chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
38 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Nocturnal Pestilence - Fire & Shade

Chronique

Nocturnal Pestilence Fire & Shade
Après avoir géré la distribution en Europe de l'album des brésiliens d'AFFRONT, le label varois Polymorphe Records poursuit sa quête de groupes peu connus en proposant, en ce mois d'avril, le dernier album des tchèques de NOCTURNAL PESTILENCE.

Qui ?

Formé en 2010, ce groupe est un petit quatuor de Symphonic Black légèrement épique, c'est-à-dire de la musique qui crache mais pas trop et bien ponctuée d'arrangements et d'orchestrations au synthé. Et on ne s'y loupe pas avec le premier morceau, The Perdition, qui nous met direct dans l'ambiance : voix black éraillée mais plutôt propre, instrumentation à cheval entre le Thrash et le Black, le tout entrecoupé d'orchestrations au milieu et d'un refrain en chant clair.



On ne va pas se mentir, ce genre de Black sympho à la CRADLE OF FILTH mais en moins hargneux, qui se rapproche plus d'un TETRICONIA ou d'un NIGHTWISH lorgnant du côté du ARCH ENEMY (pour le côté chant féminin, je pense) ou SATYRICON, ce n'est pas du tout mon domaine – en témoigne mon peu de références dans le genre. Mais, il faut l'avouer, on se laisse prendre au jeu de ces mélodies efficaces (riffing sur « The Blood »), de ces blast beats orchestrés appelés par une très légère montée (« Labyrint Mysli » à 6:50), des quelques ruptures qui alternent sur des petits moments qui mettent bien (« The Blood » 1:30, le chant clair sur « Endless Desires » à 2:52).
Après, je dois avouer qu'à la première écoute, j'ai trouvé ça plutôt moyen. Je prends pour exemple le morceau « Labyrint Mysli », où à 1:14 on entend ce que je trouvais typique des passages un peu plus mous du disque. Ici, le mix semble un poil vide, comme s'il manquait une piste ou quelque chose pour donner plus de sel à la musique. D'autant que, quand ça s'énerve, c'est pas mal, bien que j'aurais aimé la guitare lead plus en avant. Mais, hélas, je restais buté sur certaines articulations assez déroutantes, dans le sens où j'étais un peu paumé de la façon dont tout s'enchaînait un peu au pif sans qu'au niveau des notes je sente une puissance.
Mais rester sur une écoute, c'est pas pro, j'ai pris le temps de réécouter, et de mettre de côté le fait que ce genre n'est pas ma came. Eh bien plus ça allait et plus je prenais du plaisir avec ce Fire & Shade. « The Blood » ou « Endless Desires » sont typiques de ce que le groupe peut faire de très bon, ce qui me fait rentrer plus aisément dans un « Jupiter's Rage » qui est bien heavy et puissant ! Je pense que c'est même un des rares morceaux à faire vraiment preuve de rigueur dans sa structure.

En fait, on sera surpris, voire déstabilisés, par l'utilisation de sonorités qui font très anciennes, limite punk comme sur le départ de « Endless Desires » qui montre du Black son aspect le plus balbutiant. Je pense que c'est finalement ça que capte ce groupe : ce caractère « rien à foutre, on joue ce qui nous plaît ». Il y a un réel côté extrême dans cette musique qui ne fait pas dans le racolage ni dans le clin d’œil facile. Ça en fait pour moi sa qualité ainsi que son principal défaut : je n'arrive à me raccrocher à rien lors de l'écoute, je trouve même que ça manque de fermeté sur les transitions et articulations tant tout semble s'enchaîner sans se soucier de quoi que ce soit, mais ça laisse place à des saillies authentiques, notamment sur les orchestrations que je trouve très judicieuses et pertinentes (« Endless Desires » à 2:01 ou sur l'ensemble de « Deliverance », morceau final de 9 minutes qui dévoile le meilleur du quartet).
Tenez-le vous pour dit : ce disque est plein d'envie de bien faire, sans se soucier de si ça plaît ou non. « Tu prends, ou tu vires » serait pour moi le parfait adage pour cet album sauvage. Aussi, ne vous fiez pas à la première écoute. Cet album gagne à être repris, tant il cache des éléments vraiment agréables. Et si quelqu'un qui n'est pas du tout adepte du genre a pu être conquis, pourquoi pas vous ?

Pour passer commande, c'est par ici !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Nocturnal Pestilence
Epic Symphonic Black Metal
2018 - Polymorphe Records
notes
Chroniqueur : 7.5/10
Lecteurs :   -
Webzines :   -

plus d'infos sur
Nocturnal Pestilence
Nocturnal Pestilence
Epic Symphonic Black Metal - 2010 - République Tchèque
  

tracklist
01.   The Perdition  (04:26)
02.   Labyrint Mysli  (07:33)
03.   The Blood  (05:27)
04.   Endless Desires  (06:54)
05.   Jupiter's Rage  (05:34)
06.   Trapped in Destiny  (04:24)
07.   LXXV (Deliverance)  (09:11)

Durée : 43:29

line up
parution
7 Avril 2018

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique