chargement...

haut de page
Remontez pour accéder au menu
42 visiteurs ::   » se connecter  » s'enregistrer
Chroniques »

Napalm Death - Mentally Murdered

Chronique

Napalm Death Mentally Murdered (EP)
Proposés en guise de bonus cachés sur certaines éditions CD d’Harmony Corruption, les quelques titres ci-contre constituent à la base un EP sorti sous le nom de Mentally Murdered. Six morceaux expédiés en une petite quinzaine de minutes et qui pourtant auront marqué à vie le gamin que j’étais à l’époque... Car lorsque l’on a une petite dizaine d’années et que l’on découvre le troisième album de Napalm Death, je peux vous assurer que cela fait déjà un drôle d’effet. Mais quand en plus dans la foulée s’enchainent sans crier gare ces quelques titres, vous voilà marqué au fer rouge pour le restant de vos jours. Le genre de rencontre que l’on n’oublie jamais...

Publié par Earache en 1989, ce EP constitue à sa manière le témoignage d’une certaine époque pour Napalm Death. Car avant l’arrivée de Mark Greenway et le départ de Mick Harris, le groupe anglais était le terrain de jeu d’un certain Lee Dorian (Cathedral) mais également de Bill Steer (Carcass). Entre 1987 et 1989, les deux garçons vont ainsi prendre part à l’histoire du plus célèbre groupe de Grindcore encore en activité, participant outre ce EP, à ces albums fondateurs que sont les incontournables Scum (oui, quoi qu’en dise certain) et From Enslavement To Obliteration.

A la production de ce EP, on trouve le jeune Colin Richardon qui après avoir fait ses débuts en 1982 sur la démo d’un groupe anglais appelé Slayer semble enfin décidé à passer aux choses sérieuses. Sa rencontre avec Digby Pearson, fondateur du label Earache, sera d’ailleurs décisive puisqu’il produira la même année Realm Of Chaos: Slaves To Darkness et Symphonies Of Sickness de vous savez qui. Malgré les presque trente années qui séparent la sortie de ce disque à cette chronique aujourd'hui, je continue de trouver la production assez incroyable. Il y aurait bien évidemment à redire, notamment sur les cymbales lorsque le père Harris s’amuse à tartiner dans tous les sens (donc le plus clair du temps), mais pour le reste c’est carton plein. Entre cette guitare Punk ultra abrasive, ces solos particulièrement limpides, cette batterie aux relents industriels qui blast à n’en plus finir et ce chant absolument improbable de la part de Lee Dorian, je reste soufflé du début à la fin.
Il faut dire que Napalm Death n’est par là pour trier les lentilles, proposant avec Mentally Murdered l’un des EPs de Grindcore les plus extrêmes sorti à ce jour. Déjà parce que ça bourre absolument tout le temps. Alors oui, je vous le concède il y a bien quelques breaks de temps à autre ("The Missing Link" à 0:58, "Mentally Murdered" à 0:48 ou "Walls Of Confinement" à 1:20 par exemple) mais de toute façon, comme ils sont là pour briser des nuques et donner à l’auditeur l’envie de tout péter, le résultat est absolument le même. Ensuite il y a ces putains de riffs de génie ! Désolé si je suis grossier mais faut que ça sorte hein ! C’est vrai quoi, vous y arrivez vous à rester en place quand vous entendez des trucs comme sur "Rise Abose" à 0:51, les débuts de "The Missing Link", "Walls Of Confinement" ou bien encore "No Mental Effort" ? Moi, perso, je ne peux pas. Enfin, impossible bien entendu de passer sous silence la prestation de Lee Dorian. Car oui, c’est bien lui qui chante là, de son growl d’une profondeur à faire pâlir tous les Craig Pillard et autre John McEntee. Le côté Punk/Hardcore alors présent sur From Enslavement To Obliteration a ici totalement disparu (d’ailleurs, il n’y a même pas de cris aigus) au profit d’une voix ultra Death Metal qui reste à ce jour la plus profonde a avoir marqué les albums de Napalm Death.

D’une violence inouïe et en dépit de son statut de EP, Mentally Murdered est probablement l’une des meilleures sorties que comptent les Anglais. Entre Punk, Grindcore et Death Metal, ces six compositions sont l’expression d’une jeunesse en quête de sensations extrêmes et déjà bien consciente des inégalités de la société dans laquelle elle vit. Du grand Grindcore par les maîtres incontestés du genre. Putain de merde quoi !

DONNEZ VOTRE AVIS

Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.

2 COMMENTAIRE(S)

AxGxB citer
AxGxB
08/04/2018 11:29
note: 5/5
Hinhin
gulo gulo citer
gulo gulo
08/04/2018 09:39
"Harris s’amuse à tartiner" clap, clap, clap, Monsieur.

AJOUTER UN COMMENTAIRE

 
Vous devez être enregistré(e) et connecté(e) pour participer.
Napalm Death
Grindcore
1989 - Earache Records
notes
Chroniqueur : 5/5
Lecteurs : (3)  4.17/5
Webzines : (2)  4.29/5

plus d'infos sur
Napalm Death
Napalm Death
Grind Death - 1981 - Royaume-Uni
  

tracklist
01.   Rise Above  (02:42)
02.   The Missing Link  (02:17)
03.   Mentally Murdered  (02:11)
04.   Walls Of Confinement  (02:56)
05.   Cause And Effect  (01:26)
06.   No Mental Effort  (04:08)

Durée : 15:40

line up
parution
29 Août 1989

voir aussi
Napalm Death
Napalm Death
Mass Appeal Madness (EP)

1991 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Diatribes

1996 - Earache Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Enemy Of The Music Business

2000 - Dreamcatcher
  
Napalm Death
Napalm Death
The Code Is Red... Long Live The Code

2005 - Century Media Records
  
Napalm Death
Napalm Death
Smear Campaign

2006 - Century Media Records
  

Essayez aussi
Grind-O-Matic
Grind-O-Matic
Cosmic Comics (MCD)

2011 - Autoproduction
  
Warfuck
Warfuck
Neantification

2013 - Autoproduction
  
Brutal Truth
Brutal Truth
Evolution Through Revolution

2009 - Relapse Records
  
Rotten Sound
Rotten Sound
Exit

2005 - Spinefarm Records
  
Noisear
Noisear
Subvert The Dominant Paradigm

2011 - Relapse Records
  

Bovary
Mes racines dans le desert ...
Lire la chronique
Le Canyon - Episode 14 - The Great Northern Live Report
Lire le podcast
Gruesome
Fragments Of Psyche (EP)
Lire la chronique
Temple
Design In Creation
Lire la chronique
ΚΕΝΌΣ
Inner Rituals
Lire la chronique
Nuclear Assault
Game Over
Lire la chronique
Poésique - MoM chronique Death - The Sound of Perseverance
Lire le biographie
Ritual Necromancy
Disinterred Horror
Lire la chronique
FOREST FEST OPEN AIR
Antzaat + Anus Mundi + Aura...
Lire le live report
Mezzrow
Then Came The Killing
Lire la chronique
Circle Takes the Square
As the Roots Undo
Lire la chronique
Heptaedium
The Great Herald Of Misery
Lire la chronique
Serum Dreg
Lustful Vengeance
Lire la chronique
Vanhelga
Fredagsmys
Lire la chronique
Death Power
The Bogeyman Returns (Compil.)
Lire la chronique
Aura Noir
Aura Noire
Lire la chronique
Moonreich
Fugue
Lire la chronique
Megadeth
Lire le live report
Mortiferum
Altar Of Decay (Démo)
Lire la chronique
Être moins con : lire BLACK METAL
Lire le podcast
PPCM #0 - Chevauche le Grand Requin Blanc (Carcariass)
Lire le podcast
Legacy Of The Beast European Tour 2018
Iron Maiden + The Raven Age
Lire le live report
LE Canyon - Episode 13 - Dragon casqué
Lire le podcast
Sphæra
Teratology (EP)
Lire la chronique
Funeral Mist
Hekatomb
Lire la chronique
Obscura
Diluvium
Lire la chronique
Uniform / The Body
Mental Wounds not Healing (...
Lire la chronique
Soundgarden
Louder Than Love
Lire la chronique
Skogen
Skuggorna kallar
Lire la chronique
Ossuarium
Calcified Trophies Of Viole...
Lire la chronique