-tempo très lourd permettant l’apparition d’un solo sublime, à la fois technique et long, qui n’est pas sans rappeler ceux du regretté Chuck Schuldiner sur le mythique « Leprosy ». D’ailleurs après ce moment de relative accalmie, l’ensemble va repartir sur des bases rythmiquement élevées tel qu’on les trouvait au tout début de cette tuerie (dont la construction générale fait penser à celle de « Left To Die », toujours tiré du même disque de 1988). Si les américains ont montré ici qu’ils savaient amener un peu de douceur dans leur écriture, et la maîtriser sans vergogne, ils vont au contraire conclure les hostilités en montrant leur facette la plus radicale avec « Hell Marked » qui va être joué à fond pendant presque toute sa longueur. Si quelques blasts sont également de la partie, la force du combo est de ne pas tomber dans le piège de la redondance et la linéarité, car il n’hésite pas à ralentir franchement l’allure, voire même à ajouter quelques nappes de claviers pour aérer l’ensemble et lui permettant ainsi de mieux repartir au combat pour une ultime rasade de bon son.

Afin de terminer en beauté quoi de mieux qu’une excellente reprise, c’est ce à quoi le gang s’est attelé en incluant une reprise fidèle de « Darkday » d’EDGE OF SANITY, qui a l’habitude d’être présente sur ses setlists de concert, et qui trouve donc ici logiquement sa place, même si elle n’amène pas grand-chose au final. Ceci n’est cependant pas grave tant on ne décroche pas pendant l’intégralité de l’écoute, qui passe à une vitesse folle et qu’on se remet dès qu’on en est arrivé au bout, car la confirmation est bel et bien là et place le projet du chanteur-guitariste plus haut dans la hiérarchie. Passant ainsi du statut d’espoir plus que prometteur à celui d’incontournable, ce dernier prouve qu’il ne s’agissait pas d’un coup d’épée dans l’eau et on a déjà hâte d’entendre du futur matériel pendant plus longtemps. Nul doute en tout cas que les gars vont être attendus au tournant dans un avenir proche, mais avec de tels arguments et un talent pareil il y’a peu de chances qu’ils se loupent, ce qui met déjà l’eau à la bouche pour la suite.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

3 COMMENTAIRE(S)

N4pht4 citer
N4pht4
03/04/2018 12:05
note: 3/5
Je trouve cet EP quand même moins inspiré que leur précédent album qui était excellent, un peu trop foutraque par moments.
Mitch citer
Mitch
03/04/2018 10:15
note: 4/5
Du swedish death (US) haut de gamme ! Je serai pas étonné de les voir sur un label plus imposant pour la prochaine sortie.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
03/04/2018 09:44
Putain de tuerie! 'me demande même si je ne le préfère pas à l'EP de Puteraeon...

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Sentient Horror
Death Old-School
2018 - Testimony Records
notes
Chroniqueur : 4.5/5
Lecteurs : (2)  3.5/5
Webzines : (3)  4/5

plus d'infos sur
Sentient Horror
Sentient Horror
Death old-school - 2014 - Etats-Unis
  

nouveaute
A paraître le 30 Mars 2018

tracklist
01.   Enter Crypts Below
02.   Bled Dry By The Night
03.   Hatchet Crimes
04.   Hell Marked
05.   Darkday (EDGE OF SANITY cover)

Durée : 20 minutes

line up
voir aussi
Sentient Horror
Sentient Horror
Ungodly Forms

2016 - Testimony Records
  

Wallachia
Monumental Heresy
Lire la chronique
The Grotesquery
The Lupine Anathema
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Ustalost - The Spoor of Vipers
Lire le podcast
Ascension
Under Ether
Lire la chronique
Grimoire
A la lumière des cendres (R...
Lire la chronique
Tomb Mold
The Bottomless Perdition / ...
Lire la chronique
Balmog
Vacuum
Lire la chronique
Imindain
The Enemy of Fetters and th...
Lire la chronique
Target
Master Project Genesis
Lire la chronique
They Live | We Sleep
Self Harm (EP)
Lire la chronique
Mastodon
Emperor of Sand
Lire la chronique
Kalmah
Palo
Lire la chronique
Borgne
[∞]
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Warbringer - Woe to the Vanquished
Lire le podcast
Demonomancy
Poisoned Atonement
Lire la chronique
Visigoth
Conqueror's Oath
Lire la chronique
Skeletal Remains
Devouring Mortality
Lire la chronique
His Hero Is Gone
Monuments to Thieves
Lire la chronique
Ulsect
Ulsect
Lire la chronique
Antagonism
Thrashocalypse (EP)
Lire la chronique
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)
Lire la chronique
Veiled
Black Celestial Orbs
Lire la chronique
Disembowel
Plagues And Ancient Rites
Lire la chronique
Black Witchery
Evil Shall Prevail (Compil.)
Lire la chronique
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)
Lire la chronique
BLACK METAL Suisse ! (C'est une blague?)
Lire le podcast
Puteraeon
The Dunwich Damnation (EP)
Lire la chronique
Nocturnal Pestilence
Fire & Shade
Lire la chronique
Abigor / Nightbringer / Thy Darkened Shade / Mortuus
Abigor/Nightbringer/Thy Dar...
Lire la chronique
Target
Mission Executed
Lire la chronique