chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
40 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Hardcore Anal Hydrogen - Hypercut

Chronique

Hardcore Anal Hydrogen Hypercut
Si la scène française offre une diversité de genres et sous-genres tous aussi intéressants les uns que les autres, les Omni (Objets Musicaux Non-Identifiés) semblent avoir le vent en poupe tant HEPTAEDIUM ou encore PRYAPISME ont marqué les esprits par leurs styles et leurs personnalités totalement à part, et qui n’ont épargné Monaco. La principauté montre en effet qu’il y’a autre chose qu’Albert et ses sœurs, le casino, le grand prix de Formule 1 ou encore son équipe de footballeurs habitués à jouer dans un stade vide ou presque. Car sous ses airs guindés et distingués celle-ci cache en son sein les déglingos et allumés membres de HARDCORE ANAL HYDROGYN, dont la musique absolument inclassable se révèle pourtant moins hermétique et inécoutable que par le passé. Avec sa pochette peinturlurée représentant des habitués du bistrot dans une ambiance typiquement franchouillarde, elle sert à donner le ton des trois-quarts d’heure qui vont suivre où le jeu vidéo (période Nes et Master System) va côtoyer du folkore d’Europe de l’est et du Moyen-Orient, tout en rendant hommage au jazz manouche et aux bandes originales de films, conjugués avec des bruits de nature et d’animaux. Le tout bien entendu avec des grosses guitares, mais qui savent régulièrement s’effacer pour mieux permettre aux différents samples et influences de gagner en profondeur, d’ailleurs « Jean-Pierre » qui ouvre le bal offre un panel général et mélangé de tout ce qui fait le charme du combo.

A la fois metallique et synthétique, et séparé de deux parties distinctes, il se fait totalement barré mais également cohérent, tout en offrant des nappes de claviers rétro qui ne sont pas sans rappeler le thème principal de « La Soupe aux Choux » signé Raymond Lefebvre. Après ce début digne d’une farandole de couleurs et de sons, la suite va être heureusement plus frontale et jazzy mais sans tomber dans la facilité, car entre « Coin-Coin » où les canards se font entendre au milieu de samples improbables, et « La Roche et le Rouleau » aux ambiances très 50’s et gitanes (via un son de guitare que l’on croirait signé du maestro Django Reinhardt, et qui sent bon le Saint-Germain de l’après-guerre) il y’a vraiment de quoi faire. Si l’on retrouve ce côté piano-bar durant le doux interlude « Blue Cuts », en revanche le grand-écart est de mise avec d’abord « Paul » qui alterne en boucle entre un slow typique des 60’s (qui fait revivre les surprises-parties, comme on disait à l’époque) et le Black Symphonique le plus violent et horrifique, tout y mêlant quelques sons électroniques stupéfiants. Avec « Charme Oriental » on est là en présence d’une compo dont le nom correspondant totalement au contenu, il n’y a donc pas de tromperie sur la marchandise quand retentit un mélange entre musique traditionnelle arabisante et orchestre balkanique dignes d’un film d’Emil Kusturica, le tout sur un tempo rapide où les blasts ont droit de cité.

Après ce déluge il est temps de faire une pause, enfin ce terme n’est pas forcément adapté d’ailleurs, car pendant près de neuf minutes voilà que les sudistes nous embarquent avec « Phillip » quelque part entre bande originale de film fantastique (pour l’ambiance des cordes) et envol spatial pour la relaxation et le côté planant et apaisant. Bien entendu il aurait été trop simple d’en rester là, du coup ils y ont intégré quelques ingrédients bien eux afin que ça ne soit pas commun par rapport aux autres, d’ailleurs après ce long-format ils vont abréger leurs compos au maximum pour une durée digne de ce qu’on peut entendre dans le Punk ou le Grindcore. Si « Murdoc » permet ainsi de renouer avec l’ambiance foutraque de leurs débuts, « Entropic Maximum » nous replonge dans l’âge d’or de la console vidéo de salon, quand les 8 bits étaient rois et qu’Atari dominait le marché, grâce à des bruitages qui sentent bon ”Super Mario Bros”, ”Streets Of Rage” et ”Space Invaders” et se conjuguent à des gros riffs écrasants, pour un rendu d’une bizarrerie étonnante, tout comme l’ultra-court « Sproutch ». En à peine trente secondes voilà que l’esprit torturé du groupe atteinte son apogée en mélangeant des sons dignes de ”Sonic” et ”Donkey Kong”, avec une rafale de blasts furibards pour mieux offrir un dernier déluge avant une ultime partie plus posée. Si « Daube Carotte » reprend de nombreux éléments entendus auparavant, c’est surtout sa fin plus calme qui retient l’attention, et ce point de détail va se prolonger sur « Automne 1992 » (où là-encore au niveau du titre on sait où l’on va) qui laisse le champ libre à la nature et au climat automnal, vu qu’on y entend uniquement la pluie qui tombe et le tonnerre. Bref un vrai temps de saison qui permet de respirer à plein poumons et reprendre son souffle, à l’instar de « Bontenmieu » où la guitare acoustique est mise encore une fois à l’honneur, avant une ultime rasade de n’importe-quoi carré et en place.

Si le regretté Pierre Henry était le maître de la musique électroacoustique, le duo de la côte d’azur est lui un des meilleurs exemples de maîtrise dans un genre redouté et redoutablement exigeant. En se bonifiant avec le temps, et en offrant une œuvre bizarroïde mais aussi paradoxalement relativement accessible, il confirme que son travail et sa ligne directrice sont beaucoup plus recherchés et sérieux que l’on pourrait le croire de prime abord, tout en ne surchargeant pas l’ensemble d’effets inutiles qui pourraient servir de repoussoir. Comme d’habitude avec lui, il faudra du temps et de la patience pour assimiler cette galette improbable, qui ne sera pas approuvée par toutes les oreilles, mais qui demande néanmoins que l’on s’y penche avec attention rien que pour saluer la prise de risques effectuée, et surtout le résultat intéressant et d’une grande diversité où chacun pourra sans doute trouver quelquechose qui lui plaira.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

tasserholf citer
tasserholf
09/04/2018 14:35
Je me souviens être tombé sur ce nom y a quelques années, je pensais tomber sur du breakcore. Un peu déçu à l'époque, mais ça reste de la bonne came nawak.
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
06/04/2018 19:15
note: 9/10
N4pht4 a écrit : coreandcoupdate a écrit : moins hermétique et inécoutable que par le passé

Bah oui on est pas sur core & co ici M. Glaume !


Sourire

Cela n'interdit pas le bon goût ! ** taquin **

:P
N4pht4 citer
N4pht4
06/04/2018 16:58
coreandcoupdate a écrit : moins hermétique et inécoutable que par le passé

Bah oui on est pas sur core & co ici M. Glaume !
coreandcoupdate citer
coreandcoupdate
06/04/2018 12:30
note: 9/10
"moins hermétique et inécoutable que par le passé" ... Monsieur Gabin-Eastwood, cette phrase vous rétrograde de 2 bonnes cases en direction de la case prison, sans passer par la case Nawak ni toucher les 20000 francs !! :P

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Hardcore Anal Hydrogen
Mindfuck / WTF
2018 - Apathia Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs : (3)  8.17/10
Webzines : (4)  8.13/10

plus d'infos sur
Hardcore Anal Hydrogen
Hardcore Anal Hydrogen
Mindfuck / WTF - 2009 - Monaco
  

tracklist
01.   Jean-Pierre
02.   Coin-coin
03.   La Roche et le Rouleau
04.   Paul
05.   Blue Cuts
06.   Charme Oriental
07.   Phillip
08.   Murdoc
09.   Entropie Maximum
10.   Sproutch
11.   Daube Carotte
12.   Automne 1992
13.   Bontenmieu
14.   Alain, L'homme Télévitré

Durée : 43 minutes

line up
parution
23 Mars 2018

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique