chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
62 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Whoresnation - Mephitism

Chronique

Whoresnation Mephitism
Comme tout le monde, j'ai des regrets, certains majeurs, d'autres mineurs. Le regret de ne pas avoir avoué ma flamme à mon crush de Première L côtoie celui de ne pas avoir repris du rab de purée hier midi à la cantine de l'usine, par exemple. Celui qui m'intéresse aujourd'hui fait partie de ces petites bricoles qui, en y repensant, nous chiffonnent plus qu'ils ne nous portent un réel coup au moral. En l’occurrence, louper Whoresnation sur scène, groupe sur lequel je ne m'étais encore jamais penché il y a deux mois. J'ai du voir leur nom en typo baveuse cinq ou six fois sur affiches et flyers en l'espace de deux ans, que des dates accessibles pour le péquin moyen motorisé que je suis.

"Ouaiiiis, mais c'est du Grindcore, c'est sympa mais faire une heure de route pour un set d'un quart d'heure en risquant de manquer les deux premiers groupes si j'ai dix minutes de retard..." m'aura servi d'alibi à chaque fois. Plus j'écoute "Mephitism", et plus j'ai envie de remonter dans le temps pour me coller des baffes. Vu la teneur de l'objet, et les capacités du trio à faire parler la poudre, j'ai très certainement manqué des prestations mémorables.

De son artwork (par Matt Sidney) jusqu'à son contenu, tout ce brûlot de Grindcore sombre et abrasif a été conçu, pensé et réalisé pour laisser de grosses cicatrices. Pourtant, on se pense habitué au style, que rien ne pourra nous atteindre, que tout a plus ou moins été fait dans le genre... Être classique dans la forme n'empêche absolument pas d'être efficace en diable, et Whoresnation l'a bien compris. Vingt titres, vingt minutes, tempo soutenu, batteur pied au plancher, guitares qui tricotent, voix qui dégueule toute sa haine... Un frottis des tympans avec du papier de verre. Et Dieu, que ça fait du bien ! "Mephitism" vient gratter la démangeaison avec vigueur, et l'auditeur en redemande.

L'opus bénéficie d'un son impeccable, qui ne tombe jamais dans les travers de la production Grindcore moderne ("Dommage si t'aimes la guitare, tu n'entendras que la batterie") : chaque instrument reste à la place qui lui a été assignée, et n'en bouge pas. La caisse claire est précise, doublée d'une cymbale ride chirurgicale, la grosse caisse vient apporter un peu de matière à l'ensemble pendant que les guitares alternent entre le moteur de tronçonneuse et l'hystérie pure. Whoresnation ponctue ses courtes salves par de petits interludes bruitistes, presque Noise, grosse Industrie ("Expiration in Rot/"Dasein") ou chasse d'eau samplée ("Fomentations"/"Oozing Media"), petites accalmies appréciables tant la croisière est menée tambour battant. Le déluge ne me laisse même pas le temps de détailler tel ou tel morceau, l'ensemble est compact, solide comme un roc, exigeant d'être consommé d'une traite - comme un alcool fort, vous allez le sentir passer. Oui, c'est toujours pareil, plus ou moins toujours la même chose, mais c'est exactement ce que tu recherches dans le style, non ?

Et, c'est bien la première fois que j'écrirai cette phrase dans la chronique d'un album de Grindcore, mais... C'est trop court. Ben oui, Whoresnation fait les choses tellement bien qu'on se surprend à laisser échapper un timide "c'est tout ?" au dernier éclat de voix de "Starving Campaign". Impossible n'est pas Français : là ou la plupart de leurs comparses énervés ne savent jamais quand s'arrêter, pondant des disques interminables et impossibles à digérer, le trio Franc-comtois parviendrait presque à nous frustrer de ne pas nous avoir gâté un peu plus.

Si l'on se conforme au cahier des charges du Grind, "Mephitism" parvient à cocher toutes les cases et à passer son examen haut la main : aussi court qu'efficace, saupoudré d'un petit discours politique engagé (que l'on devine plus que l'on ne le comprend dans les paroles), il saura combler la faim de tout amateur de musique enragée qui se respecte. Bref, un disque hautement respectable et attachant, car manufacturé avec l'amour du genre en tête. Comptez sur moi pour ne plus vous rater sur les planches, messieurs.

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

4 COMMENTAIRE(S)

Chris citer
Chris
12/04/2018 15:48
note: 9/10
Grosse baffe en live l'année dernière avec Warfuck, dont le petit dernier à paraître joue au coude à coude avec celui là pour le titre d'album Grind FR de l'année. 20mn de furie ... dans le podium de l'année à n'en pas douter.
FullSail citer
FullSail
09/04/2018 14:38
note: 8.5/10
Rien de plus à dire : une bonne grosse baffe. Ca fait du bien d'avoir du si bon dans la scène grindcore française !
Ainur citer
Ainur
08/04/2018 14:09
Vue hier pour la deuxième fois c'est toujours aussi impressionnant et (très) rapide.

En ce qui concerne l'album la production est parfaite tout s'enchaîne de façon tellement limpide et cet artwork...J'ai pas de lecteur Vynil mais j'ai failli craquer ! S'en est presque beau tant au niveau visuel que musical. Un putain de groupe !
Keyser citer
Keyser
06/04/2018 21:24
Clairement cool en effet. Il a juste pas de bol de passer chez moi entre le dernier Looking For An Answer (groupe que je découvre avec délectation) et le nouveau Knelt Rote à côté desquels il ferait presque petit bras.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Whoresnation
notes
Chroniqueur : 8.5/10
Lecteurs : (2)  8.75/10
Webzines : (2)  7.33/10

plus d'infos sur
Whoresnation
Whoresnation
Grindcore - 2009 - France
  

tracklist
01.   Mephitic
02.   Carcan
03.   Expiration In Rot
04.   Dasein
05.   Malfunction
06.   Pilon
07.   Fomentations
08.   Oozing Media
09.   Who's To Blame ? What's To Blame ?
10.   Inner Void
11.   Circle 9
12.   Gueules Cassées
13.   In The Limbs Of Evil
14.   Endless Discussion Toward Meaningless Consensus
15.   Apoplexy
16.   Chien Dedans, Chat Dehors
17.   Raw Rabid Brutality
18.   Mary Typhoïde De La Pensée
19.   RU486
20.   Starving Campaign

Durée : 20:10

parution
13 Avril 2018

Essayez aussi
Napalm Death
Napalm Death
Scum

1987 - Earache Records
  
Friendship
Friendship
Hatred

2017 - Sentient Ruin Laboratories
  
Infected Society
Infected Society
Get Infected (EP)

2012 - Kaotoxin Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Mentally Murdered (EP)

1989 - Earache Records
  
Sanitys Dawn / Mechanical Separation
Sanitys Dawn / Mechanical Separation
Split-CD (Split-CD)

2006 - Meat 5000 Records
  

Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique
Thorium
Blasphemy Awakes
Lire la chronique
Sacred Reich
Independent
Lire la chronique
Atavisma
The Chthonic Rituals
Lire la chronique
Gaerea
Unsettling Whispers
Lire la chronique
Throane + Wolves In The Throne Room
Lire le live report
Yob
Our Raw Heart
Lire la chronique